Bill Plympton à Toulouse

Idiots and angels (affiche)Le maître de l'animation indé sera présent à Utopia Toulouse pour présenter en avant première son nouveau film, Idiots and Angels, le 30 novembre pour notre plus grand plaisir...

Après nous avoir réjouit avec ses précédents opus, Mondo Plympton, L'impitoyable lune de miel ou encore Les Mutants de l'espace, cet énergumène de Bill nous revient avec Des idiots et des Anges, conte amoral (quoique...) à l'ingéniosité toujours aussi vivace. Son univers déjanté, son trait de génie, ses obsessions : tout Plympton se trouve dans ce bijou de fantaisie. Lui qui nous avait habitué à des films explosifs au rythme débridé, nous étonne avec une sobriété nouvelle, un film noir digne de ses plus grands représentants.

Nous y découvrons un homme qui trimballe ses humeurs et son étrange valise, entre sa chambre, lieu de supplice par excellence, et un vieux bar miteux où il va poser son regard lubrique sur la femme du patron. L'irruption d'un papillon va enclencher la suite du scénario, quand Plympton décide de revisiter à sa sauce le mythe d'Icare, vieil idéal poussiéreux qui fait germer d'insidieuses idées dans la fantasmagorie des personnages. Tandis que bobonne rêve de flotter au dessus de l'immensité terrestre, son mari pense à la gloire et au fric qu'il pourrait récolter avec cet homme aux protubérances plumées. L'homme-oiseau quant à lui se prend au jeu du rapace, plongeant à pic sur les passants et dérobant le sac à main des vieilles dames. Jouissif.

Je ne vous en dirais pas plus sur la dualité manichéenne qui s'installe entre les réelles envies d'Icare et ce que ses ailes veulent bien lui laisser faire. Ce qui est sûr, c'est que Des idiots et des Anges ne déroge pas à la marque de fabrique Plympton, un graphisme ahurissant au service d'une grande folie muette. On a pas vu une telle narration visuelle depuis les Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet. Sans oublier la BO du film, avec entre autres Tom Waits et Pink Martini, qui participe pleinement à se substituer aux dialogues du film.

Autant vous dire que nous sommes enchantés de recevoir ce génie d'envergure internationale dans notre humble cinéma. Tous à vos agendas, nous ne vous laissons pas le choix dans la date : le 30 novembre à 20h30 dans notre belle et grande salle rouge.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet