À 5 heures de Paris

Un film de Leon PRUDOVSKY (Israël 2009 1h30 VOSTF). C'est l'histoire d'un amour impossible… tiens donc ? Un film pas polémique pour deux sous, où on ne voit même pas l'oreille d'un Arabe… Distribué par une adorable société de distribution, dont on programme quasi tous les films, il était prévu à Utopia Tournefeuille en sortie nationale le 23 Juin et on s'apprêtait à le caser en bonne place dans la nouvelle gazette que nous sommes en train de fabriquer quand, tout soudain, nous parvient l'écho de l'agression de l'armée israélienne contre les navires pacifistes qui voguaient vers Gaza… je ne vous en dis pas plus, vous avez tous suivi.

Que faire pour manifester de manière un peu visible la réprobation d'un petit cinéma citoyen de rien du tout ? Un petit cinéma qui s'est toujours fait avec enthousiasme le relais de tous les beaux films israéliens et des rares palestiniens diffusés en France, accompagnés de nombreux débats, et qui s'exaspère de voir Israël attaquer, au mépris du droit, des navires transportant du matériel d'urgence et des militants pacifistes réclamant la cessation du blocus de Gaza, cette prison à ciel ouvert dont le beau film Aisheen nous donne encore aujourd'hui une vision désespérante.

Depuis tant d'années qu'Israël s'assied avec la plus parfaite arrogance sur les résolutions successives de l'ONU, se bat les flancs de toutes les protestations (plus ou moins molles) des états occidentaux (ceux qui ont le fric et les armes) à chaque mise à mal du droit international… quelle arme reste-t-il à des citoyens lambda, qui excluent d'office les moyens violents, pour faire savoir que trop, c'est trop et qu'il serait temps que les choses bougent ? Les dockers suédois et sud-africains ont apporté leur réponse en refusant de décharger les bateaux israéliens accostant dans leurs ports ; nous, cinéma Utopia, avons décidé de déprogrammer le film À cinq heures de Paris, soutenu par Israël Film Fund et Isratim (on n'a rien contre ce gentil petit film que nous nous engageons à programmer au premier signe de lever du blocus israélien de Gaza).

On a fini en effet par comprendre, au fil du temps et des pétitions, que nos élus, tétanisés par la crainte de mécontenter un état soutenu inconditionnellement par les Américains, feraient systématiquement passer la raison économique et donc celle du plus fort avant toute autre considération, en se contentant d'émettre des vœux pieux…

D'ailleurs qu'y a-t-il à cinq heures de Paris ? Tel Aviv, jumelée avec Toulouse… Subventionnée par le Conseil Régional et organisée par la Chambre de Commerce France Israël, une flottille de décideurs toulousains bien nourris, frétillants à l'idée de trouver stimulation et échanges auprès de ces pirates de haute mer, est partie le 4 Juin pour Tel Aviv. On s'interrogera au passage sur ces échanges d'une innocence toute relative puisque, parmi les multiples collaborations qui lient les deux villes, il y a celles qui tournent autour des drones dernier modèle (EADS/IAI), qui sont ce qu'il y a de plus sophistiqué dans les systèmes de combat… Des effusions qui ne s'arrêtent d'ailleurs pas aux portes de la ville rose puisque des soldats israéliens s'entrainent à la guerre électronique et à l'attaque de sites radar au milieu des pins des Landes, alors que nos soldats à nous, embrassons nous Folleville, devraient, si l'on en croit le Canard Enchaîné du 2 juin, partir s'entrainer incessamment à la guerilla maritime (euh ! urbaine) dans les territoires palestiniens et au Liban.

Dans ce contexte-là, de violence et de haine, la déprogrammation d'un film peut sembler bien mignonne et bien dérisoire… Pourtant, à voir la quantité d'appels de tous les médias de France et de la planète dès l'annonce (par le distributeur) de notre décision, on se dit que tout petits et tout isolés que nous sommes, on a mis le doigt sur la seule façon de faire entendre notre désapprobation.

On programme à la place le très beau film de Simone Bitton, Rachel (un film qui a été très peu passé par les salles de cinéma en France, sans que personne ne s'en indigne), qui nous semble beaucoup plus d'actualité. Jeudi 24 juin à 20h à Tournefeuille, la projection sera suivie d'une rencontre avec les associations Génération Palestine, Palestine 33 et l’Union Juive Française pour la Paix.

Commentaires

1. Le samedi, juin 5 2010, 16:13 par Dov Jacobs

Je comprends toutes les raisons de contester la politique Israelienne que vous avancez sur votre site, mais je reste sceptique sur le lien entre le film Israelien et la politique du pays. Si le film était un film engagé et militant en faveur de la situation actuelle, je comprendrai, mais apparemment ce n'est pas le cas. Ce n'est pas plus intelligent que ces américains qui vidaient des litres de Bordeaux dans les éviers après le discours de Villepin à L'ONU contre l'intervention en Irak.
Je reste persuadé que de sanctionner les artistes d'un pays n'est pas la voie à suivre pour militer pour la paix et que vous pouviez tout aussi programmer un film palestinien (ou Rachel) ET un film Israelien en organisant un débat entre artistes des deux communautés sur la place de l'art dans le mouvement pour la paix. C'eut été beaucoup plus intelligent à mon avis.

2. Le samedi, juin 5 2010, 16:48 par Rodolphe
La situation est très différente de celle des litres de Bordeaux, car le film pourra être vu, il sera programmé dans d'autres salles à Toulouse. Cette déprogrammation a une portée surtout symbolique, et va même faire une promotion à peu de frais pour ce film. Donc nous ne sanctionnons pas au final les artistes mais donnons une visibilité à notre protestation contre cette politique. Il est étonnant de voir à l'œuvre le processus médiatique : en quelques heures de nombreux médias nous ont contacté, sans recul ni réflexion, avec une fulgurance brutale, alors que si nous avions seulement publié un texte de protestation il n'aurait certainement pas eu le même retentissement. Nous aimons beaucoup le cinéma israélien dont nous ne manquons pas de programmer la plupart des films sortis en France (récemment l'extraordinaire Ajami) et cela dans l'indifférence médiatique générale…
3. Le samedi, juin 5 2010, 19:01 par Pierre

Je trouve cette déprogrammation triste et contre productive.
Pourquoi ne pas déprogrammer les films chinois pour les condamnés à mort et le Tibet; les films iraniens pour la répression sanglante de cette année, et puis les films américains aussi ?
Les israéliens ont effectivement votés pour ce gouvernement, mais bon sang, il s'agit d'art ici !!! Les palestiniens de la bande de Gaza ont votés pour le Hamas (parti islamo-fachiste) ça ne nous empêche pas d'aimer les palestiniens et de soutenir leurs artistes.
Initiative vraiment douteuse, voir étrange !!!

4. Le samedi, juin 5 2010, 20:13 par Maximallou

C'est une honte, un cinéma n'a en aucun cas a prendre parti dans le conflit israélo palestinien ! A quand le retrait de certaines fonctions aux juifs comme en 1940 ?

5. Le samedi, juin 5 2010, 21:08 par kubilai

IL faudrait arrêter de toujours rappeler la guerre de 40 dès qu'on parle des juifs: ce qu'ils font aujourd'hui ressemble de plus en plus à ce qu'ils ont subi.
Utopia fait preuve de courage, par les temps qui courent c'est pas commun, donc bravo.

6. Le samedi, juin 5 2010, 22:09 par vlester

De la pure démagogie ! Est-ce que vous allez aussi censurer les films des pays aux régimes totalitaires en soutien à leur peuple ? Couper la parole est la dernière des choses à faire, vous faîtes le jeu des politiques. Ce n'est pas autre chose que de la répression, ce que font déjà hélas les gouvernements et ce qui n'est en aucun cas le rôle d'une salle de cinéma. Si vous voulez à tout prix montrer à la face du monde (que vous n'intéressez pas franchement d'ailleurs) combien le réseau Utopia est un groupe militant et courageux, organisez plutôt un débat, ce sera bien plus porteur. La censure n'a jamais permis quoique ce soit de positif.

7. Le samedi, juin 5 2010, 23:48 par vous etes une bonne bande de pourris

cinéma de gauchiste, on ne se deplacera pas

8. Le dimanche, juin 6 2010, 14:33 par zzrugb

Triste amalgame.
Décision honteuse et inacceptable!
Faut il que vous fassiez bien peu confiance à l'intelligence de vos abonnés pour prétendre penser à leurs places.
vous devriez travailler à l'ouverture des esprits et faire appel à l'intelligence de tous.
Au lieu de cela vous vous transformez en démagos adeptes de la censure...Bien triste.
A quand la censure du cinéma Iranien, Chinois, Américain, Russe, Corse, et + si non-affinité ?

9. Le dimanche, juin 6 2010, 16:10 par GG

Je ne sais pas qui est Leon PRUDOVSKY, et je ne sais rien de ce qu'il pense. Est-ce qu'il soutient la politique israélienne actuelle? Est-ce qu'il s'y oppose? Je ne le sais pas, et je me demande si la direction d'Utopia le sait.

Je pourrais encore comprendre qu'on refuse de diffuser un film soutenant la politique israélienne actuelle, voire qu'on refuse de diffuser les films d'un auteur soutenant cette politique (quand bien même les films seraient neutre). Et encore... car faudrait-il interdire Eisenstein lorsqu'il servait le régime communiste?

Mais qu'on "proteste" au détriment d'un film qui n'a rien à voir avec les actions actuelles, est une réaction que je trouve éminemment regrettable. Et indigne d'un réseau qui se considère comme militant pour l'art et pour les droits de l'homme. Car censurer une oeuvre artistique au motif unique de son origine (!), c'est au fond faire la même chose que les gens que vous dénoncez. Et donc, profondément honteux, et hypocrite.

10. Le dimanche, juin 6 2010, 17:52 par Sof

Chers commentateurs, qu'est-ce qui vous bouleverse le plus : le fait qu'utopia deprogramme un film (que vous pourrez voir ailleurs) ou qu'une flotille humanitaire soit interceptée par l'armée israelienne (9 morts, 50 blessés). Qu'est-ce qui est le plus triste, honteux et inacceptable? Comment manifestez vous votre désapprobation de votre côté?

11. Le dimanche, juin 6 2010, 20:19 par Alain

Monsieur,
N'est-il pas choquant pour vous qu'UTOPIA ne déprogramme pas les films chinois, iraniens, etc... accusés de ne pas avoir respecté les droits de l'homme?
Quoiqu'il arrive, UTOPIA doit rester neutre.

12. Le dimanche, juin 6 2010, 20:32 par Alain

Monsieur,

Cela ne vous choque t-il pas qu'UTOPIA ne déprogramme pas les films Chinois, Iraniens, etc... dont leur pays d'origine ne respecte pas les droits de l'homme. Là, il y a deux poids et deux mesures!
Quoiqu'il en soit, UTOPIA devra rester neutre et servir à un public fidèle.

13. Le dimanche, juin 6 2010, 22:09 par Choqué

Décision scandaleuse.

Les Etats-Unis soutiennent Israël, allez-vous déprogrammer tous les films américains ?

Nicolas Sarkozy soutient Israël, allez-vous déprogrammer tous les films français ?

Tous les films russes pour protester contre la guerre en Tchétchénie ?

Tous les films chinois, tous les films iraniens ?

Ce que vous faites se retourne contre les idées que vous prétendez défendre, c'est prendre en otage un innocent et de façon complètement arbitraire.

Comme vous n'appliquez pas cette mesure vis à vis des autres pays qui ne respectent pas les droits de l'homme, ou qui mènent des guerres parfois très meurtrières comme font les Russes, l'ombre de l'antisémitisme plane sur votre décision.

14. Le dimanche, juin 6 2010, 22:32 par tournefeuille31

Censurer un cinéaste à cause de sa seule nationalité rappelle étrangement les méthodes des régimes totalitaires. Votre choix est non seulement stupide mais honteux.

15. Le dimanche, juin 6 2010, 22:37 par Choqué

"alors que si nous avions seulement publié un texte de protestation il n'aurait certainement pas eu le même retentissement."

Vous pourriez vous immoler par le feu aussi, en place publique, on en parlera.

Prendre une décision injuste, uniquement pour obtenir un écho médiatique, marque un mépris profond de la justice.

16. Le dimanche, juin 6 2010, 22:54 par Publicité

Le but de cette opération semble être de remplir les salles d'UTOPIA en y attirant tous les antisémites de France.

On est prêt à tout chez UTOPIA, à toutes les injustices, pour se faire de la pub !!!

17. Le lundi, juin 7 2010, 09:11 par Robert Pollard

Sans vergogne je vous le dis : vous avez fait une connerie. Dites ce que vous avez à dire - et vous l'avez en partie bien écrit - cherchez les armes qui sont les vôtres: un film, un auteur, qui pourrait s'exprimer avec le langage qui est le sien, le vôtre, celui du cinéma; mais ne jouez pas aux censeurs! La pente est glissante... on ne s'y récupère pas facilement.
Cordialement

18. Le lundi, juin 7 2010, 11:21 par br'1

Quelle décision idiote! Je vous imaginais contre les censures en général, mais finalement vous ne valez pas mieux que certains gouvernements totalitaires. Militez, OK, (encore que je me suis déjà dit que vos prises de position ciblaient un peu tout et n'importe quoi et de ce fait affaiblissaient le propos!) mais là c'est trop, vous vous, et vous nous prenez pour qui et pourquoi?

19. Le lundi, juin 7 2010, 13:27 par librex1

Bonjour,
Au nom des valeurs de solidarité, vous tombez comme beaucoup d'autres, dans les poncifs éculés, pour justifier votre décision: Israël= argent, armes, contrôle des centres de décision politique et économique, David contre Goliath,etc.
Le rayonnement culturel de la France mérite mieux qu'un geste aussi unilatéral que lourd de sous-entendus nauséabonds.

20. Le lundi, juin 7 2010, 13:45 par sara

Quelle stupidité cette déprogrammation!

Cela ne vous dérange pas par contre que les mecs du Hamas (payés par le gouvernement criminel iranien) aillent tuer et torturer les jeunes iraniens qui veulent la démocratie ? et oui c'est ce qui s'est passé l'année dernière en Iran. Moi je suis iranienne, j'étais Une habituée de l'Utopia mais maintenant je n'y mettrai plus les pieds, j'en ai marre aussi que vous souteniez le port du voile, l'islamisme etc. voir des femmes voilées dans le hall de l'Utopia etc. me dégoutent.

21. Le lundi, juin 7 2010, 14:37 par Clément Lamouroux

L'Utopia, la première salle de cinéma Jedenfrei ! A quand un débat militant sur la "Palestine" avec Dieudonné et Faurisson en guest stars ?

L'antisémitisme enrobé de bons sentiments, ça reste de l'antisémitisme.

22. Le lundi, juin 7 2010, 14:51 par Clément Lamouroux

19. Le lundi, juin 7 2010, 13:45 par sara

Merci de pointer du doigt le rapprochement idéologique entre une "certaine gauche" et certains milieux islamistes. Bon, on savait déjà qu'ils avaient un ennemi commun: l'impérialisme américain. Au tour des Juifs (les "sionistes" pour ceux qui se cachent derrière leur petit doigt "antisioniste") maintenant de subir les conséquences de ces alliances contre-nature ?

23. Le lundi, juin 7 2010, 19:59 par Jean-Emmanuel

DECISION STUPIDE, NUISIBLE et PRETENTIEUSE !!!!

C'est toujours une HONTE de CENSURER un film. Mais là la stupidité et l'aveuglement atteignent des sommets

- D'autant plus LAMENTABLE que le film n'a rien à voir avec les événements récents.
- PRETENTIEUX au point de penser qu'une telle déprogrammation puisse avoir une conséquence quelconque sur la situation
- Utilisez votre CERVEAU ! Le monde va déjà suffisamment mal sans que vous n'y ajoutiez localement votre frustration de pseudo-intellos en mal d'engagement.

HONTE A VOUS

24. Le lundi, juin 7 2010, 20:31 par OP75018

"A 5 heures de Paris" est un film vraiment charmant plein de chaleur et de douceur. Annuler sa programmation est triste et irresponsable. En outre, la personne qui a pris cette décision connaît mal le problème de la région et n'a vraiment aucun sens politique. Dans cette affaire, le Hamas a tendu un piège à Israël dans lequel le Gouvernement est lamentablement tombé. A cinq heures de Paris il y a Israël, ce pays est fantastique, sa Lumière exceptionnelle et son peuple attachant. Si vous ne pouvez voir ce film, alors allez visiter ce pays.

