Chambre d'écho ou studio d'enregistrement ?

Aujourd'hui repassait pour la énième fois le texte promulguant la création de l'Hadopi. Les députés UMP ont voté une fois de plus ce texte, le doigt sur la couture du pantalon, posant à nouveau la question du rôle de l'Assemblée Nationale dans nos institutions. Les parlementaires ne sont-ils plus que des « syndicats d'intérêts », clamait avec talent Jean Gabin dans Le Président d'Henri Verneuil ? Les lois portant sur tout ce qui touche à Internet (Dadvsi, Hadopi, Loppsi) ont eu pour mérite, comme le soulignait Martine Billard lors des RMLL de Nantes, de faire revenir avec fracas les citoyens dans l'hémicycle. Cette prise de conscience a ainsi conduit à l'ouverture hier du site NosDéputés.fr : « un site qui cherche à mettre en valeur l'activité parlementaire des députés de l'Assemblée Nationale Française. En synthétisant les différentes activités législatives et de contrôle du gouvernement des élus de la nation, ce site essaie de donner aux citoyens de nouveaux outils pour comprendre et analyser le travail de leurs représentants. »

Dans le même temps on observe le comportement un peu plus « old school » de certains lobbys, ainsi en témoigne un appel à faire la fête assez navrant, que l'on peut voir sur site Culture Lobby Démocratie, publié bien entendu avant l'examen à l'Assemblée, illustrant bien le respect que portent ces individus à nos institutions. Il suffit d'étudier les choix proposés dans le petit sondage sur cette même page (voir capture ci-contre) pour constater que le vote y est envisagé plus comme un plébiscite que comme un outil démocratique (bon cela dit, ce site a tout l'air d'être une vaste blague, mais ça sonne tellement vrai…).

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet