Non à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Samedi 17 Novembre 2012 à 11h
rendez-vous sur place pour une réoccupation des lieux !

Notre-Dame-des-Landes, au Nord de Nantes, là où Jean-Marc Ayrault veut construire, avec l’aide de la multinationale Vinci, une gigantesque plate-forme aéroportuaire (ce sera le troisième…), est aujourd’hui au cœur de l’actualité citoyenne et cybernétique ! Tapotez sur internet « aéroport Notre-Dame-des Landes » et vous saurez tout !
Qui a vraiment envie de cet aéroport en pleine débâcle agricole, environnementale et climatique ? Depuis 40 ans il en est question et depuis 40 ans, grâce à une résistance locale extrêmement opiniâtre et bien informée sur les tenants et les aboutissants d’un tel projet, il n’a pu se faire. Pourquoi le réactiver maintenant alors que l’opinion publique locale et bien au-delà, les organisations telles que Les Amis de la terre, Attac, la Confédération paysanne, Droit au logement, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports, Générations futures, Greenpeace, Paysages de France, Réseau action climat, l’Union syndicale solidaire, plein d’AMAP… sont farouchement contre et qu’il va à contre-sens de toutes les expertises, rapports et autres nouvelles données sur notre environnement ? On étouffe sous le CO2 et le diktat de l’économie compétitive ! Et ce n’est pas tout ! L’aéroport est prévu en pleine zone humide, sur 2 000 ha, là où les écosystèmes se régulent et où se développe la biodiversité ! Et que ces zones, essentielles à notre vie sur terre, sont de plus en plus en rares selon le Programme des Nations unies pour l’environnement ! Mais encore : plus aucune terre agricole, aucune ferme sur cette vaste et fertile étendue, alors que chaque jour on déplore officiellement leur disparition, ni de population gage de vie et de prospérité des petits villages ! Tous vont être expropriés ! Qui voudrait être l’artisan d’un tel massacre à l’aune d’un futur qui plus est, ironie de l’histoire, sans pétrole, que l’on voudrait exempt de saloperies pour les générations tout aussi futures ? Pourquoi cette obstination de la part des politiques, de droite comme de gauche, ce silence des quelques écolos au gouvernement ? Entre obstination purement politico-économique et réalité, raison écologique et désir de démocratie, laquelle des deux propositions est la plus excitante ? Celle qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez et satisfait quelques lobbies publics/privés pour quelques années ou celle qui se soucie de tous et du long terme ? Laquelle des deux invite vraiment au décollage et à l’atterrissage dans des contrées de rêve ?

Mais aujourd’hui n’est pas encore demain, l’aéroport n’est pas encore construit, et il y a peut-être un espoir pour que le recours auprès de Bruxelles déposé par les opposants locaux dans le dossier « Loi sur l’eau » soit accepté. Tout n’est donc pas perdu, le temps n’est pas à la déprime, et réjouissons-nous plutôt de ce qui se passe ! Oui, réjouissons-nous car la mobilisation pacifique de ces opposants, paysans, collectif d’élus (il y en a), et transfuges post-civilisation industrielle est une aubaine, une fabuleuse occasion d’exprimer nationalement notre ras-le-bol d’une société mortifère, paralysée par tant de dénis répétés, et, par dessus tout notre désir d’une certaine idée de notre société de demain ! Cette résistance à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est donc en fait une chance magnifique pour réfléchir, mettre ensemble cartes sur table, et, peut-être arrêter les conneries. Car, comme l’écrit Hervé Kempf (Le Monde du Lundi 22/10/2012) : « elle a permis de voir que se cristallisent ici toutes les problématiques qui forment le complexe écologique de ce début du xxie siècle ». Mais aussi, dirons-nous, elle permet d’entrevoir deux mondes qui aujourd’hui s’affrontent, se jaugent, se reniflent la truffe, l’un que l’on sent (aimerait) crépusculaire, ancré dans ses vieilles traditions sécuritaires et obsessions pécuniaires (faut voir sur internet le déploiement de gendarmes et de CRS dans les champs, on se croirait en pleine guerre civile), l’autre, encore balbutiant, ne sachant encore trop trouver sa place, et s’il en a une, reposant encore sur de frêles épaules et de fragiles pensées désintéressées, humanistes et altruistes, mais plein de belles promesses réalisables, et ça, ça vaut son pesant de cacahuètes (bio)…
Infos et lieux de rendez-vous : zad.nadir.org