25. Le lundi, juin 7 2010, 22:36 par Gerard

Décision indigne et imbécile, issue d'une réflexion pavlovienne anti-israelienne. On se croirait revenu en 1941, quand des boutiques, des lieux, des êtres humains, étaient marqués d'une étoile jaune et interdits.
Maintenant, si cette décision imbécile a été prise pour condamner le gouvernement d'Israël, vous vous devez de censurer tous les films, de tous les pays, car aucun pays sur cette planète n'est exemplaire, et tous les pays et tous le gouvernements traînent des casseroles ( mais certaines semblent insonores à vos oreilles ).

26. Le lundi, juin 7 2010, 23:27 par GABALDON SERGE

HONTEUX, RISIBLE, INDIGNE
C'est toujours la même rhétorique antiisraélienne. On vous a pas beaucoup entendu pendant les massacres d'algériens, d'iraniens, de tchétchènes et des palestiniens par le hamas. A notre tour de vous boycottez.

27. Le mardi, juin 8 2010, 00:30 par Mivy

Le racisme anti israélien des fanatiques est absolument scandaleux. Vous pouvez encore, si vous le désirez, passer des films israéliens, car les frères musulmans n'ont pas encore pris le pouvoir en France... par encore, même si certains esprits sont déjà occupés, comme certains français étaient déjà occupés par les nazis avant la défaite de 1940... c' était pour eux une victoire.

28. Le mardi, juin 8 2010, 06:37 par YVES

Je suis vraiment perplexe et déçu par votre décision. Vous d'ordinaire si clairvoyants et pertinents... Bon, cela dit, allez plus loin : stoppez les films de Kiarostami (l'Iran est une dictature), ceux de Zhang Yimou (la Chine), mettez l'embargo sur les films US tant que la peine de mort n'y sera pas abolie, traquez les films africains, virez de la programmation tout film français tant que Sarko et Besson emmerderont les sans-papiers...

29. Le mardi, juin 8 2010, 10:47 par KINOU

C'est une catastrophe,UTOPIA un cinéma si juste,intelligent,ouvert à toutes les cultures faire cette injustice.
Je ne suis pas Juif,ni Israélien mais je suis anéanti par votre décision.
Un film,un livre,une oeuvre artistique ça dépasse la politique,on ne peut pas empêcher,censurer pour punir une politique.
Je suis étonné,surpris de votre réaction,renenez sur votre décision,liberté pour tout le monde.
Je viens de terminer la lecture du livre de Stefan ZWEIG "Le monde d'hier"vous devriez le lire,il décrit les autodafés des livres de Juif,la mise a l'index des gens.
Je vous en prie reprenez vous,laissez le spectateur libre de ses choix.
Je ne peux pas m'imaginer venir m'asseoir dans une des salles de TOULOUSE ou TOURNEFEUILLE et savoir qu'un jour vous avez censuré pour de la politique.
NI PATRIE,NI FRONTIERE.LIBERTE DE CIRCULER.

30. Le mardi, juin 8 2010, 13:43 par alertinfo

Jusqu'ici j'etais fier de l'Utopia.
Il ne me reverra pas.

31. Le mardi, juin 8 2010, 13:56 par Coutain

Je suis à peu près d'accord avec le sentiment général qui ressort des commentaires et j'aimerais apporter un éclaircissement à cette polémique.
Le blocus illégal de Gaza est une honte et un scandale international. On n'accepterait pas, ailleurs, que des animaux soient traités de la même façon que les gazaouis.
Si l'Iran, par exemple, avait arraisonné une flotte dans les eaux internationales et tué des gens désarmés, nous serions au bord d'une guerre contre ce pays.
Cependant, il ne faut pas oublier que les seuls qui aident les palestiniens dans la région, aussi curieux que ça puisse paraître, sont des israéliens. Pas le gouvernement bien sûr mais, des individus et des ONG qui ne supportent pas le comportement de leurs dirigeants.
Ces gens se battent contre les autorités qui spolient et expulsent les palestiniens de Jérusalem-Est, essayent de créer un dialogue intercommunautaire, n'hésitent pas à engueuler les soldats qui humilient les arabes aux points de contrôle et j'en passe.
C'est une réalité que bien peu de médias rapportent mais elle est indéniable.
Je pense donc que la déprogrammation du film de Léon Prudovsky ne rend pas hommage à ces gens courageux et généreux et qu'elle tend, au contraire, à mettre tout le monde dans le même sac.

32. Le mardi, juin 8 2010, 15:34 par Sof

En espérant que cela puisse faire évoluer les choses. On pourra aussi lire les déclarations de John Berger.

Lettre adressée par le réalisateur Eyal Sivan au Forum des Images qui l’a invité à programmer son dernier film dans la rétrospective ’Tel-Aviv, le Paradoxe’ , organisée par ce cinéma parisien en novembre prochain.

à Mme. Laurence Briot & Mme. Chantal Gabriel
Direction du programme
Forum des images
2, rue du Cinéma. 75045 Paris Cedex 01. France

London Octobre 6th 2009

Chère Laurence Briot et Chantal Gabriel

Je vous écris suite à la demande que vous avez adressé à mes producteurs, Mme Trabelsi et M. Eskenazi, de programmer mon dernier film "Jaffa, La mécanique de l’orange" dans la rétrospective ’Tel-Aviv, le Paradoxe’ que vous organisez le mois prochain au Forum des Images, dans le cadre de la célébration du centenaire de la ville de Tel-Aviv.

Je tiens d’abord à vous remercier pour votre offre de participer à cet événement et je vous demande d’excuser mon retard à répondre à vos chaleureuses sollicitations. Je suis sincèrement honoré que vous ayez envisagé de programmer mon film "Jaffa, La mécanique de l’orange" pour clôturer votre rétrospective. Toutefois, après mûre réflexion, j’ai décidé de décliner votre invitation. Les raisons de cette décision sont complexes et de nature politique, c’est pourquoi je voudrais, si vous le voulez bien, vous les expliquer dans le détail.

Comme vous le savez probablement, l’ensemble de mon travail cinématographique, qui compte plus de quinze films, a principalement pour objets la société israélienne et le conflit israélo-palestinien. En m’opposant à la politique israélienne à l’égard du peuple palestinien, je me suis toujours efforcé d’agir indépendamment pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur le fait que je ne représente pas la "démocratie (juive) israélienne ". C’est pourquoi, depuis le tout début de ma carrière cinématographique, il y a plus de 20 ans, je n’ai jamais bénéficié d’aucune aide ou d’aucun support d’une quelconque institution officielle israélienne.

J’ai toujours agi de manière à éviter que mon travail puisse être instrumentalisé et revendiqué comme une preuve de l’attitude libérale d’Israël ; une liberté d’expression et une tolérance qui ne sont accordées par l’autorité israélienne qu’à l’égard, bien sûr, des critiques juives israéliennes.

La politique raciste et fasciste du gouvernement israélien et le silence complice de la plupart de ses milieux culturels pendant le récent carnage opéré à Gaza comme face à l’occupation continue et aux violations des droits humains et aux multiples discriminations à l’égard des Palestiniens sous occupation, ou ceux, citoyens palestiniens de l’Etat israélien –toutes ces raisons justifient que je maintienne une distance vis-à-vis de tout événement qui pourrait être interprété comme une célébration de la réussite culturelle en Israël ou un cautionnement de la normalité du mode de vie israélien. Puisque votre rétrospective fait partie de la campagne internationale de célébration du centenaire de Tel-Aviv et qu’elle bénéficie, à ce titre, du soutien du gouvernement israélien, je ne peux que décliner votre invitation.

Par ailleurs, considérant les attaques blessantes, humiliantes et continues dont mon travail fait l’objet, tant en France qu’en Israël, et les très rares confrères israéliens qui se sont exprimés pour me défendre et manifester leur solidarité sincère (je ne tiens pas compte des déclarations de principe en faveur du privilège hégémonique de la "liberté d’expression"), il ne m’est pas possible de me sentir solidaire d’un tel groupe.

Je ne peux être associé à une rétrospective qui célèbre des artistes et cinéastes jouissant d’une position de privilège absolu et d’une totale immunité, mais qui ont choisi de se taire quand des crimes de guerre étaient commis au Liban ou à Gaza et qui continuent d’éviter de s’exprimer clairement au sujet de la brutale répression des populations palestiniennes, du blocus de trois ans et de l’enfermement de plus d’un million de personnes dans la Bande de Gaza.

