Contre l’absurde projet de golf de la Plantation, à Villenave-d’Ornon

Enfin ! Le quatorzième parcours de golf de Gironde devrait être implanté sur les 167 hectares d’un des derniers coins de nature qui bordent le fleuve, au Domaine de la Plantation à Villenave-d’Ornon. Nous l’attendions tous…
Le Domaine de la Plantation (ou « Domaine de Geneste »), c’est l’une de ces fameuses « zones humides » qui servent d’éponge pour tempérer les crues de la Garonne et de refuge à des espèces rares telles que le vison d’Europe, ce petit mammifère discret, et l’angélique des estuaires, cette élégante plante aux larges fleurs blanches. Il s’agissait d’ailleurs d’une de ces zones sanctuarisées - dites « Natura 2000 » - du fait de leur exceptionnelle richesse naturelle, mais on sait bien que de tels labels ne pèsent rien face aux forces de l’argent (tout au mieux ces labels servent-ils à établir des réserves foncières, comme on oublierait une bonne bouteille de vin à la cave afin qu’elle prenne de la valeur 10 ou 15 ans plus tard).

Le Domaine de la Plantation, c’est surtout d’anciennes terres fertiles où, il n’y a pas si longtemps, quelques fermes maintenaient encore une agriculture vivrière en marge d’une des plus grandes cités de l’hexagone. Et certains se souviennent encore avec émotion d’être allé chercher du lait frais dans l’une de ces bâtisses entourées de prés où paissaient quelques vaches. Mais pas de sentimentalisme, car l’avenir nous attend de pied ferme : on a déjà rasé la dernière ferme du coin pour ériger les 14 étages de « La part des anges », ce monstrueux bâtiment de béton rose criard où l’on parquera quelques humains de plus. Pour en divertir certains, il faudra donc recouvrir cette nature encore vivante des courbes lisses d’un parcours de golf – mais un « golf écologique » nous promet-on –, sans doute tout aussi écologique que les généreuses bouffées de pesticides cancérigènes qu’il faudra y répandre, tout aussi écologique que les tonnes d’engrais chimiques qu’il faudra déverser sur cette pelouse qui devra demeurer irréprochable à longueur d’année mais surtout, tout aussi écologique que l’épais béton gris des hôtels et du centre de congrès qui prendront place sur la friche – le tout designé par une clique d’architectes désœuvrés mais dans le vent, dont « La part des anges » annonce déjà l’inspiration et le goût constant et affirmé pour tout ce qui est proprement hideux.

