Mot-clé - cinéma

Fil des billets

vendredi, novembre 10 2017

Cherche parrain désespérément…

Il semblerait que nous ne soyons pas seuls à sentir comme une odeur de poudre dans le milieu du cinéma français. Notre nouvelle ministre de la culture, pleine de bonne volonté sans doute, a entrepris cette semaine de pacifier les relations dans notre petit monde en chargeant l’ex-directeur financier de Lagardère de mener une mission de médiation. Petit problème d’entrée de jeu : ce loustic, pour avoir exercé une fonction aussi sensible auprès d’un type aussi louche, n’est pas forcément un bon choix. Ce sont décidément toujours les mêmes, pêchés dans le même marigot peuplé des plus épouvantables sauriens, que l’on va chercher pour résoudre les problèmes et, vous l’aurez remarqué, jamais les problèmes ne sont résolus… Aller en effet chercher le directeur financier d’une multinationale pour prendre des mesures intelligentes, cela semble aussi foutu que café bouillu.

 

Pourtant, aujourd’hui, les enjeux sont de taille. Et parce qu’ils sont de taille, que risquerait-on, par exemple, à interroger le Landerneau culturel et politique en confiant à notre ami Philippe Poutou, qui travaille en usine, le soin d’aller effectuer quelques brasses au milieu de toute cette bande de crocodiles ? Est-il vraiment moins qualifié pour cette mission que ce directeur financier qui n’a sans doute jamais vu le moindre film à Utopia, contrairement à Philippe Poutou ? D’ailleurs, est-il au moins réel, ce type, ou est-ce un de ces robots qui va prendre le boulot des humains avec les dents ?


Tout démarre en fait cette année à Cannes, après la polémique soulevée par Netflix, une plateforme de diffusion sur internet grosse comme un camion, qui veut bien montrer son film Okja dans un festival de cinéma mais refuse de le sortir en salle. Les professionnels du cinéma se mettent alors à s’écharper sur un éventuel aménagement de la chronologie des médias. Pour ce que l’on peut en voir, du côté d’Utopia, un lieu qui manifestement n’existe pas, les choses nous paraissent compliquées et mériteraient bien l’expertise d’un ancien candidat à la Présidence de la République à visage humain (c’est pas rien !)

Lire la suite...

mardi, août 30 2016

AU SECOURS, L'ÉCREVISSE DE LOUISIANE PROGRESSE…

L’été, riche et belle saison pour les multiplexes. Un phénomène récent gagne en effet notre malheureux pays qui nous rapproche un peu plus encore des standards américains.
La saison estivale, qui traditionnellement en France était une période plutôt morose en terme d’exploitation cinématographique, épouse depuis quelques années les habitudes fastes de nos cousins d’outre-Atlantique à travers une pluie météoritique de blockbusters, tous plus tartignoles les uns que les autres et qui ne se distinguent plus guère, sous la canicule, que par le numéro d’entrée en scène dont on les affuble : Insaisissables 2, L’Age de glace 4 ou 5, American Nightmare 3, Ninja Turtles 2, Star Trek 7 + 3 font 10 et 6 font 16 (penser au Roi et l’oiseau au milieu d’une telle énumération, ça fait respirer) et Suicide Squad qui, vu son succès, ne manquera pas d’engendrer un autre rejeton monstrueux l’été prochain…
Une mode qui n’est guère rassurante puisqu’elle s’étend aujourd’hui de plus en plus à notre propre paysage cinématographique. Les Visiteurs 3 ou 4 (on s’y perd) Camping 3… en sont deux exemples qui ne manqueront pas aussi de faire des petits. On s’en doute, cette stratégie paresseuse ne favorisera pas l’éclosion d’œuvres originales. Pourquoi en effet se creuser le ciboulot s’il est plus « bankable » d’exploiter, comme ils disent, une franchise, c’est à dire de se contenter de sucer la roue d’un maillot jaune, même s’il est dopé à mort.
Alors, bien sûr, on le vérifie de plus en plus, ce genre de stratégie n’est pas sans conséquences sur la fréquentation de nos salles, même si nous ne sortons pas ces films trop ostensiblement formatés. Massivement promus, vite consommés, ils façonnent les esprits d’une jeune génération montante à qui ils s’adressent en majorité, ils donnent le ton à un mode opératoire marketing qui tend à s’étendre et à uniformiser toute autre forme de promotion qui serait pourtant bien mieux adaptée. 
Un film sensible, fin et subtil se voit ainsi propulsé parfois pour ce qu’il n’est pas. Une franche bonne occasion de se rincer l’œil ou de rigoler. Il arrive ainsi de plus en plus que nous renoncions à utiliser le matériel publicitaire qui nous est livré (bandes-annonces, affiches) tant il nous semble inadapté à défendre la vraie nature du film. Peine perdue, car aujourd’hui, le même film s’affiche dans un nombre grandissant de multiplexes avides de films, eu égard à leur nombre de salles, et qui ne se privent pas, eux, d’en rajouter une couche en matière de promotion frelatée. Il n’y a plus guère dans ce cas-là que la gazette pour vous en faire un juste écho et cela marche encore, même si l’on sent bien que la force qui se dégage du marketing dominant tend à affaiblir nos propres efforts de promotion. 