Je tiens à me démarquer de ceux de mes collègues qui utilisent de façon opportuniste, voire cynique, le conflit et l’occupation comme décor de leurs travaux cinématographiques, et comme représentation néo-exotique de notre pays – pratiques qui peuvent expliquer leur succès en Occident, et particulièrement en France – et je refuse d’être associé à eux dans le cadre de votre manifestation.

Même si votre invitation avait suscité chez moi une seconde d’hésitation, celle-ci aurait été balayée à la lecture, il y a une quinzaine de jours, d’un article signé d’Ariel Schweitzer, l’organisateur de votre rétrospective, et publié dans Le Monde. Dans cet article qui s’opposait au boycott culturel de l’establishment israélien, il déclare : “Des mauvaises langues diront que cette politique cultuelle sert d’alibi, visant à donner du pays l’image d’une démocratie éclairée, une posture qui masque sa véritable attitude répressive à l’égard des Palestiniens. Admettons. Mais je préfère franchement cette politique culturelle à la situation existante dans bien des pays de la région où l’on ne peut point faire des films politiques et sûrement pas avec l’aide de l’Etat.”

Sur ce point, il me faut remercier votre organisateur M. Schweitzer pour sa naïve sincérité et pour ses arguments sectaires qui m’ont permis d’articuler les raisons pour lesquelles je préfère garder mes distances vis-à-vis de votre rétrospective et d’autres événements semblables. Car comme le confirme M. Schweitzer ils sont, en effet, une célébration de la politique culturelle israélienne et une défense de l’idéologie du ‘moindre mal’. Tant mon histoire et ma tradition juives que mes convictions et mon éthique personnelles m’obligent, dans les circonstances politiques actuelles – alors que les autorités des démocraties occidentales et leurs intelligentsias ont fait le choix de rester aux côtés de la politique criminelle israélienne – à m’opposer publiquement par cet acte ferme et non-violent à l’actuel régime d’apartheid qui existe aujourd’hui, en Israël. Je terminerai en reprenant les termes de mon collègue et ami le célèbre réalisateur palestinien Michel Khleifi qui ne cesse de nous rappeler que le défi auquel nous devons faire face, en tant qu’artistes et intellectuels, est de poursuivre nos travaux non pas GRACE À la démocratie israélienne, mais MALGRÉ elle.

C’est pourquoi, toujours de manière non-violente, je continuerai à m’opposer, et à inciter mes pairs à faire de même, contre le régime israélien d’apartheid et contre le "traitement spécial" réservé dans les démocraties occidentales à la culture israélienne officielle d’opposition.

Souhaitant que vous accepterez et comprendrez ma position, et espérant avoir l’opportunité de montrer mon travail dans d’autres circonstances.

Croyez en ma gratitude et mon respect,

Eyal Sivan, Filmmaker
Research Professor in Media Production
School of Humanities and Social Sciences
University of East London (UEL) - United-Kingdom

> Source : CAPJPO-Europalestine

33. Le mardi, juin 8 2010, 17:41 par pial

Très simplement bravo à Utopia pour sa réaction après les inacceptables actes de piraterie de l'état d'Israel.
La lecture de la lettre d'Eyal Sivan,reproduite dans le message précédent, devrait ramener à la raison les nombreux intervenants qui désapprouvent la déprogrammation du film. Il faut mettre fin au régime d'apartheid qui existe aujourd'hui en Israël : le boycott est un moyen qui a montré son efficacité en Afrique du Sud. Boycott économique, scientifique, et culturel. Comment faire autrement pour ramener la paix en Palestine ?

34. Le mardi, juin 8 2010, 17:59 par Set

Aux cinéphiles..

à ceux qui aime un cinéma libre et indépendant, une seule adresse à Toulouse : l'ABC 13 rue St Bernard.

35. Le mardi, juin 8 2010, 18:25 par Joseph Staline

Pour être juste, interdisons tous les films des pays condamnés par les grandes consciences morales cinématographiques que vous représentez si bien.
Après tout, les cinémas belge et paraguayen,pays authentiquement pacifiques et respectueux du droit international, pourvu que leurs films soient de gauche et qu'ils aient été approuvés par un soviet d'esthètes compétents, suffiront à nous contenter et à nous donner le prétexte de débats entre personnes du même avis.
Même politique à suivre dans les bibliothèques et les musées.
Spassiba.

36. Le mardi, juin 8 2010, 19:40 par Bôôh

U-blog a eu plus de commentaire sur cette note que sur toutes les précédentes cumulées. Une seule question me vient : combien des commentateurs est déjà rentré dans une sale utopia ?
Je suis déçu par le choix fait par l'Utopia de suspendre la programmation de ce film, je pense que c'était une erreur stratégique et Mme Faucon semble le reconnaître, mais animé par une volonté positive. Utopia ne confond pas les israéliens avec leurs dirigeants, ne confond pas les français avec leur président, ne confond pas les palestiniens avec le Hamas. Attention à n'en pas donner l'impression.

37. Le mardi, juin 8 2010, 21:36 par LIMOU

Je trouve que tous ces gens qui condamnent UTOPIA pour son geste courageux pour marquer sa solidarité avec le peuple palestinien et tout le monde connais la position d'UTOPIA dans le combat contre le racisme et pour le droit de l'homme.

Pourquoi tous ces voix n'ont jamais condamné ce qui fait subir Israel au peuple palestinien,blocus,expulsion et d'aller jusqu'à empêcher des aides pour la survie d'un peuple, etc. la liste est longue.

38. Le mardi, juin 8 2010, 22:40 par Justice

Félicitation pour votre courageuse position de boycotter le cinéma israélien, d’autant plus, s’il fait abstraction de la population qu’il colonise et méprise.
Je tiens à vous apporter mon soutien. Je pense que le boycott est la meilleure solution. Si on n’avait pas appliqué à l’Afrique du sud, le boycott, il y aurait encore l’apartheid.
Ma conscience ne me permet pas d’être complice avec ce qui se déroule «en terre sainte» (soi disant). Je pense que la sainteté l’a quitté depuis les nombreuses effusions de sang. On ne peut laisser impunément, si on aime ces enfants, son pays, sa communauté sans impunités s’ils commettent des actes condamnables dont ils vont traîner les conséquences longtemps!
Le boycott doit s’étendre et tout toucher jusqu’à la fin de l’apartheid. Resister, on est avec vous !

39. Le mercredi, juin 9 2010, 00:41 par aaron

Einstein disait " la connerie et l'Univers sont les seuls éléments infinis que je connaisse et encore pour l'Univers j'ai des doutes"....
Pour les cinémas Utopia je n'en ai pas.
Bonne soirée

40. Le mercredi, juin 9 2010, 08:54 par Nicolas Merlet

Votre decision demontre chez vous:
- votre ignorance de la situation au Proche Orient et en particulier des milliers de Rockets que le Hamas envoie sur les villes du Sud d Israel depuis 7 ans - il est exclu de laisser le Hamas se re-armer encore plus ; vous ignorez egalement le sort de notre compatriote franco-israelien Guilad Shalit, conscrit de 19 ans kidnappe il y a 3 ans et demi par les milices du hamas en territoire israelien et que personne a ce jour n a pu voir en chair et en os, ni meme la Croix Rouge.
- votre mepris pour l art et le cinema qui ne semble pas beaucoup compter pour vous.
- votre antisemitisme reel ; pourquoi se focaliser contre Israel uniquement? Ou est votre indignation pour les centaines de milliers d africains massacres au Darfour, pour la culture tibetaine rayee de la carte, pour les epouses de 9 ans du Yemen, pour les mains coupees des delinquants saoudiens, pour les femmes violees par decision de tribunal au Pakistan, pour les massacres en Tchetchenie? Faire l humaniste sur le dos d Israel c est un peu trop facile.
- votre mentalite infantile: les israeliens n accepteront jamais de laisser tuer leurs enfants pour faire plaisir a quelques excites boycotteurs ; je pense qu au contraire la droite israelienne va sortir renforcee dans les 20-30 prochaines annees. Mais des israeliens et des palestiniens vous n avez evidemment rien a faire.
- Si vous recevez des subventions de la Mairie de Bordeaux ou du conseil regional, j espere qu ils prendront en compte ce que vous en faites.
Heureusement le monde du cinema est grand et beau - et il se passera de vos manigances d arriere-boutique. Le cinema israelien a produit de grandes oeuvres ces dernieres annees ; c est votre public que vous privez - il appreciera.
Nicolas Merlet

41. Le mercredi, juin 9 2010, 11:49 par Clément Lamouroux

Apparemment, devant l'incompréhension suscitée par cette décision de boycott de tout un peuple, les cinémas Utopia ont décidé de changer de cap et de reprogrammer le film "à 5h de Paris". Cf. un article sur le site Rue 89.

