Soutien

Fil des billets

vendredi, octobre 21 2016

Les Boboyaka cherchent des hommes

« Ne prenons pas la vie trop au sérieux : de toute façons, nous n’en sortirons pas vivants. » (Woody Allen ?) 
Cherchons coopérateurs et co-créateurs pour rejoindre une coopérative d’habitants à Bègles. Qui dit coopérative d’habitants dit projet novateur, participatif, lieu pour y vivre bien, autrement et vieillir ensemble.
Besoin de se retrouver seul et pouvoir se retirer chez soi, ou envie de partager avec d’autres un verre, une lecture, une sortie … c’est possible.
Pour cela, pour que le plaisir soit au rendez vous, nous pensons qu’il faut un équilibre hommes / femmes…
Ce lieu devrait voir le jour début 2019 et accueillir 25 personnes.
Nous sommes à ce jour une quinzaine engagés dans l’aventure. Pour l’instant les femmes sont majoritaires. Nous souhaitons donc que des hommes rejoignent ce projet. Aussi osons-nous écrire «  Cherchons hommes de 60, 65, 70 ans… pour partager l’aventure avec nos différences. »
Les Boboyaka - boboyaka@free.fr
Association HABICOOP

dimanche, septembre 11 2016

Le Collectif contre le Golf de Villenave d’Ornon

Le Collectif contre le Golf de Villenave d’Ornon, engagé pour la préservation de la zone humide particulièrement précieuse et fragile, appelle à la mobilisition !
Cette Zone classée Natura 2000, en bord de Garonne, à Villenave d’Ornon près de Bordeaux, est importante pour de nombreuses raisons, parmi lesquelles : la beauté du site et des espèces qu’il abrite ; espèces prioritaires et protégées ; sa capacité à fixer le carbone ; aire de repos migratoire pour les oiseaux ; terres agricoles en périphérie urbaine ; lieu de pêche et de promenade pour les riverains.
La destruction de cette zone sensible entraînera : usure des nappes phréatiques ; risque accru d’inondations ; usage de pesticides sur une zone humide ; mépris de la loi et de la démocratie par les élus et les lobbies ; le dénis de justice pour les citoyens opposants
Pour le respect de toutes les formes de vie, pour une agriculture paysanne, pour une vraie démocratie respectueuse de la parole du peuple, nous appelons les habitants de la région et au-delà, les associations, les entreprises engagées… à joindre leur voix à la nôtre.
Angie & Vizz
plantation@riseup.net

vendredi, août 5 2016

Stop Linky Bordeaux Métropole

stoplinky.bordeauxmetropole@laposte.net

Rebondissement dans l’affaire du Linky, le nouveau compteur électrique d’EDF
Le rapport tant attendu de l’Agence sanitaire (Anses) vient de tomber, le Vendredi 8 Juillet, et confirme que l’urgence est d’informer les citoyens pour qu’ils réduisent leur exposition (et celle de leurs enfants) aux ondes électromagnétiques. Les experts mettent en cause les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés. 

On leur avait pourtant bien dit, à nos chers élus, propriétaires du compteur Linky et consorts, Gazpar pour le gaz et pour l’eau, tous trois émetteurs d’ondes électromagnétiques, sans oublier les appareils qui vont avec (répéteurs, répartiteurs, concentrateurs,… et renvoi des données par téléphonie mobile) qui doivent être installés dans les rues, sur les bâtiments… d’attendre ce fameux rapport avant de convenir avec EDF et ERDF de leur installation chez tout le monde.
Que nenni, rien à battre, quasi tous nos élus, sauf 221 communes à ce jour en France, ont voté « pour » leur installation et poursuivent leur déploiement au mépris de nombreux courriers de refus de leurs concitoyens ! 

