Mot-clé - Kelly Reichardt

Fil des billets

dimanche, novembre 18 2012

4 nouveautés Vidéo en Poche

Vidéo en Poche des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible, la résolution minimale étant celle d’un DVD ! Les fichiers sont notamment lisibles sur les Freebox et sur les TV et boitiers multimedia certifiés DivX plus HD. Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE


Des idiots et des angesDES IDIOTS ET DES ANGES
Film d’animation écrit et réalisé par Bill Plympton - Mention spéciale au Festival d’Annecy en 2008

Ça fait un moment qu’on attendait de pouvoir vous montrer le meilleur film du génial Bill Plympton, et de compléter par la même occasion la collection de ses films disponibles en Vidéo en Poche. Ce franc-tireur artisan réalise ses films en toute indépendance et gère ses projets de A à Z, aidé bien sûr par de fidèles et talentueuses petites mains. Au pays de Mickey, il croque avec mordant une société bien loin de celle proposée par Disney.
Angel est un homme seul, égoïste, aigri. Un matin, il se réveille de mauvais poil, c’est l’habitude, mais avec des trucs dans le dos qui ressemblent assez à des ailes ! Il essaiera en vain de les cacher, et le comportement des gens va changer à son égard, leur véritable visage va éclater au grand jour. La bassesse, la cupidité, la traîtrise et la lâcheté des hommes vont prendre toute leur mesure…


Lire la suite...

samedi, septembre 15 2012

3 nouveautés Vidéo en Poche

Vidéo en Poche des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible, la résolution minimale étant celle d’un DVD ! Les fichiers sont notamment lisibles sur les Freebox et sur les TV et boitiers multimedia certifiés DivX plus HD. Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE


Putty hillPUTTY HILL
Un film de Matt Porterfield
avec Sky Ferreira, Zoé Vance, James Siebor Jr., Dustin Ray, Cody Ray, Charles « Spike » Sauers…

C’est un film d’une beauté sidérante et neuve sur un sujet, un univers que l’on pourrait croire rebattus, revus, rabâchés par le cinéma : cette jeunesse laissée pour compte des classes moyennes populaires américaines. Nous sommes à Baltimore, la riante ville portuaire du Maryland (les fans de The Wire apprécieront), plus précisément dans une de ses banlieues oubliées : Putty Hill, un quartier résidentiel pourri, bien loin d’un monde policé fait de pelouses impeccables et de barbecues rutilants. Un groupe d’adolescents et de jeunes adultes est réuni pour rendre un dernier hommage à un jeune homme brutalement disparu d’une overdose. Certains habitent toujours là, d’autres sont revenus après une longue absence.
Dès le premier plan, on comprend à quel point le film va être baigné d’une incroyable poésie et d’une mélancolie baudelairienne. Le garçon est le frère du défunt et dans son regard infiniment triste et hagard, on voit le désarroi d’une génération à qui on n’a pas eu le temps d’apprendre à réagir face à un tel événement. La relative indifférence de ces jeunes qui continuent de vaquer à leurs occupations cache le profond désespoir qui va finalement souder la communauté dans une solidarité magnifiquement décrite, tout en tonalités impressionnistes. Matt Porterfield atteint ici le génie et l’émotion sans phrase des nouvelles de Raymond Carver.

Lire la suite...