Implanter un golf immobilier en un tel endroit, voilà le parfait symbole de l’absurdité de notre époque. Une époque de désolation, qui change un terrain naturel ouvert à tous en une étendue artificielle réservée à quelques-uns, qui transforme un espace sain - possible socle pour une agriculture à échelle humaine - en une entité synthétique constamment arrosée de produits agro-industriels toxiques (comme si nous en manquions en Gironde !). C’est un des derniers terrains non aménagés à proximité de Bordeaux, et il lui faut comme le reste disparaître sous le rouleau compresseur des promoteurs et des spéculateurs. Pourquoi donc un tel espace devrait-il nécessairement se changer en terrain de golf et en immeubles et non, par exemple, en jardins partagés qui seraient entrecoupés d’espaces livrés à une nature plus sauvage ?
« Mais l’emploi… » rétorqueront certains… Des emplois ? Très franchement, qui y croit encore ? Aujourd’hui, comment ne pas voir que les grands trusts de la construction (telles Vizzion Europe, le promoteur actuel…) ne font qu’exploiter sans vergogne la misère du monde en faisant appel à des masses de travailleurs illégaux, précaires et largement sous-payés ? Et une fois les constructions achevées, qui souhaite aujourd’hui que ses enfants n’aient d’autre choix pour vivre que d’être employés à mi-temps à nettoyer les sanitaires quatre étoiles ou à repêcher au fond des mares les balles de golf que de riches encasquettés y auront expédié ?
Tout au contraire, cette terre est idéale pour produire du bon et du beau, avec des gestes chargés de sens ; une terre parfaite pour développer des travaux qui confèrent dignité et autonomie à qui fait le choix de les exécuter. Des travaux qui, par exemple, contribueraient à nourrir une ville en produits sains - laquelle en a d’ailleurs bien besoin et n’en deviendrait qu’un peu plus humaine.
Croquer une feuille d’ail des ours. Bécher la terre. Marcher sous la pluie un Samedi matin. Tailler un arbre fruitier. S’endormir sous les branches d’un magnolia centenaire. Débroussailler un jardin oublié.
S’asseoir à l’ombre de vieux murs de pierre couverts de lierre. Retirer ses souliers pour plonger ses orteils dans l’eau fraîche. Écouter le chant des grenouilles ou regarder au soir quelque poisson sauter sous les frondaisons… Que restera-t-il de tout cela lorsque cet îlot de vie préservé sera changé en un grand désert vert et gris ?
Les travaux auraient déjà commencé, dit-on… En effet, quelques pelles mécaniques ont dévoré la berge d’un étang, des camions ont défoncé l’un des petits chemins qui sillonnent la friche, mais encore rien d’irrémédiable ! Au contraire : en défrichant une partie du terrain, les bulldozers ont mis à jour un superbe Eldorado qui se prête parfaitement à de multiples expérimentations potagères ou arboricoles !
Cependant, il ne faut plus tarder : riverains, jardiniers du dimanche, aspirants paysans, constructeurs de cabanes, promeneurs en famille ou solitaires contemplatifs respectueux de ces lieux gorgés de nature et d’histoire, rénovateurs de vieilles bâtisses, lanceurs de pierres, lanceurs de flammes, passionnés de plantes, d’insectes ou bien d’oiseaux, baigneurs estivaux, amoureux des déjeuners sur l’herbe à portée de bicyclette ou bien simples curieux… Désormais, c’est à chacun et à tous de se dresser avec détermination et sang-froid contre le saccage qui a cours au Domaine de la Plantation, à chacun et à tous de faire ensemble renaître ce bocage sublime, ce bocage tout peuplé d’humains et de bêtes qui sommeille encore sous la friche.
À tous ceux qui rêvent d’un avenir qui n’aurait rien d’un gazon aseptisé semé de monstres en béton, nous sommes heureux d’annoncer que le Domaine de la Plantation leur ouvre bien grand ses portes !

 

Pour nous contacter :
plantation@riseup.net

Commentaires

1. Le jeudi, juin 2 2016, 12:57 par Rivel

Je suis prêt à signer une pétition contre ce projet si nécessaire

2. Le vendredi, juin 24 2016, 14:17 par pommereinette

Que d’emphase ! Que d’utopie ! Moi je suis une marcheuse, une randonneuse, j’aime la nature. J’ai bien tenté de me frayer un chemin parmi la friche et les ronciers pour m’approcher au mieux de cette biodiversité. Je n’ai vu qu’un couvert végétal abandonné de l’homme qui méritait justement que l’on s’y attarde. Où avez-vous vu les baigneurs d’orteil, les familles en pique nique ? Laissez moi rire, c’est une vision bucolique impossible sauf harnachée de la tête au pied… Je suis riveraine, j’aime encore mieux déambuler sur les 8 hectares de sous bois prévus, sur une digue enfin accessible à la promenade depuis laquelle je pourrai enfin observer l’angélique des estuaires, m’installer sur une prairie fritillaire enfin préservé dans le cadre d’un projet sérieux. Car oui moi j’ai pris le temps de m’attarder sur ce projet lors de l’enquête publique. Mais s’informer pour savoir de quoi l’on parle n’est certainement pas du ressort de tous ces groupuscules vomissant sur notre société tout en profitant de sa générosité. Le discours est facile du fond de son petit canapé bien confortable… Pourquoi ne parlez-vous pas des logements sociaux crées dans le cadre de ce projet ? Moi j’appelle toutes les personnes qui comme moi sont à la recherche d’un logement décent pour enfin trouver un travail, tout en restant dans un environnement préservé et ouvert sur la nature, où mes enfants trouveront des espaces verts et naturels à leur porte, à SOUTENIR CE PROJET.

