Mot-clé - Ray

Fil des billets

lundi, avril 18 2016

Une seconde mère et La grande ville sur Vidéo En Poche

Vidéo en Poche

des films sur votre clé usb !

5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale 
étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la caisse du ciné le catalogue complet : VIDÉO EN POCHE

 

Seconde-mere.jpg
 

UNE SECONDE MÈRE (en HD)
Écrit et réalisé par Anna Muylaert. 
Prix du Public Festival de Berlin 2015

Un film formidablement attachant, terriblement humain, qui vous charme grâce à son style fluide, léger, enjoué… 
Val est domestique dans une propriété bourgeoise de Sao-Paulo. Bien traitée mais domestique, qui sait et doit rester à sa place… Elle s’occupe de la maison et aussi beaucoup du fils de la famille qui la considère comme une seconde mère, la vraie étant pas mal débordée par toutes ses activités. Quant au père, n’en parlons pas… On comprend que de son côté, Val a dû laisser sa propre fille au loin pour obtenir cette place. Ironie d’une société brésilienne où personne, par contrecoup, ne semble pouvoir élever son propre mioche, comme par un effet de perpétuel ricochet.
Ellipse d’une dizaine d’années. Val est toujours à sa place, le petit Fabinho a grandi, en même temps que sa complicité avec l’employée de maison.
Et puis se produit un véritable coup de théâtre intime : Jessica, la fille de Val qu’elle n’a pas vu depuis des années, téléphone et lui demande de l’accueillir quelques temps ! Val frémit de joie et exulte quand ses patrons, avec la libéralité qui sied à leur rang, lui octroient la faveur d’héberger sa progéniture dans sa chambre de bonne.

C’est une jeune fille pleine d’assurance qui débarque parmi eux, avec sa soif d’ascension sociale. Jessica, après avoir visité la maison cossue, la piscine tentatrice, est choquée par l’exiguité de la pièce où loge celle qu’elle ne parvient pas à appeler « maman ». Loin de se comporter comme une subalterne, comme « une citoyenne de seconde classe », sous l’œil médusé de sa mère, elle s’acclimate au foyer comme si les barrières sociales n’existaient pas. Les garçons de la maison en sont tout émoustillés, tandis qu’on sent la jalousie de Barbara croître ainsi que la pétoche et la honte de Val, de plus en plus déconcertée par la belle effrontée que rien ne semble impressionner. Comment pourrait-elle se douter que toute la détermination de Jessica repose sur un pesant secret ?

 

Lire la suite...