N'empêche que la première décision est bel et bien révélatrice des reflexes antisémites d'une bonne partie de la gauche bien-pensante.

42. Le mercredi, juin 9 2010, 11:54 par Clément Lamouroux

"Le blocus illégal de Gaza est une honte et un scandale international. On n'accepterait pas, ailleurs, que des animaux soient traités de la même façon que les gazaouis."

Typique de la propagande antisioniste, qui nourrit ensuite les clichés antisémites. Le blocus ne concerne que les matériaux pouvant être utilisés pour la confection d'armes ou d'explosifs. En revanche, la nourriture, les médicaments, etc..., ne manquent pas à Gaza.

La population n'est pas "affamée" comme on peut le lire chez les propagandistes antisémites.

Par ailleurs, jusqu'à ces dernières semaines, le blocus était organisé conjointement par les gouvernements israéliens et égyptiens. Pourquoi se focaliser sur la seule démocratie de la région ? Habitude familiale de taper sur les Juifs ?

43. Le mercredi, juin 9 2010, 12:01 par tournefeuille31

Une proposition aux gens très éclairés d'Utopia : le Hamas (qu'ils semblent adorer) bloquent les convois humanitaires terrestres dans la bande de Gaza.

Je propose donc à Utopia en signe de protestation de déprogrammer les films palestiniens...

Une suggestion : la guerre au Kivu est le conflit qui a fait le plus de victimes depuis la deuxième guerre mondiale (environ 5 millions de victimes). Je vous propose donc de ne pas programmer des films africains des pays qui interviennent dans ce conflit. Il y a plus de 60 conflits armés dans le monde que vous semblez volontairement ignorer pour ne vous focalisez que sur un seul. Hasard ?

44. Le mercredi, juin 9 2010, 18:42 par nicole

j'ai envoyé un message sur ce blog hier soir 22h, approuvant la position d'UTOPIA qui permet de parler du blocus, de la politique israëlienne honteuse envers les palestiniens, rappelant l'histoire de cet "état" et comment on est musellé en France dès qu'on critique cette politique et le sionisme; bref, ce matin mon message était sur le blog, ce soir il n'y est plus...qu'est ce que cela veut dire, est ce que je suis censurée, et sur le blog d'Utopia? je ne vois pas d'autre raison à l'absence de mon texte tout à coup, c'est extrèmement grave d'ouvrir un espace d'expression et de ne pas respecter la parole envoyée....par contre je lis bien des contres-vérités, ici, dédouanant Israël des horreurs qu'elle commet...j'aimerai comprendre et voir réapparaître mon texte, merci .....ou adieu utopia

45. Le mercredi, juin 9 2010, 19:19 par Rodolphe

@nicole : je crois que c'est le commentaire que vous avez posté sur un autre billet : http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/toulouse/index.php?post/2009/12/23/UTOPIA-SUR-LES-BANCS-D-INFAMIE%E2%80%A6#c2832 (je le recopie en dessous)

46. Le mercredi, juin 9 2010, 19:23 par nicole
bravo pour votre prise de position, je vous soutiens, il est temps que ces situations soient dévoilées et que l'opinion publique ouvre les yeux sur la manipulation dont nous sommes tous l'objet.quand on exprime une opinion contre l'attitude de l'état d'Israël, on nous fait culpabiliser à grand coup de shoah et taire à grand coup d'antisémitisme; j'espère que, comme à chaque fois, le lundi 31 juin au soir, jour de l'info relative à l'attaque d'Israël sur la flotille humanitaire,il n'a échappé à personne que Arte, et oui!a programmé une émission sur la souffrance des juifs (que je ne minimise pas) suivie d'un film iranien dont le thème était "il n'est pas bon d'être une femme en Iran quand on aime le foot"....le cliché habituel, le pauvre juif et le vilain arabe, ou musulman, c'est pareil dans les médias; c'est toujours la même propagande et en plus ça marche, on dirait.moi, je pleure sur tous les génocides, toutes les occupations et toutes les injustices: ça demande beaucoup de recul d'assister à la lente extermination du peuple palestinien, reclus dans le camp de concentration à ciel ouvert qu'est Gaza, extermination exécutée par un peuple victime lui même de la shoah, et devenu bourreaux...et de rester juste antisioniste, et de croire dans l'intelligence et l'humanité de l'homme.depuis quand on traite de terroristes des résistants face à l'occupant de leur terre? j'invite chacun à revisiter l'histoire depuis la création de cet "état", qui a décidé? comment? pourquoi? comment on a volé, expulsé des citoyens, comment les résolutions de l'ONU n'ont jamais été appliquées, comment on trouve des excuses pour l'occupant en enfonçant l'occupé, comment tout un complot international cautionne cette ignominie...j'arrête là. Utopia parle parce qu'elle est touchée, concernée, là, alors elle mesure la gravité du musellement de chacun, mais c'est depuis toujours ainsi...alors parlez! hurlez! ne vous laissez pas faire et surtout ne vous laissez pas intimider, courage! qu'un jour enfin les états et les peuples occidentaux se réveillent et que les Palestiniens puissent à nouveau vivre libres sur leur terre.
47. Le jeudi, juin 10 2010, 08:32 par ébahie

Comme alors, en des temps anciens, nous aurions du boycotter Andreï Tarkovski, Milos Forman,Andrej Wajda. Ebahie par cette décision qui témoigne moins d'une quelconque lucidité politique que d'une bêtise au fond si étroitement hexagonale. Ouvrez les fenêtres ! Regardez !

48. Le jeudi, juin 10 2010, 10:24 par le cinéphile

Je rejoins tous ceux qui critiquent cette décision de déprogrammation :
1) il ne faut pas mêler la culture, et en particulier le cinéma, aux querelles politiques
2) ceux qui suivent le cinéma israélien contemporain savent que ses réalisateurs sont majoritairement critiques vis-à-vis des politiques de leurs dirigeants.
3) en toute logique UTOPIA devrait boycotter. également les cinémas d'autres pays, en particulier ceux de l'Iran (qui a empêché un réalisateur de participer au jury de Cannes) et de la Russie; bien sûr UTOPIA ne le fera pas.
4) cette décision a fait une bonne publicité au film "à 5h de Paris".

49. Le jeudi, juin 10 2010, 11:22 par baxter

L'intolérance des gens tolérants et bien pensants me désole et m'exaspère à la fois.
La culture n'a pas à souffrir de la bêtise des hommes.
La culture est universelle; elle ne doit pas être un enjeu ou l'otage de problèmes politiques.
Elle doit au contraire être le creuset du rassemblement des uns et des autres, afin que chacun puisse écouter et comprendre l'autre.
Le manque d'objectivité et la partialité sont destructeurs pour la démocratie.
Pourquoi diffuser des films iraniens, américains ou chinois, à ce compte là ?
Triste époque .....

50. Le jeudi, juin 10 2010, 20:55 par Titta

je trouve cette déprogrammation nullissime... très très déçue par utopia dont j'étais une aficionada... on condamne les artistes d'un pays pour leur gouvernement qu'ils ne soutiennent même pas ? ? ? alors condamnons les films français (sarkozystes); américains (sales capitalistes); iraniens (dictateurs); chinois (cf Tibet et prisonniers d'opinion...) etc etc etc...
ce que je propose c'est de regarder les derniers bulletins d'amnesty international et de ne diffuser aucun film originaire d'un pays épinglé... il reste donc.... heu, ben rien.
quand la culture étrangle la culture au nom d'une norme bien-pensante... Où comment Utopia fait du commerce en satisfaisant ce qu'elle pense être la pensée de ses pratiquants...
Utopia ou le triomphe du petit commerce.
titta

51. Le jeudi, juin 10 2010, 22:16 par JOHN DOE

bonsoir,

je suis d'autant plus déçu par votre décision que je vous ai donné des centaines de francs dans les années 90 quand j'étais étudiant à Toulouse....beurk...

Moi, je boycotte Utopia !

52. Le jeudi, juin 10 2010, 22:32 par Dan

C'est quand même vraiment une drôle de décision !
Israël fait quelque chose de contestable alors on punit en s'attaquant à ses films ?
Quel est le lien entre ce film, ses acteurs, son metteur en scène, son scénariste (etc) et l'attaque de la flotille ?