En conclusion, continuez à vous opposer à l’installation des compteurs connectés chez vous, parlez-en autour de vous, à vos élus, et si vos petits bras musclés ne suffisent pas à repousser les installateurs d’ERDF et d’EDF, qui n’hésitent pas à utiliser des menaces d’intimidation (1 500 euros d’amende si l’on refuse, ou électricité coupée, harcèlement téléphonique), rejoignez le collectif Stop Linky qui vous y aidera. Il a été créé pour ça. 

Des infos ici et ici et ici !

vendredi, juillet 22 2016

RECHERCHE ZADISTES POUR OPÉRATION GIRONDE

Un article percutant de Fabrice Nicolino dans CHARLIE-HEBDO du 22 Juin

Golf immobilier
RECHERCHE ZADISTES POUR OPÉRATION GIRONDE
Avis à la jeunesse désœuvrée : au sud de Bordeaux, des malandrins sont en train de flinguer au bull 200 hectares au pays du vison d’Europe. Il n’y a rien de plus beau à la ronde, mais les promoteurs, soutenus par des élus très méritants, veulent un golf. Le quatorzième de la région, au bord de la Gironde.

 

Tout est donc possible, mais situons d’abord le lieu, qui borde la Gironde au sud de Bordeaux, sur la commune de Villenave-d’Ornon. Ces 200 hectares de prairies humides et d’étangs sont l’un des derniers espaces naturels du coin. Y baguenaudent le très menacé vison d’Europe et quantité de bestioles qui n’ont jamais été recensées sérieusement. On y trouve aussi l’angélique des estuaires, aux fleurs ovales et blanches, protégée au plan européen. Une partie est en zone Natura 2000, réseau européen des plus beaux territoires écologiques de l’Union.

Lire la suite...

vendredi, juillet 15 2016

Plus de 1000 soutiens, plus de 1000 merci

Je ne trouve pas mes mots ! Ou du moins si, je n’en trouve qu’un : Merci.

Merci au 1017 donateurs qui ont permis à notre campagne de financement participatif sur Ulule d’aboutir.
Merci à tous ceux qui ont, pratiquement tous les jours, partagé cette campagne aussi bien sur Facebook que sur Twitter, par mails ou de vive voix.

Merci au comité des 33 et à chacun de ses membres qui ont tous investi une énergie précieuse pour amplifier notre appel.
Merci à nos confrères, du Club de la presse à Sud Ouest, en passant par La clé des Ondes pour avoir relayé notre projet.

Merci aux structures amies comme le cinéma L’Utopia ou la librairie La Machine à lire d’avoir fait circuler l’information sur leurs listes de diffusion.
Merci à la centaine de personnes présentes à la soirée de soutien au Bar de la Marine, où les prises de paroles nous ont réconfortés et regonflés à bloc.

Merci à chaque membre de notre équipe qui, chacun à sa manière, a apporté son souffle pour tenir cette longue course qui a duré 45 jours.

Je ne trouve pas mes mots, alors je vais vous en emprunter certains, piochés ici et là dans vos messages et commentaires.

« Le jour du 14 juillet, une liberté sauvée. Un symbole ? »
« Une solidarité qui donne de l’espoir aux médias qui sortent de l’idéologie dominante. » « Quel magnifique exemple de solidarité ! »
Ou encore
« C’était plus palpitant que tous les match de l’Euro, plus haletant qu’une montée du Tourmalet […] Quelle joie de savoir que vous allez continuer !!! »

Grâce à vous, Rue89 Bordeaux va pouvoir continuer. Grâce à vous, nous disposons d’un nouveau capital pour repenser notre média, rafraîchir le site et étoffer les contenus. Grâce à vous, nous allons jeter les bases de notre modèle économique.

Le chantier est immense, mais l’envie est énorme. Car si vous nous avez fortement aidés à nous relancer financièrement, vous nous avez surtout envoyé le signe le plus précieux en ces temps de doute et d’appréhension : vous nous avez témoigné de votre confiance.