3. Le samedi, août 6 2016, 19:18 par villenavaise

bonjour moi aussi je suis prête à signer une pétition contre ce golf. Vous vous posez la question Pourquoi encore un golf ben tout simplement pour y faire du fric et parce que le maire actuel n’est pas du tout concerné par l’environnement Ce projet a été lancé du temps de Mrs Barrande, Bouillot Reynaud (qui lui a rejoint ensuite l’équipe à Pujol) etc…Puis la famille BEZ a rencontré les problèmes que vous connaissez. Quand P. Pujol est arrivé maire de la commune et que Raumond Audibert a pris en main les finances de la commune ils ont récupéré pas mal d’argent sur la liquidation de la SEM ARLIS (voir rapports des conseils municipaux) et le projet étant au point mort effectivement la mairie par son maire P. PUJOL aurait pu racheter ces terrains pour pas grand chose. Mais notre maire, qui lors de sa première élection nous a fait croire qu’il axerait son mandat sur la propreté et le cadre de vie de sa commune au niveau environnement il a très vite oublié et l’état actuel de Villenave montre bien qu’il ne se sent pas concerné par l’environnement de sa commune il se sent beaucoup plus intéressé par les constructions d’immeubles et pour enrober le tout il se cache sous le PLU. Hors d’autres communes ont eu le courage de limiter les HLM, de refuser des permis dans les zones pavillonnaires, d’exiger que les tarrains aient des dimensions plus importantes etc… Pour répondre à Mme pommereinette elle se fait beaucoup mais beaucoup d’illusion entre se qui a été soumis à la municipalité et se que sera la réalité. Mais vous êtes assé naïve pour croire que ce promoteur va laisser tout le public accéder à son golf pour une somme modique (soit disant 20€) alors qu’il est là pour rentabiliser son investissement. vous croyez encore que les riches qui viendront jouer au golf supporteront la proximité des jeunes des citées ( si encore ils peuvent y rentrer!)Si éventuellement sa se ferait sa sera juste au début pour dire “voyez j’avais raison” et après ?? Madame vous ne regardez que votre intérêt votre petite promenade…. mais à l’heure actuelle il faut économiser l’eau (à moins que vous vous n’êtes pas concerné!) avez vous conscience de la quantité exorbitante d’eau qu’ils vont consommer! a vous lire je ne crois pas. Vous cherchez un logement ici mais il y en a plein de libre (ma fille en a trouvé un grand en 15 jours en HLM sur la commune à 490€ et à 2 pas du centre). Je vous rappelle que nous somme la commune de BX Métropole a avoir le + de logements sociaux je crois que nous en avons suffisamment. Et pourquoi vous n’allez pas dans les communes limitrophes après tout Gradignan est une commune exemplaire en parc aménagés et espaces verts, bègles est pas mal non plus,Talence idem vous pourrez même trouver un appart au Terrasses et avec un peu de chance vous trouver derrière le parc soureil dont Talence en a hérité une partie. Mais j’en conviens vous ne l’aurez pas en ouvrant votre porte. Je suis outrée de votre réaction. Ces terrains auraient pu effectivement servir à la collectivité : la ferme aurait pu y être installée au lieu de l’avoir mise à chambéry où les élus ne se sont pas préoccupés que sa pouvait amener des mouches. Oui des jardins auraient pu voir le jour, oui des agriculteurs auraient pu s’installer et vendre leur lait et leur fromage ou leur viande, etc… cela montre bien le désintéressement de notre maire et de son équipe.