Petit déjeuner de la transition sur la ville du futur

Samedi 25 Juin à 10h, Salle de la cheminée au cinéma
Petit déjeuner de la transition sur la ville du futur
, plus belle, plus… intelligente ! Plus smart, smart city… Comme d’habitude, café et thé, jus de fruits vous sont offerts, à vous d’apporter de quoi grignoter (pas trop car nous sommes nombreux à venir)

 

À l’heure où les ressources énergétiques traditionnelles s’amenuisent, les grandes villes comme Paris, Bordeaux… parient, pour acceuillir toujours plus d’habitants, sur les Smart Grids ou réseaux intelligents, qui permettent d’analyser notre consommation réelle et d’ajuster la production. Dans quelques années, nous serons donc toutes et tous des êtres connectés, chacun de nos gestes, de nos comportements, de nos usages, seront tracés, tout ce que nous utiliserons, ou qui nous environnera, deviendra source d’informations pour que les entreprises puissent connaître notre consommation et adapter leur production en conséquence. Aujourd’hui, les États, les pouvoirs publics locaux misent l’avenir de leur ville sur les dernières inventions technologiques.

 

Mais derrière cette conception numérique de la ville et du citoyen, y a-t-il une véritable volonté d’enrayer le réchauffement climatique ? Vouloir ajuster la production à nos besoins n’est-ce pas en fait vouloir simplement réorienter notre production et consommation vers plus de technologie ? Laquelle nécessitera toujours des matières premières et de l’énergie pour sa fabrication, son fonctionnement. La croissance, ce toujours plus, étant toujours l’objectif à atteindre. Mais encore. Qu’en est-il des informations que chacun d’entre nous communiquera, la plupart du temps à son insu, en matière du respect à la vie privée ? Seront-elles vraiment protégées ? Et nous serons connectés en permanence sans avoir le pouvoir d’arrêter. Qu’en sera-t-il dans ce cas de notre liberté ? Mais encore. Toutes ces informations personnelles qui vont être collectées vont servir à définir nos besoins réels pour que les entreprises puissent produire en fonction : ne vont-elles pas alors chercher à nous vendre à tout prix ce que nous leur avons permis de fabriquer ? Où iront les profits de cette production fabriquée à partir de données personnelles ? Aux entreprises du CAC 40 ? La CNIL, les pouvoirs publics assurent que toutes les données seront protégées, mais qui les collectera, les possèdera ? Le cauchemar orwellien se réveillerait-il ?
Il sera encore question de débattre des objets connectés et notamment des compteurs communiquants (Linky pour l’électricité, Gazpar pour le gaz et l’eau). 

 

Un livre : Sans mobile, un polar débranché de Marine Richard. L’histoire d’un collectif de faucheurs volontaires d’antennes traqué par d’obscurs barbouzes moustachus et paranoïaques à la solde des industriels de la téléphonie. Le texte est parsemé de notes qui renvoient à un abécédaire permettant un tour d’horizon de l’état actuel de la recherche scientifique sur l’impact des télécommunications sans fil. Quelques exemplaires sont en vente au ciné.