Nous savons aujourd’hui que toute notre abnégation mise au service d’une certaine idée de l’information, et notre obstination dans la conduite de notre ligne éditoriale, n’étaient pas sans écho. Votre adhésion à notre campagne était le meilleur moyen de nous le faire comprendre.

Avec cette impulsion, il ne nous reste plus qu’à aller plus loin. Dès la semaine prochaine, nous allons nous atteler à la réalisation des contreparties pour vous les proposer vite, aux premières réflexions sur la refonte de notre site afin de le mettre en ligne à la rentrée, et à la concrétisation de nos actions de développement dans l’espoir d’en récolter les fruits début 2017.

Au nom de toute l’équipe, je vous dis encore merci. Oui, je n’ai que ce mot là à la bouche, parce que votre générosité sera toujours le fil de notre engagement pour les années à venir.

Walid Salem, directeur de la publication

samedi, juillet 9 2016

Soutien à Rue89 Bordeaux

Appel pour un financement participatif

 

Le 1er juin 2016, Rue89 Bordeaux a lancé un appel pour un financement participatif sur Ulule. En effet, 2 ans et 6 mois après le lancement du média sur la métropole bordelaise, le modèle économique n’est pas trouvé. C’est la raison pour laquelle la rédaction du journal a décidé de faire appel à ses lecteurs pour réunir 35000 €. Si l’objectif n’est pas atteint, Rue89 Bordeaux devra cesser de paraître.

 

Depuis son lancement le 30 janvier 2014, les lecteurs plébiscitent Rue89 Bordeaux. Nous, la rédaction du journal, avons atteint notre premier objectif : vous satisfaire en vous proposant un nouveau regard sur l’information locale. Nos 1500 articles, publiés à un rythme quotidien, ont été vus plus de 2,7 millions de fois par 450 000 visiteurs uniques, dont plus de 100000 fidèles chaque mois.
D’Agora à Alternatiba, des élections locales à Nuit Debout, de French Tech à Supercoop, Rue89 Bordeaux suit en effet ce qui anime notre métropole. Sur des sujets phares comme le logement, les transports ou l’écologie, notre site vous donne des clés pour comprendre et s’engager dans la vie de la cité. Réactifs sur l’actualité la plus brûlante, nous tenons avant tout à offrir des articles aux angles décalés, des enquêtes et des reportages au long cours, mais aussi des suggestions de sortie et des conseils « vie pratique ».

 

Lire la suite...

dimanche, juillet 3 2016

Le MAI Talençais, une opération de com'...

Communiqué des associations Casse Muraille, Dazibao et les Amis du bois de Thouars – Talence :

Le MAI Talençais, une opération de com’ pour essayer d’effacer la destruction continuelle de l’environnement dans notre commune !
Les Samedi 21 et Dimanche 22 Mai 2016 se tenait dans le parc Peixotto le « Mai talençais », censé illustrer la fibre environnementale de notre maire et de son équipe municipale. Il n’a échappé à personne que juste avant, une entreprise privée a installé un parcours d’accrobranche dans le bois de Thouars, n’hésitant pas à enfoncer dans les arbres de cet Espace Boisé Classé (EBC) des tire-fonds pour soutenir les plateformes, contrairement aux préconisations de la profession. Cette agression au biotope remarquable de ce qu’il reste du bois de Thouars a été autorisée par le maire et la majorité de son conseil municipal.
À Talence, selon l’Atlas de la Biodiversité « Espèces de Métropole » réalisé par plusieurs associations de protection de la nature dont la Ligue de Protection des Oiseaux, vivent actuellement 188 espèces animales (oiseaux nicheurs, oiseaux hivernants, mammifères terrestres, chiroptères, rhopalocères, odonates, reptiles, amphibiens) et 297 espèces végétales. Beaucoup profitent des quelques Espaces Boisés Classés qui subsistent sur la commune, en particulier le bois de Thouars. Ce bois a conservé son périmètre, au moins si on s’en réfère aux photos aériennes dont les premières datent de 1924 (à voir sur le site Geoportail de l’Institut Géographique National), mais a été mité à deux reprises : dans les années 70 pour la construction du stade (athlétisme, football, tennis) et dans les années 2010 pour la construction du Dôme.

