Mot-clé - Plantation

Fil des billets

mercredi, mai 25 2016

Contre l’absurde projet de golf de la Plantation, à Villenave-d’Ornon

Enfin ! Le quatorzième parcours de golf de Gironde devrait être implanté sur les 167 hectares d’un des derniers coins de nature qui bordent le fleuve, au Domaine de la Plantation à Villenave-d’Ornon. Nous l’attendions tous…
Le Domaine de la Plantation (ou « Domaine de Geneste »), c’est l’une de ces fameuses « zones humides » qui servent d’éponge pour tempérer les crues de la Garonne et de refuge à des espèces rares telles que le vison d’Europe, ce petit mammifère discret, et l’angélique des estuaires, cette élégante plante aux larges fleurs blanches. Il s’agissait d’ailleurs d’une de ces zones sanctuarisées - dites « Natura 2000 » - du fait de leur exceptionnelle richesse naturelle, mais on sait bien que de tels labels ne pèsent rien face aux forces de l’argent (tout au mieux ces labels servent-ils à établir des réserves foncières, comme on oublierait une bonne bouteille de vin à la cave afin qu’elle prenne de la valeur 10 ou 15 ans plus tard).

Le Domaine de la Plantation, c’est surtout d’anciennes terres fertiles où, il n’y a pas si longtemps, quelques fermes maintenaient encore une agriculture vivrière en marge d’une des plus grandes cités de l’hexagone. Et certains se souviennent encore avec émotion d’être allé chercher du lait frais dans l’une de ces bâtisses entourées de prés où paissaient quelques vaches. Mais pas de sentimentalisme, car l’avenir nous attend de pied ferme : on a déjà rasé la dernière ferme du coin pour ériger les 14 étages de « La part des anges », ce monstrueux bâtiment de béton rose criard où l’on parquera quelques humains de plus. Pour en divertir certains, il faudra donc recouvrir cette nature encore vivante des courbes lisses d’un parcours de golf – mais un « golf écologique » nous promet-on –, sans doute tout aussi écologique que les généreuses bouffées de pesticides cancérigènes qu’il faudra y répandre, tout aussi écologique que les tonnes d’engrais chimiques qu’il faudra déverser sur cette pelouse qui devra demeurer irréprochable à longueur d’année mais surtout, tout aussi écologique que l’épais béton gris des hôtels et du centre de congrès qui prendront place sur la friche – le tout designé par une clique d’architectes désœuvrés mais dans le vent, dont « La part des anges » annonce déjà l’inspiration et le goût constant et affirmé pour tout ce qui est proprement hideux.

Lire la suite...