Lire la suite...

samedi, février 22 2014

Lettre ouverte au Président présent et à venir de la CUB…

Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps…

Le moment, j’en conviens, est probablement mal choisi tant vous devez battre les estrades en ces périodes électorales. J’aurais pu, certes, vous écrire plus tôt, puisque cette lettre fait suite tardive à un article paru dans Sud Ouest le 25 septembre dernier. Ce précieux canard y détaillait par le détail l’installation prochaine au bassin à flots d’un nouveau multiplexe cinématographique de 12 salles dont il ne semblait pas faire de doute qu’il serait piloté par le groupe UGC, à l’ouvrage, déjà, dans 18 salles au centre de Bordeaux.
Sachez, Monsieur le Président, qu’il me fallut d’autant plus de temps pour digérer cette funeste annonce que droite et gauche, comme souvent, semblaient porter cette affaire avec un égal bonheur. Ce projet, qui « frémissait » depuis un an, selon la formule retenue par notre quotidien, avait paraît-il fait l’objet d’un appel à projet dont l’écho, perdus que nous sommes dans nos dévotions à Saint-Siméon, n’était guère parvenu jusqu’à nous. Cet article nous permit donc de découvrir, je cite Sud-Ouest « qu’après consultation d’un Comité technique réunissant les représentants du port, de la ville, de la CUB et d’une agence d’architecture, la décision avait été prise de retenir la proposition d’un “groupement” dont fait partie la SAMIFA, une filiale du groupe FAYAT. »

Lire la suite...

mercredi, février 19 2014

Le Cinéma de Blanquefort, Les Colonnes, vous informe :

À partir du 3 mars 2014 le cinéma Les Colonnes sera en travaux pour quelques mois. En effet, après la réfection de notre grande salle en 2009, l’équipement numérique des salles en 2010 ce sont désormais le hall et la petite salle de cinéma qui vont être entièrement rénovés afin de vous accueillir dès la rentrée dans des conditions de confort optimales.

Pendant cette période nous continuerons cependant de proposer des rencontres et des soirées cinémas hors les murs à l’attention des cinéphiles de tous âges.

Co-voiturage vers des avant-premières, des séances débat, des festivals en vue sans oublier un partenariat avec la médiathèque numérique de Blanquefort.

Renseignements
au 05 56 95 49 12 
ou sur notre site LES COLONNES BLANQUEFORT

dimanche, juillet 21 2013

Exception culturelle, y es-tu, que fais-tu, m'entends-tu ?

Le bruit fait autour de la polémique est sans doute arrivé jusqu’à vous. Il fut, le mois dernier, beaucoup question de l’exception culturelle. Cette étrange engeance qui permet aux êtres encore humains de voir encore sur les écrans autre chose que des blockbusters. Ce fut, en effet, une véritable levée en masse qui s’opéra en sa faveur, au point que même des Américains, dissidents peu ou prou de la planète Hollywood, n’hésitèrent pas à chanter ses louanges. C’est à l’occasion de l’ouverture des discussions pour un traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis que le problème, apparemment sensible, fut posé. Il fallut bien évidemment secouer un brin au collet nos alliés Anglais et Allemands qui étaient prêts à sacrifier l’image animée pour bâfrer enfin dans l’auge à cochons des producteurs de bidoche hormonée Yankee…

Lire la suite...

mardi, octobre 25 2011

Blog Ciné Bordeaux Gironde

BCBGDes critiques, infos, points de vue, portraits…
Pour vivre, dans votre région, le ciné comme vous l’entendez !
contact : prd@infosbcbg.fr