Le client disponible sur Vidéo En Poche

Vidéo en Poche

des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale 
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE

 

Client.jpg
 

LE CLIENT
Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (HD)

Emad et Rana forment un couple harmonieux de la classe moyenne iranienne. Ils sont beaux, ils sont jeunes, et sont tous les deux comédiens, répétant actuellement La Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller.
Quand le film commence, c’est la panique générale dans leur immeuble : la démolition de bâtiments voisins ébranle les murs, provoque des fissures, chacun se retrouve à chercher un abri provisoire. Un camarade de théâtre leur propose dans l’urgence un appartement toujours occupé par les affaires de l’ancienne locataire, dont ils vont découvrir qu’elle avait sans doute des mœurs légères, et que les voisins n’appréciaient guère ses fréquentations. Un soir, alors que Rana prend sa douche en attendant Emad, elle est agressée par un homme qu’elle ne verra pas. Traumatisée, honteuse, se sentant coupable, elle refuse néanmoins de porter plainte. Un sentiment confus d’insécurité, l’idée d’une menace invisible la hante désormais. Emad va se livrer alors à une sorte d’enquête pour trouver le coupable, cherchant à reconstituer les circonstances pour permettre à Rana de retrouver une vie normale. Cette situation déstabilisante va être le révélateur de la complexité de leurs personnalités et de leur union, dans un contexte de relations sociales perturbées par une accélération de l’histoire peu propice à l’apaisement des individus… 
C’est brillant, captivant et on retrouve la complexité et le charme qui ont fait la réussite des films précédents d’Asghar Faradi : A propos d’Elly et Une Séparation tout particulièrement (disponibles en Vidéo en Poche).
Après Le Passé, tourné en France et en français, le cinéaste revient en Iran, et c’est bien dans cet ancrage profond que ses récits, s’attachant à creuser toujours plus les ambiguïtés des relations humaines, prennent toute leur valeur universelle : même s’ils prennent racine dans les spécificités de la société iranienne, il est impossible de ne pas retrouver là l’évolution anarchique de nos propres sociétés, le chamboulement des valeurs, des repères, l’instabilité politique et sociale générale…