3 nouveautés Vidéo en Poche

Vidéo en Poche des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : Vidéo en Poche


Kurt CobainKURT COBAIN : about a son
Film documentaire de AJ SCHNACK

D’après les entretiens réalisés par Michael Azzerad pour le livre « Come as you are : The story of Nirvana »

C’est quoi cette arnaque ?
Un documentaire sur Kurt Cobain, le leader de Nirvana, sans presque aucune image de Kurt Cobain, et sans même la musique de Nirvana ? Allez, calme-toi mon/ma jeune ami(e) ! Parce que, bien au-delà des apparences, Kurt Cobain : about a son est probablement le truc le plus intelligent réalisé sur le chanteur, à mille lieues des scandales et des polémiques sur sa fin tragique et ses relations houleuses avec la belle et déjantée Courtney Love.
Le film est entièrement construit à partir de 25 heures d’entretiens audio réalisés pour le livre incontournable de Michael Azzerad, le tout porté par les images des lieux qui ont marqué la jeunesse et les débuts de Kurt Cobain et de Nirvana , avec en bande son toutes les musiques qui ont construit l’imaginaire sonore de Cobain, depuis Queen jusqu’à la scène punk américaine et européenne. On rentre ainsi peu à peu dans l’intimité du chanteur et on a l’impression de mieux comprendre les clés de ce qui a fait la singularité de Nirvana et de son chanteur, devenu icône après son suicide en 1994.


UlyssesUlysse, souviens-toi !
Un film de Guy Maddin, avec Jason Patric, Brooke Palson, David Wontner, Isabella Rossellini, Udo Kier… Scénario de Guy Maddin et Georges Toles, très librement inspiré de L’Odyssée d’Homère.

« L’inimitable “Trésor National Canadien” connu sous le nom de Guy Maddin (voir ses autres films en Vidéo en Poche) nous a livré… le meilleur film du festival de Toronto. Ulysse, souviens-toi ! démarre comme un film de gangsters des années quarante et devient progressivement de plus en dérangé et hallucinatoire. C’est de loin son film le plus audacieux à ce jour… Cette aventure qui révèle la conscience à l’écran emmène Guy Maddin et Georges Toles, son co-scénariste de toujours, vers un tout nouveau niveau d’ambition, jusque dans les contrées lointaines du territoire de David Lynch… » (Revue Film Comment, compte-rendu du Festival de Toronto 2011)

« Je ne suis qu’un fantôme… Mais un fantôme n’est pas rien. » Ulysse Pick est le chef autoritaire d’une bande de gangsters et un chef de famille négligent. Après une longue absence, il rentre enfin chez lui. Chez lui… Une maison qu’il ne reconnaît plus, une maison hantée par les fantômes du passé. Chaque recoin cache un secret dont il cherche la clé et il sent qu’il lui faut entreprendre une véritable odyssée au plus profond de ses souvenirs en parcourant la maison pièce par pièce. Ulysse ramène avec lui Denny, une jeune femme noyée et miraculeusement revenue à la vie qui l’aide dans sa quête. Elle est aveugle, mais son regard vide perce au-delà de la réalité présente. Elle voit ce qu’Ulysse ne voit pas, entend ce qu’il n’entend pas. Accompagnés de Manners, le fiancé de Denny et surtout le propre fils d’Ulysse que ce dernier ne reconnaît même pas, ils arpentent les couloirs et les passages secrets. Ce voyage les mène pas à pas jusqu’à Hyacinth, la femme d’Ulysse, enfermée dans la chambre maritale avec Chang, son amant et l’ennemi juré du chef de bande… Mais cette odyssée n’est peut-être que le rêve qui hante Manners chaque nuit, ou le rêve qu’il aurait tant aimé que son père fasse…


Démocratie zero6Démocratie Zéro6

Film documentaire de Michel Toesca

On se souvient de ce bon mot de Winston Churchill qui disait à propos de la démocratie qu’elle « est bien le pire des régimes à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé ». Il faut dire qu’après avoir tâté du fascisme, du nazisme et du stalinisme, le grand homme, en cette fin de conflit armé avec l’Allemagne, jouait sur du velours. Mais aujourd’hui, alors que ces tristes idéologies ont versé dans les poubelles de l’histoire, force est de constater, à voir les inquiétantes dérives de certains électorats de l’espace européen, que ce « pire système de gouvernement », comme le définissait en rigolant l’homme au cigare, commence à en énerver plus d’un… La faute à « pas de chance » diront certains, la faute surtout à certains élus que nous nous sommes donnés et que nous continuons à nous donner avec un aveuglement qui frise le masochisme. Je ne parle pas de ceux, nombreux, qui œuvrent au quotidien avec dévouement et générosité pour des clopinettes, à commencer par ces héroïques anonymes que l’on voit à l’œuvre dans ce Démocratie zéro6, mais des autres, ceux qui ont fait de la politique leur fond de commerce, une petite minorité surpuissante qui, devenue à force d’intrigues nabab de la République, vit parfois depuis des décennies dans des fromages devenus forteresses inexpugnables malgré l’incroyable médiocrité de son bilan. Démocratie zéro6 nous raconte à cet égard une histoire exemplaire, très révélatrice du fonctionnement pervers de nos institutions qui contribue à ruiner chaque jour un peu plus l’image que le citoyen se fait de la démocratie et de la république.


et plus de 100 autres films au catalogue : Vidéo en Poche