SAS Coopérative Qui vivra Bérat

La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accompagne dans cette drôle d’aventure (voir sur le site des Utopia les PDF des gazettes de Tournefeuille).
Un rêve devenu réalité pour dix personnes qui, arrivées à un âge certain, refusent de baisser la garde, rêvent d’une alternative à opposer aux propositions peu motivantes qui leur sont faites par une société avide de profit… et pose une question essentielle : est-il possible de ne pas compter pour des prunes dès qu’on commence à sucrer les fraises ?

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/410/SAS.jpg
 

C’est ainsi qu’on s’est lancés dans ce pari que certains trouvent fou (peut-être à juste titre), parce que fondé sur des bases inhabituelles : l’acquisition en coopérative d’un lieu de rêve qui serait non seulement un habitat collectif pour nous-mêmes, mais aussi un lieu de rencontres, de culture, d’agriculture, de ressourcement… Il s’y est d’ailleurs passé bien des choses cet été, il s’en passera bien d’autres cet automne et plus encore cet hiver…

En venant profiter d’une de nos trois chambres d’hôtes, en louant un studio sur une plus longue durée (année scolaire, travail temporaire…, etc.), en venant y exercer votre passion préférée (l’espace est large) vous contribuez à nous aider à financer ce projet hors normes tout en vous offrant (pour pas cher) le grand frisson annoncé dans le film Et si on vivait tous ensemble – souvenez-vous : cette histoire très sympa avec Jane Fonda, Géraldine Chaplin, Pierre Richard et les regrettés Claude Rich et Guy Bedos. L’Ariège est à deux pas et ceux qui viennent de loin peuvent se régaler de randonnées magnifiques…

• Vous pouvez venir tout simplement pour être tranquille un moment, rêvasser dans le parc, plonger dans un roman en écoutant Beethoven par l’orchestre de Chambre de Toulouse, jouer vos propres arias sur l’excellent piano du salon de musique (il n’est pas interdit d’apporter violon ou flûtiau)…
• Vous pouvez aussi nous interroger sur cette tentative (parmi d’autres) de vivre autrement : aucun de nous, isolé, n’aurait pu prétendre habiter dans un si bel endroit – alors pourquoi et comment rejoindre la cohorte multiforme des « habitats partagés » qui poussent un peu partout ?

Le week-end du 16/17 octobre prochain sera le premier d’une série de week-ends à thème :  projection de film en plein air (selon météo), lecture, musique et bavardages (pot au feu ou repas végétarien). « Philosopher c’est apprendre à mourir » écrivait Montaigne… et redevenir ainsi, joyeux et libre : on en recause…