Mot-clé - économie

Fil des billets

dimanche, septembre 9 2012

POUR MILLE MILLIARDS D'EUROS, T'AS PLUS RIEN…

Jeter un oeil sur la presse est un exercice qui relève de l’épouvante, du masochisme, mais parfois aussi, heureusement, de la plus sidérante rigolade. Témoin cette information, glanée dans un canard dont une page orpheline, je crois quand même qu’il s’agissait du Monde, trainait dans une salle d’attente. Vous savez, ces endroits d’une tristesse infinie, meublés à la va comme je te pousse et qui semblent faits exprès pour vous préparer au pire des diagnostics. Vous l’aurez sans doute aussi remarqué, et ce n’est pas pour rassurer le patient que vous êtes, les lectures que l’on fait dans ces antichambres peu festives témoignent, à travers les magazines déployés sur un guéridon, de l’intérêt relatif que semble porter au patient un praticien pourtant chargé, un jour peut-être, de le mener avec éclat aux plus flamboyantes extrémités.

Rien de tel ce jour là. Même si ce bout de canard un peu fatigué n’était pas de la première fraîcheur, il entrait manifestement dans l’intention de notre homme en blanc de se singulariser en distillant dans son officine de la bonne humeur. En effet, l’information qui éclatait sur un quart de page avait de quoi égayer le malade le plus atrabilaire. Sous un titre clairement provocateur, Bruxelles veut savoir ce que les banques ont fait des mille milliards d’euros de la BCE, s’étalait un article qui avait de quoi couper le souffle à 99,999 % des citoyens européens, à l’exception des 0,000001% de banquiers, épouses, fils et filles de banquiers, petits fils, cousins et tantes de banquiers, qui eux, on le sait, ne manquent pas d’air. On livre ces quelques extraits de l’article à votre réflexion, tant il apparaît au fil de la lecture qu’il eût été beaucoup plus raisonnable de faire profiter « l’économie réelle », comme on dit, de l’épandage aérien sur l’Europe de ces mille milliards d’euros alors que, chose extraordinaire, il n’a pas été demandé le moindre engagement, le moindre petit bout de papier, la moindre signature à des gens dont la réputation de gangster n’est plus à faire.

On cite l’article (en italique, c’est nous qui mettons notre grain de sel) :

Lire la suite...

dimanche, juin 12 2011

TROIS SOIRÉES À NE PAS MANQUER

The Dubai in mePour ces trois soirées, achetez vos places à l’avance, à partir du Samedi 18 Juin

Soirée-Débat Jeudi 23 JUIN à 20h30
Reconsidérer la richesse, s’interroger sur la croissance
organisée par Attac 33, l’Université Populaire de Bordeaux et Les Nuits Atypiques de Langon
Projection unique du film INDICES, suivie d’un débat avec Patrick Viveret, philosophe, auteur de Reconsidérer la richesse (Édit de l’Aube) et Comment vivre en temps de crise ? (Édit Bayard),
écrit avec Edgar Morin. Avec la participation de Jean-Marie Harribey, maître de conférences en sciences économiques à l’Université Montesquieu Bordeaux IV et membre du conseil scientifique d’Attac.
À 18h30 Rencontre avec Patrick Viveret autour de ses livres à la librairie la Machine à Lire, 8 place du Parlement - Bordeaux

 
Soirée-Débat Lundi 27 JUIN à 20h30
La viticulture en biodynamie
Projection unique du film L’ESPRIT DU VIN, LE RÉVEIL DES TERROIRS suivie d’un débat en présence des réalisateurs Olympe et Yvon MINVIELLE et des viticulteurs en biodynamie du Groupe Renaissance des Appellations, de la Région Aquitaine.

Séance précédée à 19h15 d’une dégustation de vin (sans abus) dans la salle de la cheminée.


Mardi 28 JUIN à partir de 20h15
Soirée DYSTOPIA IN UTOPIA
Dans le cadre de l’exposition DYSTOPIA au CAPC
Musée d’art contemporain de Bordeaux (14 Mai – 28 Août)
Projection unique de deux films proposés par l’association Monoquini,

20h15 HINTERLAND de Marie Voignier
21h30 THE DUBAI IN ME de Christian Von Borries, en présence du réalisateur et de François Cusset, historien des idées.
Programmation détaillée sur le site Monoquini

page 2 de 2 -