ÇA NE PASSE PAS !

Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur de pouvoir transiter par le passage du Verger Urbain V, tranquillité et sérénité… Mais voilà, à l’heure où nous bouclons ce programme, ce n’est pas le cas et la fête n’est donc plus à l’ordre du jour. Pour comprendre toute la saga, nous vous laissons découvrir le texte de Collectif 23h59 ci-dessous. Pour les curieux nous mettrons sur notre site la totalité des textes publiés dans la gazette. 

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/395/HERCULE_BLOG.jpg

Aborder aujourd’hui, juste avant l’été, la question du passage du Verger Urbain V exige une remise en perspective, tant pour ceux que la ville accueille pendant la période estivale que pour les Avignonnais. Revenir aux prémices du conflit entre la Ville et le Collectif 23h59 permet, y compris à ceux qui en ont suivi le développement, de réellement prendre la mesure du chemin parcouru… mais aussi de celui qui reste à faire.

ÉTÉ 2018 À l’origine du conflit, une décision municipale, à l’entrée de l’été 2018, a suscité de la part des usagers de la Manutention et des habitants du quartier stupeur, incompréhension et colère : la fermeture en soirée d’un axe de circulation essentiel à la vie d’une partie de la cité, à savoir le quartier de la Manutention. Le passage du Verger est une voie piétonne empruntée chaque jour par des milliers de gens. Exit la fermeture en toute fin de soirée du passage, concomitante de la fin des activités du complexe culturel de la Manutention : ce sera désormais 20h00 hors saison et 22h00 en été. Cette décision suscite très vite une réaction unanime des usagers, des acteurs culturels et des habitants : elle est qualifiée de brutale, insensée, arbitraire, irréfléchie, absurde, ubuesque, et on en passe…

AUTOMNE 2018 Une pétition est lancée à l’automne par le cinéma Utopia ; elle recueillera en quelques mois 22.000 signatures (dans une ville qui compte, rappelons-le, 92 000 habitants). Les opposants à la décision municipale se regroupent : le « Collectif 23h59 » est créé. Son objectif est clair : obtenir de la Mairie la réouverture tardive du passage, un usage vieux de 25 ans ! Les gens veulent circuler librement dans cette zone, que ce soit pour rejoindre la Manutention ou profiter de la beauté du site.

HIVER 2018 Le constat, largement partagé, de l’absurdité de la décision municipale fait penser à l’époque que celle-ci serait rapidement amendée. Il n’en fut rien ! Les élus contactés campent d’abord sur leur décision, opposant aux doléances des usagers, soit une fin de non-recevoir, soit carrément le silence. Dès lors, le mouvement s’amplifie et la colère monte. Des actions sont lancées : rassemblements nocturnes dans le passage après 20h00 à plusieurs reprises, information des médias locaux, interpellation des élus lors de réunions publiques… Parallèlement, des pourparlers sont engagés, à la faveur desquels la Mairie se départit peu à peu de sa posture rigide.

PRINTEMPS 2019 Il faudra plus de six mois (!) pour que le Collectif 23h59 obtienne de la Mairie une amorce de discussion. Début avril, les usagers obtiennent gain de cause sur le fond : les pouvoirs publics locaux (Ville et DRAC) confirment, moyennant quelques aménagements, la séparation entre le Verger Urbain V et le passage qui va pouvoir retrouver sa vocation originelle, y compris jusqu’au milieu de la nuit. Pour le Collectif, il ne s’agit pas d’une victoire, mais d’un simple retour au bon sens. La Mairie témoigne ainsi de sa volonté d’apaisement et de sa clairvoyance.

MAI 2019 Dans la dernière gazette d’Utopia, le Collectif 23h59 manifeste dans son communiqué périodique sa satisfaction et son optimisme, mais il réaffirme aussi sa volonté d’aboutir et demeure prudent. Car un problème subsiste, celui du tempo. En effet, la réouverture du passage jusqu’à « 23h59 » est conditionnée, selon la Mairie, par l’achèvement des travaux de réaménagement déjà évoqués, lesquels ne pourraient être menés à terme qu’en septembre. Or, la fermeture du passage à 22h00, telle que prévue pendant les mois d’été, se révèle être une nouvelle absurdité, notamment pendant la période festivalière. Comment raisonnablement envisager que le quartier de la Manutention, déjà à l’heure actuelle 
embolisé par des travaux de voirie, soit de surcroît matériellement isolé tout l’été en soirée du reste de l’intra-muros ?

ET APRÈS ? Sans attendre la fin des travaux, le bon sens, encore lui, imposerait cet été une fermeture tardive du passage, et non à 22h00. Soyons clairs : il ne s’agit pas, comme cela a pu être évoqué ironiquement, d’une envie d’enfant gâté, qui en veut toujours plus. Mais bien plutôt de prendre la mesure des effets funestes sur les structures culturelles de la Manutention, liés à leur fragilité structurelle conjuguée à la précarisation que leur impose la fermeture trop précoce d’une voie d’accès essentielle, ceci pendant la période estivale. Rien ne s’oppose a priori à une décision municipale d’ouverture tardive. Le Collectif 23h59 demeure dans l’attente et vigilant. Le Festival approche, il est susceptible de constituer une formidable caisse de résonnance pour un conflit a priori résolu, mais qui aurait aussi pu être éteint très rapidement et simplement.   facebook.com/collectif23h59