Je suis assez choqué de votre décision et visiblement je ne suis pas le seul. Je vous recommande franchement de faire marche arrière et de trouver un autre moyen de montrer votre engagement pour Gaza (et il y a tout un tas de façon de le faire même pour un petit cinéma de province comme vous le dite !).

53. Le vendredi, juin 11 2010, 00:22 par Rodolphe

Citation du commentaire de Caro à Saint-Ouen qui résume très bien les choses :

« quelques trucs en vrac :
1/ il ne s'agit pas d'un boycott mais d'une déprogrammation d'un film initialement prévu en sortie nationale (effectuée avant la parution de la gazette)
2/ il n'a jamais été question de bouder à vie ce film mais bien d'afficher une prise de position à un moment donné par rapport à une actualité qui nous révoltait
3/ nous continuerons à faire des débats sur le sujet, et sur plein d'autres qui nous indignent, comme nous l'avons toujours fait à Utopia, ceux qui nous connaissent savent parfaitement cela.
4/ tout le monde s'agite autour de ce petit film anodin... mais qui a vu à Utopia: "My father, My Lord", "Tu n'aimeras point?", "Les citronniers", "Rachel", "Jaffa", "la visite de la Fanfare", "Mon trésor", "Ajami", "Jaffa, la mécanique de l'orange", "Prendre femme"... des films israéliens, sortis pour certains dans une totale indifférence médiatique et boudés par le public ???? hein ???? »

54. Le vendredi, juin 11 2010, 12:15 par Felipe

Le gauchisme à la mode d'Utopia sentait déjà mauvais à lire leur gazette. Ils font de l'islamo-gauchisme lorsqu'il défendent le port du voile et criminalisent ceux qui critiquent la religion islamique en assimilant l'islamophobie au racisme. Une coupable confusion des genres déjà. Laissons les censeurs d'Utopia avec leurs amis du Hamas.
Allons dans les véritables salles indépendantes de Toulouse que sont le cinéma ABC et le Cratère. Pour moi, Utopia c'est terminé.

55. Le samedi, juin 12 2010, 06:02 par Hrundi V. Bakshi

Vous avez fait une connerie, vous vous tirez une balle dans le pied, ça arrive, c'est sans doute difficile à admettre. En tout cas le reconnaître serait tout à votre honneur, et nous serions quelques uns à être heureux de pouvoir revenir dans vos salles pour...LE CINEMA, et rien d'autre.

56. Le dimanche, juin 13 2010, 12:43 par Sara

Hallucinant cette "FORCE-TASK" qui s'abat de manière méthodique et massive sur une petite salle, laquelle n'a fait que DEPROGRAMMER et non pas boycotter un film, pour manifester sa réprobation d'un acte meurtrier de piraterie criminelle commis dans les eaux internationales. Les gens d'UTOPIA disent NON à l'incceptable, tout simplement.
Pourquoi tant de haine, tant d'intimidation et de menaces, tant de calomnies et de procès d'intention vis-à-vis d'une prise de position qui relève de la liberté de conscience et d'expression. Nous sommes quand même en France et ces deux libertés sont garanties par la Constitution. Il n'est à aucun moment dit que ces deux libertés fondamentales doivent s'arrêter aux frontières de la critique des agissements des autorités israéliennes. Ou alors, il faudra nous le dire...
En réalité, il s'agit là d'une volonté d'assassiner symboliquement ce cinéma. C'est une chasse aux sorcières ignoble pour l'exemple. Tous ceux qui veulent s'exprimer en leur âme et conscience, sauront à quoi à quoi s'en tenir... même les subventions pourraient leur être sucrées et leur mise en quarantaine envisagée...
Hallucinant, je vous dis...

57. Le lundi, juin 14 2010, 15:05 par Annette dans la tourmante

Sara, n'ayez crainte pour les subventions d'Utopia. Personne ne les sucrera puisqu'il n'y en a pas. Peut-être faut-il commencer par cet aspect-là pour connaître le taux d'indépendance d'un film, d'un lieu culturel?
Je viens de lire la lettre d'Eyal Sivan (réalisateur israélien) qui est en lien sur ce même blog. Enfin des propos qui amènent un peu d'espoir, de réflexion posée, argumentée, loin de la pensée consensuelle et qui laisse espérer qu'un autre monde est possible si on fait parler son intelligence et non sa haine.

58. Le mardi, juin 15 2010, 13:02 par Jeremy

Ah qu'il est difficile de répondre à un tel fouillis de commentaires, qui malheureusement je trouve ne font pas vraiment avancer la réflexion sur un sujet qui le mériterait pourtant amplement... Loin de moi l'idée de prolonger la "polémique", mais je voudrais simplement aborder quelques points qui me semblent importants dans ce débat :

- Le cinéma, comme tout art, est et se doit d'être engagé et porteur d'un message. Et n'importe quel exploitant de n'importe quel salle de cinéma fait chaque semaine des choix de programmation qui sont des choix politiques. Choisir de n'avoir comme seul intérêt l'intérêt économique est à mon avis un choix politique autant que celui de déprogrammer un film Israelien (qui ne sera d'ailleurs souvent pas programmé dans ces salles car jugé pas rentable).

- Critiquer Israël, et plus particulièrement son gouvernement, ne signifie pas être antisémite. Il faut quand même bien préciser que, contrairement à ce qui est affirmé un peu partout, Israël est un état ouvertement raciste (le seul état au monde dont la constitution inscrit l'élément religieux comme composante fondamentale de ses citoyens : Israël est l'état des Juifs) et ouvertement colonialiste (le seul état dont la constitution ne fixe pas de limites de territoire, et définit donc un projet d'expansion infini). Voir à ce sujet : http://www.dailymotion.com/video/xd...

- Le film "A 5h de Paris" n'est pas censuré par Utopia, mais simplement déprogrammé en sortie nationale, donc retardé. Le film sera tout de même diffusé dans au moins 50 salles en France, et la visibilité médiatique dont il a eu droit suite à cette déprogrammation risque de lui profiter plus que de lui nuire. Avouez que si c'est ce que nous avions voulu, nous serions de bien piètres censeurs...

- Utopia est un cinéma indépendant en ce sens qu'il ne vit pas d'argent public. Les seules subventions touchées par Utopia sont des subventions "au mérite" (Art et Essai, récompensant d'ailleurs la diversité de notre programmation) ou celles pour lesquelles nous cotisons (fonds de soutien du CNC). Nos seules recettes sont celles des tickets vendus : ni pub, ni bandes annonces payantes, ni confiserie et ni subventions donc, ceci pour pouvoir garder une certaine liberté éditoriale, dont cette déprogrammation est un exemple.

- A chacun de s'engager comme il le veut et comme il le peut, mais il me semble qu'on ne peut reprocher l'engagement de quelqu'un sur une cause qui lui tient à coeur sous prétexte qu'il ne s'engage pas de la même manière dans toutes les autres causes... C'est il me semble une manière d'esquiver le débat et d'éviter la question de fond... Que celui qui à le temps, l'énergie et la connaissance nécessaires pour se battre contre toutes les injustices jette la première pierre...

Voilà donc quelques remarques et/ou réponses qui je l'espère seront utiles... Gardons la tête froide, le débat continue...

59. Le mardi, juin 15 2010, 19:08 par Hrundi V. Bakshi

@ Jeremy "Le cinéma, comme tout art, est et se doit d'être engagé et porteur d'un message."
C'est peut être ça le coeur du débat finalement, car on peut aussi penser que l'art ne "doit" rien du tout, et que s'il faut absolument lui assigner une fonction, il cesse de l'accomplir justement lorsqu'il est "porteur d'un message"; "porter un message" d'une certaine manière c'est le boulot des publicitaires, pas des artistes.
Ce sont les constellations d'artistes, tout médiums confondus, qu'ils soient politisés ou non, engagés ou non, qui en amenant des contradictions, affinent les sensibilités de chacun, et apportent des dimensions supplémentaires à la description d'un monde complexe (ouf ouf! toutes mes excuses si ça ne parait pas très clair).
Romain Gary a écrit à ce sujet des choses assez justes il me semble, en rappelant qu'un artiste n'est jamais qu'un serviteur de son art quelque soit la matière première qu'il utilise, politique ou non.
Donc là se niche le désaccord sur le choix qu'a fait Utopia : L'acte des programmateurs est presque un aveu sur le fait qu'ils ne croient plus en l'art.D'une certaine manière ils ne réalisent pas à quel point ils ont déjà oeuvré à affiner les consciences, les points de vue, et que tout ça va déjà, il me semble, dans le sens de plus de sensibilité à la justice par exemple.
Donc ce qui me gène, ce n'est pas que gens soient en colère et le montrent, car sincèrement j'en fait parti, mais le fait que ça soit fait dans le cadre d'un réseau de cinéma : ça ne peut que réduire l'audience et aller contre le mouvement de l'art.
La réaction d'Utopia est inadéquate il me semble, mais a peut être le mérite de reposer la question des moyens d'actions des citoyens face à l'injustice.Si nous voulons peser dans la balance,il n'y a pas d'autres issues que de fédérer un maximum de personnes de tous horizons, et ça suppose d'abord de ne pas mener des actions aussi "régressives"; c'est toujours les gens d'en bas quelque soit leur nationalité qui morflent.Des manifs de grande ampleur et pacifistes, sans drapeau, rassemblant toutes les sensibilités, auraient sans doute un impacte énorme...