La commune de Talence fait-elle preuve de duplicité en prétendant promouvoir la protection de la nature là où il n’y en a plus, tout en autorisant sa destruction là où il en reste ?
A plus court terme, l’exploitation de cet accrobranche entraînera la fermeture, par une clôture, de ce secteur du bois, la construction de cabanes pour le guichet, le rangement du matériel, des toilettes… toutes choses normalement interdites dans un EBC.
Le bois de Thouars n’est qu’un exemple parmi tant d’autres depuis les trois mandats de M. Cazabonne. Depuis plus de dix ans, Talence continue sa densification massive, faisant le bonheur des promoteurs (comme actuellement derrière le Gaumont) et le malheur de ses habitants qui trouvent de moins en moins d’espaces de détente et non pollués par une circulation grandissante
M. le maire : fleurir les ronds-points et les terre-pleins pour gagner des décorations sur les panneaux d’entrées de ville, c’est bien pour le journal municipal, mais respecter les derniers espaces verts, c’est mieux pour vos concitoyens !

Contact : journaldazibao@wanadoo.fr
Calendrier : notre action reprendra le Samedi 3 Septembre au Forum des associations talençaises, de 10h à 18h au Dôme, près de la piscine de Thouars. Des infos : DAZIBAO

mercredi, mai 25 2016

Contre l’absurde projet de golf de la Plantation, à Villenave-d’Ornon

Enfin ! Le quatorzième parcours de golf de Gironde devrait être implanté sur les 167 hectares d’un des derniers coins de nature qui bordent le fleuve, au Domaine de la Plantation à Villenave-d’Ornon. Nous l’attendions tous…
Le Domaine de la Plantation (ou « Domaine de Geneste »), c’est l’une de ces fameuses « zones humides » qui servent d’éponge pour tempérer les crues de la Garonne et de refuge à des espèces rares telles que le vison d’Europe, ce petit mammifère discret, et l’angélique des estuaires, cette élégante plante aux larges fleurs blanches. Il s’agissait d’ailleurs d’une de ces zones sanctuarisées - dites « Natura 2000 » - du fait de leur exceptionnelle richesse naturelle, mais on sait bien que de tels labels ne pèsent rien face aux forces de l’argent (tout au mieux ces labels servent-ils à établir des réserves foncières, comme on oublierait une bonne bouteille de vin à la cave afin qu’elle prenne de la valeur 10 ou 15 ans plus tard).

Le Domaine de la Plantation, c’est surtout d’anciennes terres fertiles où, il n’y a pas si longtemps, quelques fermes maintenaient encore une agriculture vivrière en marge d’une des plus grandes cités de l’hexagone. Et certains se souviennent encore avec émotion d’être allé chercher du lait frais dans l’une de ces bâtisses entourées de prés où paissaient quelques vaches. Mais pas de sentimentalisme, car l’avenir nous attend de pied ferme : on a déjà rasé la dernière ferme du coin pour ériger les 14 étages de « La part des anges », ce monstrueux bâtiment de béton rose criard où l’on parquera quelques humains de plus. Pour en divertir certains, il faudra donc recouvrir cette nature encore vivante des courbes lisses d’un parcours de golf – mais un « golf écologique » nous promet-on –, sans doute tout aussi écologique que les généreuses bouffées de pesticides cancérigènes qu’il faudra y répandre, tout aussi écologique que les tonnes d’engrais chimiques qu’il faudra déverser sur cette pelouse qui devra demeurer irréprochable à longueur d’année mais surtout, tout aussi écologique que l’épais béton gris des hôtels et du centre de congrès qui prendront place sur la friche – le tout designé par une clique d’architectes désœuvrés mais dans le vent, dont « La part des anges » annonce déjà l’inspiration et le goût constant et affirmé pour tout ce qui est proprement hideux.