Commentaires

1. Le vendredi, novembre 16 2012, 20:25 par Gildas PRIGENT

Encore une affaire de gros spéculateurs ,qui veulent la mort des campagnes,quel gaspillage d’argent et qui va payer,non à cette aéroport qui n’apportera rien de plus,ami de la terre battez vous dites non„„,

2. Le vendredi, novembre 16 2012, 23:17 par Pol Ernaz

Echanges sur le forum des “anti”-aéroport de Notre Dame des Landes
Lettre au collectif anti-aéroport de Notre Dame des Landes. Samedi 10 nov. 2012

Sauf votre respect !

Détail important : je pensais qu’il n’y avait que les corses ou les truands à se cacher derrière des cagoules. On ne veut pas être reconnu parce que l’on participe à des actions que la loi réprouve ou tout simplement parce qu’on n’a pas le courage de ses opinions. Cette population soi-disant de conviction que draine le projet de Notre Dame des Landes n’est en fait constituée en majeure partie que d’éléments marginaux ayant le même état d’esprit que tous ces individus incontrôlables qui profitent de la première manifestation venue pour faire le coup de poing et vandaliser tout ce qui peut l’être. Ce n’est pas à l’honneur des “Verts” ou prétendus tels que de cautionner ce genre de comportement.
L’aéroport de Notre Dame des Landes se fera. Premier importuné par ces travaux, empruntant régulièrement des routes qui seront certainement coupées ou déviées. Cela ne perturbera pas outre mesure mes habitudes vu que les actions actuelles d’une poignée d’excités irresponsables nous habituent avant l’heure à ces désagréments inéluctables mais qu’acceptent volontiers les personnes qui pensent que l’intérêt général prévaut sur les petits soucis des particuliers.
Pol Ernaz

Une réponse de : zad@riseup.net Samedi 10 nov. 2012

“petits soucis des particuliers”, bien envoyé vers les familles en expropriation et les habitantes qui vivent içi depuis des dizaines des années.heureusement pour vous, vous etes pas concernez, très bien pour vous.
Pour vos enfants et les generations après eux, surement vous avez pas des soucis non plus, bien évidement, c’est cette esprit qu’il faut d’abandoner.
irresponsable monsieur, c’est vous !
Réponse à la réponse : Dimanche 11 nov. 2012

Bravo !

Vous, dont la provocation est certainement une seconde nature, êtes tombés comme un seul homme dans le panneau d’une autre provocation à peine insidieuse que comportait la fin de mon message.

Mais, à moins que vous n’ayez séché l’école de la république – peut-être déjà adepte de l’école buissonnière – votre français approximatif confirme ce que nous savons et apporte de l’eau à mon moulin : la barque de la contestation sur cet aéroport semble bien être avant tout conduite non par les autochtones, mais par des étrangers désœuvrés et illuminés dont les médias nous font l’écho. Connaissant vos propos, vous direz qu’il s’agit là de désinformation… genre dans lequel vous excellez avec brio sur votre site internet. Personnellement, pour le constater moi-même lors de mes fréquents passages dans cette zone que vous vous êtes approprié indûment en y laissant vos marques de fabrique tel ce vandalisme sur les panneaux routiers que l’on vient tout juste de remettre en état après plusieurs années. Est-ce responsable et intelligent de mettre un zéro sur un panneau où la vitesse autorisée est de cinquante ou soixante-dix kilomètres à l’heure?

