Des jeunes gens modernes et Brooklyn sur Vidéo En Poche

Vidéo en Poche

des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale 
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE

 

Des-jeunes-gens-modernes.jpg
 

DES JEUNES GENS MÖDERNES
Post punk, coldwave et culture Novö en France, 1978-1983
Documentaire de Jean-François Sanz

Avec Etienne Daho, Daniel Darc, Philippe Pascal, Elli Medeiros, Jacno, Lio, Maurice G. Dantec, Edwige Belmore, Kiki et Loulou Picasso, Béatrice Dalle, Franck Darcel, Fifi Chachnil, Denis Bortek, Patrick Vidal, Maripol, Jean-Eric Perrin, J-B ‘Born Bad’ Guillot, Sergeï Papaï, Marie-France, F. J. Ossang, Michel Esteban, Serge Kruger, Gilles Leguen, Pierre René- Worms, Patrick Eudeline, Marc Caro, René Licata…

 

« Le Punk proclamait “No Future” mais le futur était déjà là et les jeunes gens mödernes n’avaient d’autre choix que de faire avec… »
Des Jeunes Gens Mödernes est le premier documentaire de référence sur la scène post punk / cold wave qui a agité l’underground hexagonal fin 70’s, début 80’s. Dans la continuité de l’exposition collective présentée à la Galerie du jour Agnès B. en 2008, Jean-François Sanz a réuni pour ce film un matériel exceptionnel qui met à jour, à travers une trentaine d’interviews des principaux acteurs de cette scène et plus de 350 archives d’époque, tout un pan du patrimoine pop-culturel français encore assez méconnu.
Fascination pour une scène musicale avortée bien que novatrice et ultra créative. Pour une brochette de « beautiful losers franchouilles » dont la désinvolture n’avait d’égal que l’élégance et le talent. Fascination pour cette vague de musiques froides et synthétiques, cette pop proto électronique qui a déferlé à des degrés d’intensité divers un peu partout dans le monde, et plus particulièrement en Europe, à la charnière des années 70 et 80. Ainsi que pour le souvenir, étrange et singulier, de ces mélodies, volontiers dissonantes et hors formats, captées pour la première fois, adolescent, au détour d’un programme de radio libre. Fascination encore pour ce curieux mélange de désespoir et d’utopie, d’enthousiasme et de cynisme, de mélancolie romantique et d’hédonisme drogué qui caractérisaient ces jeunes gens dits « modernes »…

 

Brooklyn.jpg
 

BROOKLYN

Écrit et réalisé par Pascal Tessaud

Brooklyn respire l’authenticité et la justesse et s’avère un bel hommage à Saint-Denis, et à la banlieue en général, ces territoires parfois difficiles mais forts d’une richesse culturelle, d’une tradition populaire, d’une solidarité active chez ses habitants. Radiographie vivante et chaleureuse de la création hip hop au quotidien, Brooklyn en montre la créativité – le film délivrant une belle série de performances d’artistes inconnus du grand public – mais aussi ses paradoxes, son attirance pour la culture américaine qui n’empêche pas un fort ancrage dans la réalité hexagonale, la tentation de la culture bling bling et de l’argent facile qui contraste avec l’esprit de la rue et les textes réalistes sur le ghetto.
Coralie, jeune rappeuse de 22 ans dont le nom de scène est Brooklyn, quitte sa Suisse natale pour venir tenter sa chance en région parisienne. Elle pose ses valises à Saint-Denis et trouve rapidement une chambre chez une vieille dame et un emploi de femme de ménage polyvalente dans une association musicale de quartier. Mais elle ne perd pas de vue son objectif, elle écrit dans sa chambrette des textes inspirés et volontiers rageurs, elle en interprète même un sur une scène slam où elle fait forte impression…

 

et plus de 150 autres films au catalogue VIDÉO EN POCHE