ÉDITO Décembre 2021

Dans le département du Vaucluse disparaissent 400 à 500 hectares de terres agricoles chaque année, consommés par le tissu urbain, les zones artisanales, industrielles et commerciales, les réseaux routiers… Conséquence dramatique, la surface agricole du département diminue 3 fois plus vite qu’au niveau national, soit 1 terrain de foot par jour !
Ainsi plus de 3000 hectares de terres agricoles et espaces naturels sont promis à l’urbanisation d’ici 2030.

Sauvons nos terres 84 rassemble des citoyennes et citoyens, des associations (dont France Nature Environnement 84), des collectifs ainsi que la Confédération paysanne, soit plus de vingt-cinq organisations dont l’objectif commun est la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers du Vaucluse.
 

Et il y a sûrement un projet près de chez vous 

Ils ne cessent de se multiplier : Cavaillon (170ha), Pertuis (85ha), Montfavet (12ha), Carpentras 30ha), Sarrians (10ha), Malaucène (15ha), Entraigues (50ha), Sorgues (38ha), Mazan (10ha), Monteux (20ha), la LEO - voie de contournement d’Avignon - (40ha), Velleron (27ha), ou encore Orange, Couthézon, et d’autres ici ou là ; et nous imaginons que la liste va continuer à s’allonger.
Dans une période où tous les partis politiques, toutes les personnes décisionnaires, élues, candidates déclarées ou pas encore, ont les mots « protection de la planète » à la bouche, nous ne sommes pas sûrs que nous puissions encore longtemps nous satisfaire de ces discours et bader la Planète comme un jardin de jeu avec un rapport uniquement esthétique ou touristique mais surtout économique et à courte vue.
Tous ces collectifs, associations demandent, somme toute raisonnablement, que tous ces projets, venant souvent de décisions vieilles de plusieurs années voire quelques décennies, soient réétudiés, repensés, réévalués par rapport aux connaissances actuelles et à leurs impacts futurs face aux enjeux climatiques, à la dégradation galopante de notre environnement, à l’effondrement de la biodiversité, et tout simplement au bien-être des générations futures.

Au nom d’un réalisme mortifère, beaucoup de politiques et « décideurs », (pas tout le monde quand même ! comme me dit ma voisine), refusent de voir plus loin que le bout de leur nez ou leur mandat ; ils ont quand même souvent essayé de faire passer les défenseurs de la Planète pour des rigolos irrationnels, des hurluberlus inconséquents et irréalistes. 
Pourtant, tous ces collectifs qui se battent pour la sauvegarde des terres ont acquis une véritable expertise  dans leur domaine ; ils réfléchissent et construisent ainsi des alternatives pour démontrer que d’autres choix seraient possibles.


Exemple de la rénovation de la digue de La Barthelasse

À la fin des années 1990, soit il y a une trentaine d’années, est proposé un projet de rénovation de la digue de la Barthelasse à Avignon. Ce méga-projet comportant l’arrachage de milliers d’arbres et la destruction des plages alluviales est toujours d’actualité, malgré les avis défavorables des autorités environnementales. Il a été déposé une dernière fois par le Grand Avignon en décembre 2019 avec une demande de dérogation pour la destruction de 62 espèces animales protégées.
Aujourd’hui donc, 30 ans plus tard, nous entrons dans une phase décisive puisqu’une procédure d’enquête publique s’ouvrira du 6 janvier au 9 février 2022, visant à établir si, oui ou non, en fonction de tous les avis exprimés, il est d’utilité publique d’entreprendre de tels travaux. Sachez que toute personne (vous aussi donc) peut y apporter sa contribution, dire son opposition et demander que soient étudiées les solutions alternatives.


Pour consulter le dossier de l’enquête à partir du 6 janvier. 
En ligne : www.registredemat.fr/protection-iles-piot-barthelasse
À la mairie annexe Quartier Barthelasse-Piot - Villa Avenio - (siège de l’enquête) ainsi qu’à la mairie Annexe Intra-muros Maison Manon du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h.

Pour avoir le point de vue du collectif SOS Barthelasse - Sauvons les Arbres : urlr.me/dbn9y 
Pour les contacter : SOS Barthelasse / Sauvons les Arbres, 97 Av des Frères Lumière -  84703 Sorgues 
sos.barthelasse@gmail.com  
04 90 86 44 27
facebook.com/sos.barthelasse/

Pour déposer vos contributions à l’enquête publique. Par mail : protection-iles-piot-barthelasse@registredemat.fr
Sur registre en mairie annexe de la Barthelasse ainsi qu’à la mairie Annexe Intra-muros Maison Manon.
Les adresser par voie postale au président de la commission d’enquête domicilié au siège de l’enquête (voir adresse plus haut).

Si vous vous interrogez sur la pertinence du projet de rocade LEO, vous pouvez contacter le collectif PUMA sur :
facebook.com/collectifantileo/
Ils ont ouvert un appel à financement participatif : 
www.helloasso.com/associations/france-nature-environnement-vaucluse/collectes/stoppons-la-leo