CITOYEN D’HONNEUR et UN MONSTRE À MILLE TÊTES sur Vidéo en Poche

Vidéo en Poche

des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale 
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE

 

 

Citoyen-d_honneur.jpg
 

 

CITOYEN D’HONNEUR
Mariano Cohn et Gaston Duprat

Daniel Mantovani se voit attribuer en grande pompe l’inestimable Prix Nobel de Littérature. Devant la prestigieuse assemblée, notre homme se lance dans un discours désabusé, provocateur, suite auquel une ombre passe sur l’assistance qui n’applaudira pas spontanément. Puis nous voilà cinq ans après. Daniel Mantovani est bien le premier et le seul écrivain argentin à avoir reçu un prix Nobel qui le place, sur le plan de la reconnaissance internationale, au-dessus de l’illustre Jose Luis Borges (immense auteur toujours ignoré par le vénérable jury du Nobel). On s’arrache la présence de celui qui n’a plus rien à prouver.
Mais voilà que dans une brève missive, son passé refait surface. Le maire de Salas, sa petite ville argentine natale, l’invite à une célébration où sa communauté le désignera comme citoyen d’honneur. Notre misanthrope s’embarque pour un aller-retour express au bled, vers le pays des bouseux qui ont constitué toutes ces années son fond de commerce. Car il n’est pas un de ses livres qui n’égratigne Salas et ses habitants, se servant d’eux pour brosser le portrait décapant d’une Argentine qu’il n’a pourtant pas vu évoluer. Sur place il va découvrir, à son grand étonnement, que les bouseux lisent parfois et ont de son œuvre des interprétations bien personnelles. Au fil des rencontres et des événements, l’admiration inconditionnelle envers celui qui a fait la renommée de leur coin paumé va peu à peu se transformer en quelque chose de plus confus et de plus sombre et faire vaciller les certitudes de chacun. L’ambiance se tend, l’humanité s’oublie, toujours plus bestiale et sauvage… Si Daniel Mantovani n’a jamais existé, les réalisateurs se sont pris au jeu jusqu’à lui inventer une œuvre qu’ils commencent à publier.
 

 

Monstre-a-mille-tetes.jpg
 

UN MONSTRE À MILLE TÊTES
Écrit et réalisé par Rodrigo Plá

Prix du Public, festival de Biarritz 2015

 

Après ce qu’on devine être une énième crise de son mari malade, Sonia décide de rendre visite au médecin-conseil de son assurance qui lui refuse un traitement, pourtant réputé efficace, et ne répond pas à ses appels. Bouleversée par cette nouvelle nuit d’angoisse, elle regroupe tous les éléments du dossier de son mari et prend par la même occasion, dans un geste trahissant son désespoir, une arme. Accompagnée de son fils, Sonia part donc au siège de la compagnie d’assurance…
Avec Un monstre à mille têtes, le réalisateur mexicain Rodrigo Plá revient avec brio à ce qui avait fait le succès de son époustouflant premier film, La Zona (également disponible au catalogue) : le thriller social. Récit resserré, en tension permanente, Un monstre à mille têtes est une critique acerbe de la société mexicaine, gangrénée par la corruption et la bureaucratie. Mais c’est aussi un thriller d’une efficacité redoutable, tissant une toile scénaristique complexe et haletante, faite d’aller-retours entre l’histoire en elle-même et les témoignages de ses différents protagonistes. Mais ne pensez pas avoir affaire à une course-poursuite classique débouchant sur l’attendu affrontement final : le film sème en permanence le doute, renvoyant à l’opacité d’un système dans lequel Sonia essaie désespérément de trouver une solution. Et n’oublie jamais l’humanité de chacun de ses personnages. Et nous confirme, s’il en était besoin, le talent de Rodrigo Plá.

 

 et plus de 180 films au catalogue : VIDÉO EN POCHE