Mot-clé - Utopia

Fil des billets

mercredi, juin 6 2012

MAINS BRUNES SUR LA VILLE

Pour 5€ sur votre clé USB !

En exclusivité au catalogue “Vidéo en Poche” (à Montpellier chez Utopia),

le film documentaire MAINS BRUNES SUR LA VILLE

de Bernard Richard et Jean-Baptiste Malet.

Observer ce qui se passe à Orange et Bollène, c’est non seulement comprendre les ressorts démagogiques d’un succès électoral incontestable mais aussi avoir une vision, via le prisme local, de ce que pourraient être les politiques appliquées au quotidien si l’extrême droite venait à prendre le pouvoir au niveau national.

http://www.videoenpoche.info/index.php?post/2012/05/09/Mains-brunes-sur-la-ville

lundi, mars 5 2012

"Souriez, vous êtes numérisés !"

Ce coup-ci, c’est (vraiment) parti. La vraie, grosse, profonde, violente révolution numérique, celle qu’on nous agitait sous le nez comme une promesse ou un épouvantail depuis des années a donc fini par trouver son chemin au travers des profondes tentures de velours qui calfeutrent nos salles et des nuées d’angelots mutins voletant alentour de Sainte Bernadette. On y vient, on y est. On peut dire qu’on aura attendu jusqu’au bout du bout du dernier moment – c’est que ce n’est pas gratuit, cette camelote ! Et ça va pas mal bousculer nos petites habitudes.

C’en est donc quasi-fini de la pellicule grâce à quoi depuis des temps immémoriaux (à la louche depuis 1895) s’opérait, dans la profondeur des salles obscures, avec quelques kilomètres de photographies, un peu de lumière et pas mal de génie, la magie du spectacle cinématographique. Comme on ne veut pas jouer les trouble-fête, on causera plus tard, peut-être, du comment que s’est opérée cette sauvage mutation, du pourquoi (pas grand chose à voir avec une distribution générale de bisous, vous pouvez nous croire) – et aussi de ce qu’il nous est encore possible de faire pour éviter de nous abandonner corps et âme dans les bras de nos autoproclamés « bienfaiteurs » (voir par ici les dégâts en cours sur le cinéma de nos cousins québécois).

Pour l’heure, interdit de se miner le moral, c’est l’été en plein mois de février, la Grèce est un pays lointain, le cirque pré-électoral bat son plein, le sourire tonigencylé de Jean Dujardin casse la baraque à Hollywood, le triple A d’Utopia tient bon, vous nous offrez un début d’année comme on n’osait à peine en rêver… Voyons les bienfaits nés de cette avancée technologique. Déjà, et ce n’est pas rien, par la grâce de la dématérialisation, plus jamais les projectionnistes ne se ruineront le dos, vertèbres et lombaires, à porter à bouts de bras, à longueur d’années et pour vos beaux yeux, des quintaux de rêve sur pellicule. Et pour vous, aimés spectateurs, c’est tout bénèf’ : envolées les vilaines rayures noires qui ridaient l’écran quand les copies avaient trop bourlingué, oubliées les palpitations de lumière qui rajoutaient parfois des ombres mouvantes sur les bords de l’écran – et les fournisseurs nous l’ont promis-juré-craché, c’en est fini des mauvais réglages du son et de l’image qui seront désormais « de qualité constante ». Et rêvons ensemble à tous ces petits bijoux que nous allons pouvoir dignement vous programmer, bricolés pour trois francs six sous de matériel vidéo HD par des impertinents solitaires… Tout ça ne vous a-t-il pas de petits airs de promesse de Nirvana ?

Bien sûr, il se murmure ça et là que les premiers pas dans l’utilisation de nos nouveaux jouets sont parfois cahotiques, qu’il arrive aux projectionnistes (qui n’ont plus le dos en vrac) de se faire des nœuds dans la cervelle pour régler de (rarissîmes) dysfonctionnements - bref : qu’un (léger) temps d’adaptation soit nécessaire avant d’avoir la pleine et entière maîtrise des nouvelles technologies. Promis-juré, nous ferons en sorte que vous ne vous en rendiez presque pas compte.

(édit  : évidemment, 1er week-end, première annulation de séance, grrrrrr… mais depuis, tout va bien on touche du bois!)