60. Le mardi, juin 15 2010, 19:23 par Samrakandi

La déprogrammation du film est un acte non-violent. et à ce titre j'approuve la démarche de ce modeste cinéma d'art et essai toulousain. Du moment où les instances qui nous représentent( nationale et européenne) ne veulent pas
"mécontenter un état soutenu inconditionnellement par les Américains" que reste t-il pour la socité civile?
J'estime que ces types d'initiatives participent à l'éducation pour la Paix. D'autant plus que c'est un acte de protestation contre un Gouvernement qui conduit son Peuple à la ruine.
Simon Peres m'a dit en septembre 1994 : " Mon Peuple a aapris depuis plus de 50 ans à faire la guerre et ignore comment aborder le processus de Paix. J'attends de l'élite arabe et de l'opinion publique internationale à nous aider à apprendre comme faire la Paix".
La mulitiplication des actes de protestation non violente ; comme c'est le cas actuel d'Utopia, favorise une prise de conscience de l'opinion publique israélienne des dérives de leur gouvernement qui mènent des actions aveugles contre un Peuple fragilisé et isolé.

61. Le mercredi, juin 16 2010, 14:21 par cécile

N'oublions pas que l'Union Européenne avait voté en 2002 des rapports privilégiés( économiques,culturels et universitaires) avec Israël sous réserve que celui-ci respecte les droits humains des Palestiniens. Les droits ne sont pas respectés, loin de là, et pourtant les rapports privilégiés ne cessent de se renforcer tandis Israël fraude sur les appellations pour nous faire acheter des produits des colonies israéliennes.
Depuis des mois et des mois, des israéliens engagés comme Ilan Pappe, universitaire, ou Yael Lerer, éditrice, nous demandent comme une grâce de boycotter Israël afin, non seulement d'obtenir justice pour les Palestiniens, mais encore de sauver Israël lui-même de sa folie meurtrière.
Après l'attaque ignoble d'un bateau humanitaire dans les eaux internationales chaque gouvernement aurait dû rappeler immédiatement son ambassadeur. Il n'en a rien été et nos médias nous ont assommés d'interviews de défenseurs d'Israël voulant nous faire avaler que les soldats,attaquant en force avec des moyens exceptionnels, étaient les victimes.
Un Grand MERCI au cinéma UTOPIA qui a osé, le premier du genre, reporter un film israélien anodin et programmer à la place le film engagé "Mur" de la Franco-israélienne Simone Bitton.
Le boycott commence à se répandre un peu partout dans le monde et les gens vont peut-être enfin comprendre qui agresse et qui est agressé.
J'ai entendu il y a deux jours un témoin dire que les Israéliens ne se rendaient absolument pas compte du Blocus de Gaza et, comme l'a dit Michel Warschavski, ce n'est que lorsque les Israéliens pâtiront de l'effet du boycott qu'ils obligeront leur gouvernants à respecter le Droit.

62. Le jeudi, juin 17 2010, 15:46 par Bakoback

@cécile

Et le Hamas croyez-vous qu'il prend soin des droits des Palestiniens ?

Pourquoi ne boycottons nous pas le Hamas plutôt ? Histoire que les millions provenant de toutes parts arrivent enfin à Gaza !

Vos propos semblent émaner d’un esprit très profane et très réactif non ?

63. Le jeudi, juin 17 2010, 15:50 par Bakoback

@Samrakandi

"J'estime que ces types d'initiatives participent à l'éducation pour la Paix"

Ca fait un peu jeunesse Hitlerienne comme propos ça non ?

"La mulitiplication des actes de protestation non violente ; comme c'est le cas actuel d'Utopia, favorise une prise de conscience de l'opinion publique israélienne des dérives de leur gouvernement qui mènent des actions aveugles contre un Peuple fragilisé et isolé."

Tu plaisantes je suppose ?

64. Le vendredi, juin 18 2010, 13:42 par Jeremy

@ Hrundi V. Bakshi:
J'avoue avoir fait un raccourci peut être un peu rapide pour ne pas surcharger mon commentaire. Et en effet l'art ne "doit" sans doute rien... Ceci dit, pour moi en tous cas, il "est" réellement engagé, et d'ailleurs votre manière de l'expliquer me convient très bien (Ce sont les constellations d'artistes, tout médiums confondus, qu'ils soient politisés ou non, engagés ou non, qui en amenant des contradictions, affinent les sensibilités de chacun, et apportent des dimensions supplémentaires à la description d'un monde complexe).
Par contre, attention, le coeur du problème n'est certainement pas là. La vraie question que voulait poser cette déprogrammation, et que posent également les réactions démesurées et passionnées qu'elle a suscité, est : peut-on critiquer Israël ? Peut-on espérer des institutions qu'elles réagissent adéquatement à une violation du droit international ? Peut-on tout simplement réfléchir autour de ce sujet délicat sans attiser insultes, haine et guerres de religion ? Et quand la réponse à ces 3 questions est non, que faire ? quels moyens d'action ? quelles solutions possibles ?

@ Bakoback :
à lire, la lettre des cinéastes et intellectuels israéliens en suivant ce lien : http://www.cinemas-utopia.org/U-blo...

65. Le vendredi, juin 18 2010, 14:40 par Bakoback

@Jeremy

"Peut-on critiquer Israël ? "
=> Oui quand on a entre les mains les tenants et aboutissants du problème !
=>Oui quand on n’est pas un antisémite tapant sous couvert de l'antisionisme guidé par l’idiotie de la pensée unique !

Je suis le premier à vouloir en débattre, mais quand j’entends ou lis des inepties à droite et à gauche venant de personnes qui ne savent et n’y comprennent rien, sous couvert d’avoir un avis ou faire comme les autres…Ca m’irrite un peu !

Concernant la lettre des artistes Israéliens…Croyez vous que cette liste est représentative du peuple Israéliens ?
Tout ça m’a l’air bien orienté ? Non ?

« Nous sommes heureux que les gens d’Utopia soient nos alliés et partenaires dans notre combat pour l’égalité et la justice. »
Pourquoi ?
Depuis quand Utopia se prend t’il pour le redresseur de tord des Palestiniens (et uniquement des Palestiniens ceci dit ! Les autres causes n’ont pas trouvé grâce à leurs yeux !) ?

Je sais et nous savons tous quel regard porte le monde envers le peuple palestinien…

Au nom de quoi une petite chaine de cinéma censé diffuser de la culture croit mettre a mal un pays juste en… (Utilisons la bonne rhétorique, c’est important sur un blog Pro Palestinien !) déprogrammant un film…qui n’a de politique ni son contenu,ni même les gens qui l’ont produit ?

Messieurs et Mesdames d’Utopia, que savez-vous vraiment d’Israël ? De sa culture, sa richesse, son intelligence, sa diversité, sa population, ses choix ?...Rien à priori ! Enfin si à travers le regard biaisé de Rony Brauman et sa clique !

A travers votre pseudo quête de justice…là ou votre immense ouverture intellectuelle officie et n’accepte que les gens qui ne sont et ne pensent comme vous, j’appel cela du prosélytisme et tout le monde le sait, cela mène au racisme…Oui vous êtes racistes !

Les gens ne sont pas dupent, vous verrez !

Pitoyable ! Honteux !