Lire la suite...

mardi, avril 12 2016

Mort programmée du documentaire sur les antennes régionales de France 3 ?

C’est une pétition qui vient de surgir sur change.org : en Janvier 2016, la direction de France 3 a décidé brutalement et sans concertation de déprogrammer les 240 documentaires régionaux qu’elle coproduit chaque année, pour reléguer le Lundi soir après minuit des films qui jusqu’à maintenant étaient diffusés les fins de semaine en journée. Il sera ainsi démontré que, décidément, personne ne s’intéresse aux documentaires en dehors des insomniaques… Dieu bénisse les insomniaques !
Au même moment, l’émission emblématique de France 3 « La Case de l’Oncle Doc » disparaît des radars. Depuis des années, elle rediffusait une partie de ces œuvres régionales au plan national. Serait-ce la mort annoncée du documentaire produit en dehors de Paris par le service public ? Pour nous, Utopia, ce nouveau coup porté aux films de la diversité va dans le sens tant dénoncé d’un apauvrissement, d’une normalisation des programmations, orientées de plus en plus vers le sport, les jeux, les feuilletons couillons, les docu-promotion de régions…
« Je signe, écrit Jean-Louis Comolli, parce que le documentaire est nécessaire à la démocratie… Il y a forcément un élément émancipateur dans ces documentaires, cela ne plait pas aux néolibéraux en place » écrit Gérard Robert… La pétition frôle les 3000 signatures.

 

PÉTITION : Mort programmée du documentaire sur les antennes régionales de France 3

lundi, mars 14 2016

REHABILITER LES TIRAILLEURS NAUFRAGÉS

MemoiresEtPartages.jpg
 

C’est une drôle d’histoire que révèle encore une fois notre ami Karfa Diallo. L’histoire oubliée de tirailleurs naufragés lors de la plus grande catastrophe maritime française.
Après plusieurs années de combats et de souffrances dans les tranchées du Chemin des Dames, pour une guerre imposée, bien loin de leurs intérêts et de leurs terres, plusieurs compagnies de tirailleurs sénégalais rentraient retrouver leur foyer. C’est de Bordeaux, quai des Chartrons, que partit, le 9 Janvier 1920, le paquebot « L’Afrique ». Dès son appareillage, L’Afrique montre des signes de faiblesse. Des incidents inexpliqués surviennent lors des manœuvres pour sortir de l’estuaire. Ayant heurté une épave, le navire ne répond plus aux commandes. Il dérive dangereusement au milieu d’une terrible tempête qui interdit toute tentative de secours. Dans la nuit du 12 au 13 janvier 1920, entre l’ïle de Ré et les Sables d’Olonne, L’Afrique sombre avec presque tous ses passagers. On comptera seulement trente-six survivants dont quatorze Sénégalais, trois passagers, et dix-sept membres de l’équipage. Parmi ces miraculés, aucune femme, aucun enfant. 
De violentes controverses judiciaires, techniques et politiques surviendront plus tard mais jamais on n’accordera aux 178 soldats « indigènes » disparus en mer, dans l’exercice de leur devoir, l’hommage et la reconnaissance pour service rendu à la France. Morts pour la France, ignorés de tous, ces tirailleurs gisent toujours au fond de l’Océan.
Dans le cadre du centenaire de la grande guerre et à l’heure des errements sur les questions de nationalité, l’association internationale Mémoires & Partages lance un appel pour qu’un hommage soit rendu à la centaine de tirailleurs dont l’âme réclame justice. Une pétition est lancée sur la plate-forme change.org. 

 

Toutes les infos sur MÉMOIRES ET PARTAGES

- page 3 de 9 -