Vous devinant originaire – informez-moi si je me trompe, et en quel cas songez à améliorer la langue de Descartes pour votre communication – d’un pays limitrophe de l’hexagone, j’imagine que pour arriver jusqu’ici, chez nous, et rester en conformité avec les valeurs que vous prônez, la chaise à porteurs ne fut point votre moyen de locomotion : rassurez-moi, l’emploi de deux laquais est bien incompatible avec votre idéologie anarchisante? A moins que vous ne vîntes à pieds comme tout bon pèlerin sur les chemins de Saint Jacques muni du crédential et du bâton idoine? Je vous sais allergique au moteur à explosion qui crée tant de pollution et je ne vous voie pas utilisant les services des chemins de fer grands massacreurs de nos beaux paysages avec leurs lignes électriques et ces rails défigurant nos campagnes à l’infini ! Non, vous empruntâtes, cela ne fait aucun doute, cette bonne vieille diligence dont vous rêvez le retour à moins que ce ne fut la malle-poste moins aristocratique mais plus à la portée de vos bourses plates.

Pour les enfants et les générations à venir, je leur souhaite avant tout d’avoir un travail honnête et assez rémunérateur pour leur permettre d’affronter sans trop de soucis les aléas de la vie et de décider eux-mêmes, parce que leurs parents leur auront inculqué les valeurs indispensables à toute vie en société (le respect des personnes et des biens en étant la base), du choix de leur qualité de vie et de vivre ensemble. Le projet de Notre Dame des Landes génère à n’en pas douter de grands espoirs pour d’innombrables personnes en mal de travail, n’est-il pas ?

Ceci dit, je n’attends qu’une réponse, un avis, une explication de votre part : POURQUOI DES CAGOULES ?

Pol Ernaz

P.S. Mon propos n’est pas ici de critiquer une élocution défaillante et non académique d’un étranger maitrisant mal notre langue, mais bien de stigmatiser des individus venant d’autres cieux pour imposer leur “loi” (terme imprope en l’occurence) sous nos contrées.

zad@riseup.net Lundi 12 nov. 2012

difficile d’avoir envie de répondre à une telle débauche de mépris et de mesquinerie, pas la peine d’utiliser le passé simple juste pour épater les galeries non-francophones,
et si vous persistez à ne pas comprendre qu’il n’est pas possible de s’opposer à un projet porté et par l’etat et par les multinationales (pour leurs intérêts à eux, parce que si vous croyez encore qu’un aéroport est d’intérêt général, c’est bien triste, et manifestement, changements climatiques, disparitions des terres agricoles, et exploitations des travailleurs ne signifient rien pour vous ) à visage découvert, tant pis
courage à vous, automobiliste vaillant de la zone, et ne vous laissez pas aller à rouler plus ou moins vite que ne l’autorisent les panneaux

