Mot-clé - Ceylan

Fil des billets

dimanche, mai 10 2015

Deux chef d’oeuvres de Nuri Bilge Ceylan (en HD) sur Vidéo En Poche

Vidéo en Poche
des films sur votre clé usb !


Venez au ciné remplir une clé USB avect des Vidéos en Poche, il y en a pour tous les goûts et les âges. 
5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD ! 

 

Winter-sleep.jpgWINTER SLEEP
PALME D’OR, FESTIVAL DE CANNES 2014 


Après une demi-douzaine de films de très haute volée, ce magnifique Winter sleep, confirme le réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan dans son statut de grand auteur de cinéma. Winter Sleep est un film long (3h16), qui procède par conversations successives entre les différents protagonistes ; c’est un film qui se déploie dans la durée, et qui vaut tant par sa construction formelle remarquablement maîtrisée que par son propos, moral et philosophique.

Quelque part dans les majestueux paysages enneigés d’Anatolie centrale, accroché à des rochers lunaires et perdu au milieu de maisons troglodytes, se trouve l’hôtel Othello. Aydin, son propriétaire, est un ancien acteur fortuné qui a entrepris d’écrire une histoire du théâtre turc. Au mur de son bureau trônent deux affiches : l’une du « Caligula » de Camus, l’autre d’« Antoine et Cléopâtre » de Shakespeare. Camus, Shakespeare, auxquels il faudrait ajouter Tchekhov, voilà bien les auteurs dramatiques auxquels on songe en voyant cette fresque anatolienne.
Dans son hôtel, qui en cette période hivernale n’est fréquenté que par deux touristes japonais et un motard voyageur, Aydin vit avec sa femme, Nihal, sa sœur, Necla, et son homme à tout faire, Hidayet. Sa fortune, qu’il tient de son père, lui permet de posséder des biens partout dans la région.
C’est l’un des thèmes du film : comment assumer le fait d’être riche lorsque l’on vit au milieu de gens en grande difficulté, certains n’arrivant même plus à payer leur loyer ? Dans une des premières séquences, le ton est donné lorsqu’un petit garçon balance un caillou dans une vitre de la voiture d’Aydin. L’accident est évité de justesse. Revêche et silencieux, le petit bonhomme ne supporte pas les humiliations que subit son père endetté de la part de ce propriétaire apparemment insensible à la détresse d’une famille pauvre. Ensuite, de conversations en conversations, le film va se resserrer sur le couple que forment Aydin et Nihal… (F. Nouchi, Le Monde)

 

Lire la suite...