3 nouveautés sur Vidéo En Poche

Vidéo en Poche

des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale 
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE

 

Primer.jpg
 

PRIMER
Produit, écrit, réalisé, monté et mis en musique par Shane Carruth

Comment présenter Primer ? Là est toute la difficulté tant le film nous entraîne dans un univers labyrinthique, mélangeant science fiction et réalité scientifique. Tentons un résumé : Aaron et Abe sont jeunes, électroniciens et enthousiastes. Aidés de deux collaborateurs, il travaillent sur de nouvelles cartes informatiques lorsque, par accident, ils découvrent que l’une de leurs « boîtes » permet de réduire la masse des objets. Ils échafaudent une théorie : il existerait des échelles temporelles différentes. Pour la vérifier, il vont tenter l’expérience sur eux-mêmes, modifiant ainsi le cours de leur existence.
On pourrait donc qualifier le film de thriller scientifique, avec pour modèle les films de David Lynch, Pi de Darren Aronofsky mais aussi les thrillers paranoïaques des années 70. Avec un souci aigu du cadre et du détail, le réalisateur distille une ambiance froide et étrange : grain de l’image 16 millimètres, lumières blanchâtres et clinquantes, musique à la fois synthétique et cristalline.
Le début du film se concentre sur les chercheurs en plein travail d’élaboration de leurs cartes informatiques : leur jargon scientifique restera incompréhensible pour la plupart des spectateurs, mais le déroulement de leurs recherches captive.
Puis à mesure que nos protagonistes découvrent les potentialités de leurs machines, le film s’emballe, le montage est de plus en plus éclaté. on navigue dans des espaces temps différents. Grâce au pouvoir de leurs machines, les héros créent leur double : interviennent ainsi sur des événements familiaux passés ou se projettent dans le futur pour avoir un temps d’avance sur le présent… Se posent alors à eux d’inédites questions philosophiques et déontologiques. Mais le pouvoir extraordinaire de leur découverte les entraîne sur une pente dangereuse et très vite les doutes, la folie, la cupidité les submergent. La peur que leur ubiquité soit découverte devient pesante. Le double agit et réagit comme l’original et peut du même coup créer à son tour une nouvelle réplique… 
Sommes nous dans le présent, le passé, le futur ? S’agit il de l’Aaron, de l’Abe originels ou de leur double ? Le réalisateur ne nous prend jamais par la main et il faut rester en alerte, tenter de décrypter les images et de recomposer le puzzle. La seule certitude, c’est qu’on vient de voir un sacré film !

 

Jardinier-qui-voulait-etre-roi.jpg
 

Le jardinier qui voulait être roi

Programme de deux courts-métrages d’animation (marionnettes), pour les enfants à partir de six ans. Voici deux films drôles et poétiques, un peu philosophiques, effrayants juste ce qu’il faut (les enfants adorent ça, mais pas trop petits !), qui reprennent quelques thématiques classiques des contes mais les transposent dans des univers singuliers, avec de délicieux anachronismes.

L’histoire du chapeau à plume de geai (réalisé par Vlasta Pospisilova) : un vieux roi avait trois fils… Depuis bien des années, il était triste, mais triste ! Et rien n’y faisait. Jadis, quand il était jeune, beau, plein d’entrain et de curiosité, alors qu’il parcourait son royaume, il égara, dans une auberge perchée en haut d’une montagne son magnifique, son sublime chapeau à plume de geai. Persuadé qu’en le récupérant, il retrouvera par la même occasion le goût de vivre, il confie à ses trois fils la mission de le lui retrouver : le premier s’en ira donc en bolide, le second sur un bulldopelleteuse et le troisième en mobylette… Celui qui lui rapportera son beau chapeau sera couronné roi !

La raison et la chance (réalisé par David Sukup) : monsieur Raison (un peu bougon) et le jeune Chance (très chevelu, avec une guitare en bandoulière) se croisent sur un pont. Ne voulant ni l’autre se céder le passage, ils finissent par se disputer. Finalement, M. Raison laisse M. Chance passer, tout en affirmant que quand même, on ne peut pas se passer de lui ! Les voilà qui se lancent alors un défi : M. Raison va entrer dans la tête d’un gardien de cochon (aussi crado que ses bêtes) pour l’aider à réussir dans la vie ! Mais un gardien de cochon peut-il devenir jardiner ? Et un jardinier peut-il prétendre être roi ? Et sans l’aide de Chance, réussira-t-il à charmer la belle princesse qui ne parle plus ? À l’épouser ? À défier les terribles pièges de l’horrible chambellan ? Dans cet univers qui rappelle un peu L’Étrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton, tout est possible !

 

 

Voyage-en-memoires-indiennes.jpg
 

Prix du Public du Festival International des Films de Femmes, Créteil 2004.

Elle a la quarantaine, elle est née indienne, de la nation Kaska, membre du clan du loup ; c’était une gamine parmi tant d’autres, enlevée à sa famille pour être éduquée dans le cadre d’une campagne d’assimilation forcée, placée dans un pensionnat et ensuite dans une famille d’accueil de la société canadienne blanche. Sally Tisiga, puisque tel est son nom, a quatre ans en 1964 quand une voiture de la police canadienne se gare devant la cabane qu’elle habite avec sa mère, Minnie, dans une petite communauté du Yukon… Sally Tisiga sera notre guide tout au long du film. Elle va nous faire entendre sa voix, mais elle va également nous faire entendre une multitude d’autres voix. En montrant des images d’archives, en diffusant des enregistrements sonores explicitant crûment l’idéologie du gouvernement canadien de l’époque, en recueillant des témoignages de victimes indiennes – les enfants, les parents, les proches mais également un grand nombre de représentants de la société indienne – les réalisatrices nous donnent une image bouleversante de cette page peu glorieuse de l’histoire canadienne…

 

 et plus de 170 autres films au catalogue : VIDÉO EN POCHE