Nouvelle réponse Mardi 13 nov. 2012
Quand on est, comme moi, amoureux de la langue française, on la décline sur tous les modes fût-ce le passé simple ou l’imparfait du subjonctif. J’y prends personnellement grand plaisir et il ne s’agit en rien d’épater la galerie. Prenez-le comme vous voulez, c’est votre problème, mais par votre réponse vous me confirmez bien la présence –ce que nous savions déjà- de non-francophones i.e. d’étrangers qui n’ont absolument rien à faire dans cette entreprise si ce n’est qu’ils sont catapultés –et entretenus, je suppose- par des lobbies politico-écolos ou altermondialistes dont les méthodes instituent en axiome le principe de la violence pour dénoncer les idées ou décisions soi-disant elles mêmes violentes de l’establishment que vous confondez avec les institutions démocratiquement élues.
Je persiste à affirmer que l’utilisation de cagoules ou toute autre forme de déguisement ayant pour but de ne pas être reconnu lors de manifestations procède de la lâcheté. Force est malheureusement de constater, et cela ne vous a pas échappé – c’est votre credo- que les exactions d’un collectif annihilent toute responsabilité individuelle… c’est si facile !
Je suis passé hier au soir sur cette route qui va de La Paquelais en direction de Redon. Et j’ai constaté. J’ai constaté avec quel brio et désinvolture, vous, partisans et défenseurs de la nature et de la paix (?!!!), vous n’hésitez pas à massacrer cette même nature en dressant des barrages faits de branchages et d’arbres coupés. Il m’a même fallu franchir un check point (j’imagine que dans votre certitude sur le bien fondé – méthode Coué – de vos manœuvres c’est le qualificatif que vous donnez à cette barricade de branchages affublée d’une barrière qu’un petit caporal fait pivoter manuellement). Et vous m’avez même proposé un tract pour la prochaine manifestation du samedi 17 novembre ! De quel droit osez-vous exiger des automobilistes le respect du règlement au code de la route sur cette voie théoriquement libre, pas particulièrement accidentogène, alors que vous y installez des barrages et vandalisez les panneaux de signalisations?
J’invite toute la population, en grande majorité favorable au projet contrairement à ce que vous voudriez faire croire, à faire le déplacement pour constater quelle zone de non-droit vous avez accommodez. La vue de telles dégradations ne peut qu’appeler de ses vœux une intervention des autorités et de la force publique afin de rétablir la liberté de circulation en évacuant manu militari tous ces éléments perturbateurs par nature dont vous vous faites le chantre.
Amen… (Je le dis pour vous…j’ai l’intuition que ce mot vous est venu malgré vous au terme de cette péroraison car il est certain que vous entravez le latin autant que le français).
Amen… amen dico vobis…
Pol Ernaz

Le 16 novembre 2012 09:02, suggestion à <zad@riseup.net>

Pour donner suite - ce que vous n’attendez pas - à nos échanges, il me vient une idée : je suggère que vous alliez vous reposer du côté de Savines-le-Lac. En vous penchant sur l’historique de ce village, vous apprendrez combien la population était hostile au barrage… Il est évident que les nouvelles générations ne regrettent pas le diktat des autorités qui allait à l’encontre des souhaits de la population de l’époque. C’est un exemple, je n’en dirai pas plus, il vous suffit de regarder et écouter en cliquant sur ce lien  :http://www.dailymotion.com/video/x4…

3. Le lundi, novembre 19 2012, 22:03 par hyppo

A Pol Ernza !

je me permets de faire un peu d’ingérence dans votre discussion à deux.

Pour quelqu’un vivant si près de ce magnifique bocage et ayant un grand souci du verbe que vous souhaitez préserver , des beaux mots, je dois dire que vous me dépassez !

Vous êtes en plein paradoxe cher Monsieur, vous vous permettez de discuter du style de quelqu’un qui sait largment s’exprimer… Vous êtes donc genre à vouloir sauvergarder le français dans le meilleure style mais la belle nature, le bocage où vous avez la chance de vivre, vous vous en contrefoutez… OUi les 4 voies, commerces, casinos, pistes , avions ne vous perturberaient pas du out ! Le factice vous l’admettez via le consumérisme mais pas les lettres pseudo délabrées !

Vu d’une centaine de kms où je suis, je vous trouve tout à fait hallucinant. Faites -vous partie des gens que Vincci a su acheter ?

Je suis perplexe et triste de lire votre cheminement. Enfin sacher que dans le monde que vous revendiquez : il n’y a pas de place pour les livres, les mots, la poésie, ni le bon français ! Un bon franglais est parfait !

D’une bretonne consternée.

4. Le dimanche, novembre 25 2012, 15:48 par Thierry

Un avion gros porteur brûle semble t-il au décolage l’équivalent de l’oxigène de la forêt de Fontainebleau ,édifiant !

Je n’ai pas d’info concernant son taux de co2 due au rejet de son gaz gaz d’échappement !

J’ai pensé que cette info pourrait vous être utile dans le débat

> Avec toute ma sympathie

>

> Thierry