18 salles ça va, 30 bonjour les dégâts

Autant l’avouer, nous avons un peu serré les fesses cet été. En effet, en cette fin du mois d’août, 2013 s’annonçait en terme de fréquentation, comme l’année la plus faible depuis notre ouverture en 1999. La presse professionnelle, jouant les mauvais augures, faisait état d’un effondrement inquiétant des entrées (jusqu’à 30 ou 40 % dans certaines salles). Pas assez de blockbusters, été beaucoup trop sec. Le premier constat nous faisait rigoler, le second beaucoup moins. On ne le dira jamais assez, la pluie est l’amie des salles obscures et rien ne défrise plus l’exploitant penché sur ses comptes qu’un lever de soleil radieux… Et malgré ça, aux douze coups de minuit 2013, on a compté, incrédules, sur tous nos doigts et dans un contexte de baisse générale du cinéma, qui se situe en France autour de 8% et à Bordeaux de 10%, nous terminons l’année à 305 000 spectateurs, soit une petite baisse de 2% qui doit encore être relativisée compte tenu de la fermeture du ciné pendant dix jours cet été pour cause de travaux sur la climatisation.

Dans le même temps, les entrées d’Utopia à Toulouse progressent d’un peu plus de 4%, mais régressent de 4% à Tournefeuille, la hausse du premier compensant la baisse du second, nous nous trouvons au même niveau que l’an dernier. Il en va ainsi pour les autres salles Utopia : le record étant détenu par Utopia Avignon qui progresse de 5,5% démontrant que les mêmes efforts produisent les mêmes effets. Vous nous êtes donc toujours fortement fidèles et le boulot des équipes locales est partout payé de retour. Côté Vidéo en Poche les ventes progressent de 17% et de nouvelles salles indépendantes ont rejoint notre petit groupe (voir www.videœnpoche.info).
Côté site internet, vous avez été 1 904 309 à venir arpenter notre site en 2013, soit 8% de plus qu’en 2012, avec un pic à 11906 visites le 10 novembre 2013. Faut-il y voir une manière de célébrer l’armistice du 11 novembre et le bientôt centenaire de la guerre de 14/18… Plus curieusement, c’est de la France entière, y compris là où aucun Utopia n’a fait son nid que les internautes nous suivent avec assiduité : 12 000 en Poitou-Charente, 12 730 dans le Nord Pas-de-Calais, 5 400 en Lorraine et la Corse elle-même n’est pas de reste avec 8000 visiteurs… Voilà qui pique notre curiosité et peut préparer de nouvelles implantations car beaucoup nous demandent comment faire un ciné tout pareil…

Seule ombre au tableau, en ce début d’année 2014, mais pas des moindres : l’annonce très tranquille faite en 2013 par la CUB d’installer au Bassin à Flots un nouveau multiplexe UGC de 12 salles qui s’ajouteraient, sans complexe, aux 18 salles gérées actuellement par ce même opérateur, soit 30 salles… Une annonce qui confirme, sans surprise, que les gestionnaires de la chose publique, tout à leur fascination béate de la chose privée et du « big business », témoignent d’une vision fantasmée des réalités économiques qui ne peut déboucher que sur le désordre. On ne peut en effet empiler les multiplexes dans une ville comme les petites culottes dans l’armoire de mère grand. Mais c’est sans doute au moins un moindre mal qu’ils dépendent de plusieurs opérateurs. Donner par contre à l’un d’entre eux, déjà surpuissant par ses implantations, l’occasion inespérée de le devenir encore plus, sur un marché en recul cette année de 10% à Bordeaux, comporte un risque : celui d’aboutir très vite à la création d’un monopole qui disposerait seul à son gré du choix des films à diffuser et du prix des places dont devrait s’acquitter le consommateur. C’est aussi le risque, vu le positionnement en matière de programmation d’UGC, de mettre en péril notre propre exploitation indépendante (5 petites salles contre 30… vous voyez le topo) mais aussi toute une politique portée par les collectivités locales en faveur des cinémas de proximité. Nous invitons donc la CUB à la raison, à la réflexion et à la prudence pour se joindre à nous dans la prière. Nous allons leur écrire prochainement, pour nous positionner très officiellement sur ce projet et leur présenter une alternative toute de raison, de finesse et de subtilité…

Commentaires

1. Le samedi, janvier 18 2014, 19:13 par MK2

Et le MK2 prévu en face de Darwin, vous en dites quoi ?

2. Le dimanche, janvier 19 2014, 17:42 par Stephen

ça nous fait bien rigoler, mais si cela était vrai, on préférerait largement que ce soit un autre opérateur qu’UGC qui vienne à Bordeaux.

ça éviterait cette mainmise sur la ville de Bordeaux par UGC avec 30 salles.

3. Le mardi, février 4 2014, 09:02 par Bordeaux

L’utopia serait contre le projet d’un complexe supplémentaire ou l’utopia serait interessée pour quelques salles gérées par son groupe dans le nouveau quartier de Bordeaux Maritime?

4. Le mercredi, février 5 2014, 15:19 par Stephen

Dans l’éventualité où un cinéma s’implanterait au Bassin à flots, nous sommes contre le projet d’un complexe de 12 salles gérés par UGC, déjà largement présent avec ses 18 salles dans la ville. Cela créerait un déséquilibre trop important bien évidemment.

Nous pensons que dans ce cas, un ciné de quatre/cinq salles suffirait largement et si possible géré par un acteur pas encore présent dans la ville, toujours dans un esprit de diversité et d’équilibre. Encore faudrait-il que des courageux veuillent s’opposer à l’ogre UGC. Parce que sincèrement on a d’autres choses à faire qu’à essayer d’expliquer à nos élus que ce projet est aberrant, mais comme personne n’a l’air de tiquer… Et il faut quand même savoir que Bordeaux est la ville de province où il y a le plus d’écrans par habitants. Et ça ne suffirait pas ? nous on pense que si…

Pour notre part, nous ne sommes pas un groupe, même s’il y a plusieurs salles en France, qui sont pour le coup indépendante les unes des autres mais unis par une même passion du cinéma. D’ailleurs à Bordeaux, nous sommes passé en société coopérative depuis novembre dernier. Youpi !