Mot-clé - numérique

Fil des billets

mercredi, octobre 3 2012

Repaire "LÀ-BAS SI J'Y SUIS" du Bar de la Marine

L’intrusion du numérique dans les établissements scolaires s’avère très perturbante, davantage pour les enseignants que pour les élèves. Il ne suffit pas de distribuer micro-ordinateur, tablette ou installer des tableaux numériques pour en faire des outils pédagogiques performants. Qui va concevoir les programmes et comment les utiliser ?

Mercredi 10 octobre de 19h à 21h

Michelle Laurissergue, enseignante, présidente de l’association an@é, fondatrice d’Educavox, site collaboratif sur l’éducation, nous aidera à appréhender cette révolution en répondant à nos questions.

Bar de la Marine
28 Bis rue Achard – Tram Achard
BORDEAUX BACALAN
Contact : Daniel Bettinger
repaire.dubardelamarine@gmail.com

mardi, février 14 2012

Je vois bien que vous n'avez pas le moral…

« Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoi que ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre… »

Je vois bien que vous n’avez pas le moral… vous vous pelez les miches, votre machine à laver est coincée par le gel et les trois conserves déposées aux restos du cœur ne suffisent plus à vous donner l’impression que vous contribuez à soulager la misère du monde. La campagne électorale commence à vous déprimer ferme tant les médias de masse asphyxient nos neurones submergés de sondages débilitants, de petites phrases couillonnes et votre gniard vous consterne à vouloir à tout prix une télé 3D… Vous n’en pouvez plus, vous hésitez entre la corde et le pétard après avoir éliminé l’éventualité d’un plongeon dans la Garonne prise par les glaces. Comme je vous comprends, d’ailleurs moi-même…

Lire la suite...

mardi, janvier 24 2012

On vous la souhaite formidable !

Louise WimmerOn vous la souhaite formidable, la nouvelle, spectateurs adorés qui nous avez fait une année 2011 débordante, tant vous avez été nombreux, curieux, bavards, assidus : 335 825, c’est le nombre de fessiers qui se sont assis délicatement, moyennant raisonnable contribution financière, dans nos fauteuils. Et on ne compte pas les invités, ceux qui sont venus simplement pour causer, pour boire un coup au café ou acheter légumes et poulets à PCA (Paysan et Consommateurs Associés) tous les Mercredis salle de la cheminée. A la louche, ça doit bien faire 500 000 fidèles à avoir foulé le pavé de la paroisse Saint Siméon dont on ne dira jamais assez qu’elle est désormais la plus fréquentée de la ville (et je ne compte pas ceux qui passent seulement pour visiter).
Mais le plus intéressant dans ces quelque 6,3% de progression de nos entrées, c’est qu’on ne les doit ni à la 3D, à laquelle nous sommes toujours parfaitement réfractaires, et pas non plus à Intouchables, film par ailleurs tout a fait plaisant, qui a fait bondir les entrées de la plupart des salles françaises cette année, la progression moyenne se situant aux environ de 4%. Le plus formidable, et là vous nous faites un sacré plaisir, c’est que cette nouvelle année commence avec le succès de Louise Wimmer, beau film qui témoigne si bien de l’air du temps et qu’on espère pouvoir garder jusqu’au printemps… bref ! On est heureux. Heureux et inquiets, car ce numérique qui s’installe en force ne nous dit rien qui vaille. Et il est à lui seul l’illustration de la raison pour laquelle les choses ne devraient pas s’arranger, ni dans le cinéma ni ailleurs, tant sa mise en place est révélatrice des stratégies industrielles, du peu de prise du politique sur ces évolutions imposées, et du peu de considération qui est faite pour la casse humaine qui va avec.

Lire la suite...

vendredi, juillet 1 2011

CINEMA NUMÉRIQUE : cinéma de consommation rapide ?

Lunettes-3D-2.jpgLa révolution numérique est en marche et elle nous file le bourdon en raison de ses fondements même : conçue et imposée par les sept principaux studios américains, elle consacre la révolution de l’éphémère, de la consommation rapide et du contrôle des contenus par une poignée d’industriels. C’est une révolution commerciale et fatalement culturelle qui tend à imposer un mode de fonctionnement à la planète entière, fondée sur le contrôle total autant que paranoïaque de la filière cinéma, de la production jusqu’au salon des particuliers en passant par la salle… L’obsession du piratage n’étant pas un des moindres arguments pour justifier un « verrouillage » à tous les étages, qui est aussi un moyen d’imposer une stratégie commerciale.
Le format 35mm, bonne vieille pellicule argentique, n’était plus rentable pour les industriels : les projecteurs de cinéma, faits pour durer des dizaines d’années et même plus pour peu qu’on les bichonne avec délicatesse, restaient trop longtemps sur leur socle. La « révolution » Dolby et simultanément ou presque la « révolution » multiplexe avaient stimulé le marché un temps… La « révolution » numérique est désormais à l’ordre du jour et ce qu’on nous vend comme un progrès est en réalité un moyen de faire encore plus de profits pour certains au détriment de la diversité culturelle, de la préservation de l’emploi, etc. Un moyen qui est en outre, quoi qu’ils racontent, par essence anti-écologique.

Lire la suite...