Mot-clé - Wikileaks

Fil des billets

mercredi, septembre 12 2012

Wikileaks et la liberté d'expression

Par Michael Moore et Oliver Stone

Dans l’édition du 20 août du New-York Times, les deux réalisateurs ont publié une tribune commune en faveur de Wikileaks et Julian Assange. Nous publions ici la traduction française de Julie Owono pour Internet sans frontières. Pour soutenir Wikileaks, vous pouvez diffuser ce texte, et aussi donner sur le site du Fonds de Défense de la Neutralité du NetLogo Wikileaks


Dans nos carrières de cinéastes, nous avons souvent traité d’affaires dans lesquelles les médias américains omettaient d’informer les Américains sur les actions plus sombres de notre propre gouvernement. Ainsi, nous avons sommes profondément reconnaissants pour les réalisations de WikiLeaks, et saluons la décision de l’Équateur d’accorder l’asile politique à son fondateur, Julian Assange, réfugié aujourd’hui dans l’ambassade équatorienne à Londres. L’Equateur a agi en conformité avec des principes substantiels du droit international et des droits de l’homme. En effet, rien ne pouvait plus montrer au grand jour le bien-fondé de l’action de l’Equateur, que la menace du gouvernement britannique de violer un principe sacro-saint des relations internationales en envahissant l’ambassade pour arrêter M. Assange. Depuis la création de WikiLeaks, de nombreuses révélations ont été faites : la révélation « des meurtres collatéraux », ces images qui montrèrent l’assassinat aveugle de civils à Bagdad depuis un hélicoptère d’attaque Apache des États-Unis ; des détails élaborés sur l’envers et le vrai visage des guerres d’Irak et d’Afghanistan ; la collusion des États-Unis avec la dictature du Yémen afin de cacher notre responsabilité d’odieux bombardements dans ce pays ; la pression de l’administration Obama sur d’autres nations pour qu’elles ne poursuivent pas des responsables d’actes de torture commises sous l’ère Bush, et bien plus encore…

Lire la suite...

vendredi, décembre 16 2011

Internet massivement surveillé

Logo WikileaksOn vous parlait le mois dernier de la course à l’armement qui se livrait silencieusement contre les peuples… (La guerre invisible contre les peuples). Le 1er décembre dernier, le site OWNI publiait une série d’enquêtes sur les 1100 documents, appelés « spyfiles » publiés ce jour-là par Wikileaks… Ci-dessous un extrait d’un article de Jean-Marc Manach :

WikiLeaks rend public aujourd’hui près de 1100 documents internes, plaquettes commerciales et modes d’emploi des produits commercialisés par les industriels des systèmes de surveillance et d’interception des télécommunications. Ces nouvelles fuites montrent un marché de la surveillance de masse représentant désormais cinq milliards de dollars, avec des technologies capables d’espionner la totalité des flux Internet et téléphoniques à l’échelle d’une nation. Les fleurons de ce marché s’appellent Nokia-Siemens, Qosmos, Nice, Verint, Hacking Team, Bluecoat ou Amesys. Les documents détaillant leurs capacités d’interception, contenant une multitude de détails technologiques, seront progressivement mis en ligne par WikiLeaks.
OWNI, partenaire de cette opération baptisée SpyFiles avec le Washington Post, The Hindu, L’Espresso, la chaîne allemande ARD et l’ONG britannique The Bureau of Investigative Journalism a tenté de visualiser cette industrie d’un genre nouveau, en créant une cartographie interactive sur un site dédié, SpyFiles.org. Et Andy Mueller-Maguhn, ancien porte-parole du Chaos Computer Club allemand (le plus influent des groupes de hackers au monde), également associé à cette enquête, y consacre un site, BuggedPlanet.info – traduisez « planète sur écoute ».

Lire la suite...

lundi, novembre 21 2011

La guerre invisible contre les peuples

CensureOn en parle peu, mais se livre actuellement une course à l’armement semblable à celle qu’on a connu durant la guerre froide, sauf que celle-ci opposait des états à d’autres états… Cette guerre, c’est celle de la maîtrise d’Internet, des canaux d’informations qui échappent aux pouvoirs politique, financier et médiatique, ces mêmes canaux qui favorisèrent les soulèvements arabes. C’est une guerre contre la liberté des peuples à s’informer à partir d’autres sources que celles fournies par les grands groupes de presse, dans un contexte économique plus catastrophique que celui des années 20, propre à ébranler le système capitaliste comme en témoignent les très nombreux rassemblements des indignés à travers le monde.

Lire la suite...