66. Le vendredi, juin 18 2010, 17:03 par Jeremy

@ Bakoback :
Ma réponse sera sans doute inutile, et le débat qui s'en suivra stérile, mais il me semble que votre réponse prouve bien malheureusement ce que je voulais dire... Qu'on puisse s'insurger, d'une manière ou d'une autre, sur le fait que l'armée Israélienne attaque (lourdement) une flottille humanitaire dans les eaux internationales et fasse (au moins) 9 morts, signifie forcément que l'on est antisémite, pro-palestinien et ignorant...
Une bien triste manière, si vous voulez mon avis, d'esquiver le débat, de ne surtout pas poser les questions qui fâchent, en discréditant toujours ceux qui essaient de les poser (et ceux qui les soutiennent bien-sûr, toujours "minoritaires" et de "parti-pris")... Dommage...

67. Le samedi, juin 19 2010, 21:44 par yentl

je pense aussi comme la majorité des personnes qui se sont données la peine de venir commenter votre acte de censure que vous ne comprenez rien ni à Israël ni au peuple juif ni à la violence ni à l'incroyable désinformation qui a fait de vous les militants de la haine Honte à vous, utopistes sans utopie! Toulouse a le droit de vivre et les juifs aussi la tolérance et l'intelligence démocratique ne sont pas choses aisées dans un mùonde de terreur où les pro terroristes réinventent un fachisme de l'image et des mots et se prétendent "utopistes"

68. Le dimanche, juin 20 2010, 15:14 par Volfoni

La paix ne pourra s'écrire qu'en arabe et en hébreu, le boycott ne mènera à rien !

69. Le lundi, juin 21 2010, 08:52 par Bakoback

@Jeremy

Vous les pros palestiniens, ne tendez même pas l’oreille pour essayer de « comprendre », juger et condamner c’est tout ce qui importe…
Gardes toi surtout de bien omettre les « détails » concernant ces soi-disant flottilles «humanitaires »….Provenance Turquie « radicalisées » origine « IHH » organisation terroriste lié à l’Iran (l’autre pays du fromage !) Contenance …rien…Ah si quelques médicaments périmés …des armes…et du cash !
Humanitaire vous avez dis ? Pas très casher tout ça !

Pour moi c’est ça qui fâche...Dommage que ce ne le soit pas pour vous !

70. Le lundi, juin 21 2010, 09:16 par Bakoback

@Volfoni

"le boycott ne mènera à rien !"
Si justement à assurer que des armes en provenance de l'iran, du hezbollah !

Je rappelle à tous les gens mal informés, que ce blocus ne concerne que les produits dont l’utilisation sert à fabriquer des armes et des bombes !

Des tonnes de médicaments, de vivres etc. pourrissent entre les mains du hamas et ne sont pas distribués à la population palestinienne !

Nous avons tous compris pourquoi ! Pour faire passer Israël pour de sombres nazis !

Pauvres Palestiniens de la bande de gaza ..comme je vous plains..dire qu’en judée samarie..On vie comme des princes...C’est dégueulasse !

71. Le lundi, juin 21 2010, 16:08 par Bakoback

Encouragements et respect à Jose Maria AZNAR :

http://www.lepost.fr/article/2010/0...

A quand le reste du monde ouvrira donc les yeux !

72. Le lundi, juin 21 2010, 16:25 par Sara

Amis Volfoni, Jeremy, Yentl et consorts,

Dites-moi, d'où nous vient cette étrange impression que vos "arguments" semblent éculés, galvaudés, puisés à une source unique, comme des slogans-marketing que vous martelez? Qui plus est, vous ne discutez pas, vous assénez, vous matraquez des airs dont on connaît la musique à l'avance. Tout ce que vous écrivez tourne autour de trois axes principaux, qui varient un peu, selon les uns et les autres.
-1 Vous prétendez de façon péremptoire et dédaigneuse, que vous seuls connaissez quelque chose à Israël, avec le sousentendu qui va avec.
Il ne s'agit pas d'Israël, le pays, mais des agissemnts criminels d'un pouvoir que chacun peut vérifier.
-2 En dépit du bon sens, vous niez l'évidence même du blocus de GAZA! J'ai le regret de vous apprendre que ce blocus dont vous niez l'existence a été levé aujourd'hui, par votre champion Bibi Nétanyahou, him self, bien sûr, très partiellement, rassurez-vous!
-3 Vous n'argumentez pas. Vous jetez des anathèmes. A tous ceux qui ne sont pas les thuriféraires du pouvoir israélien, vous les accusez d'emblée, en gros, d'antisémitisme et de soutien au terrorisme, rien que ça!? "Vous êtes révolté par l'assassinat de neuf humanitaires dans les eaux internationales, acte que toute personne normalement constituée trouve condamnable. Vous êtes antisémite et vous soutenez le terrorisme." Ben voyons!

En réalité, vous êtes biberonnés à la propagande de cette extrême droite qui est au pouvoir et qui se trouve à la merci des colons les plus fanatisés et les plus haineux.
Libérez votre esprit et venez discuter avec honnêteté et bonne foi, puissions-nous ensemble, trouver un terrain d'entente.
Les gens d'Utopia sont honnêtes et courageux. Ils ne méritent pas ce déluge de haine.

73. Le mardi, juin 22 2010, 11:03 par Bakoback

@Sara

« 1 Vous prétendez de façon péremptoire et dédaigneuse, que vous seuls connaissez quelque chose à Israël, avec le sous-entendu qui va avec. »

Je n’ai jamais été dédaigneux…Je suis réaliste vous en déplaise ! Ce que j’entends tout autour de moi « in real » et pas virtuellement sont toujours les mêmes jugements critiques débiles martelés sans analyse, juste pour avoir un avis..Pour faire bien ! Qui connaît réellement la situation ?
Je suis le dossier Israélien depuis…40 ans à peut près mon âge ! Je suis passionné du moyen orient, je la culture juive, israélienne et musulmane…J’ai énormément d’amis là-bas…j’y vais souvent à l’inverse de bon nombre d’entre vous ! Israel…c’est mon rayon !

« Puisés à une source unique, comme des slogans-marketing » =>Rhétorique bienséante de la pensée unique!

« ll ne s'agit pas d'Israël, le pays, mais des agissemnts criminels d'un pouvoir que chacun peut vérifier. »
=> Citez moi donc les crimes commis par ce gouvernement ? (évitez la spoliation des terres Palestiniennes vous faite fausse route, ainsi que l’occupation du territoire Palestinien, ce ne sont pas des crimes ! C’est une politique !)

"Vous êtes révolté par l'assassinat de neuf humanitaires dans les eaux internationales, acte que toute personne normalement constituée trouve condamnable »
J’en conviens seulement et si seulement cette embarcation provenant d’un groupuscule terroriste Irano/Turc sous couvert d’une organisation terroriste bien décidée à en découdre !
Alors effectivement je ne trouve pas ça condamnable ! La méthode employée n’est certe pas la plus efficace...il n’en reste pas moins que face à des terroristes…la fin justifie les moyens !
La prochaine fois les gentils terroristes humanitaires réfléchiront à deux fois avant d’organiser une action coup de poing !

En réalité, vous êtes biberonnés à la propagande de cette extrême droite qui est au pouvoir et qui se trouve à la merci des colons les plus fanatisés et les plus haineux.

Vous faites fausse route…Vous parlez d’ouverture ? Cela en est l’exemple type !

Libérez votre esprit et venez discuter avec honnêteté et bonne foi, puissions-nous ensemble, trouver un terrain d'entente

Mon esprit est libre et à l’affut de toutes les alarmes faussaires et négationnistes falsifiant les faits pour modeler la réalité selon ce que l’on veut bien montrer !
Désolé de vous dire ça …mais le terrain d’entente ne vous incombe pas…il incombe les parties palestinienne et israélienne en premier lieu…

Il est impératif qu’un état palestinien voit le jour…Le comment et le pourquoi ne regarde que les acteurs du conflit avec un seul mot d’ordre ! La sécurité pour tous !
Voila ce que prône aussi le gouvernement de Bibi !

Les gens d'Utopia sont honnêtes et courageux. Ils ne méritent pas ce déluge de haine.
Tout comme le ministre de la culture, permettez moi d’avoir quelques doutes sur les bonnes intentions des gens d’Utopia !

74. Le samedi, juin 26 2010, 11:51 par MiMi

j'ai vu ce film,très bon film,images,thèmes
cette prise de position d'utopia semble vouloir dire "voyez comme nous soutenons les palestiniens!!faites en autant!!!mais ce film n'avait pas à être déprogammé,c'est une prise de position facile...et rien dans ce film n'evoque le régime politique d'israël,cest une belle histoire d'amour traitée avec beaucoup de respect et de pudeur
il y a d'autres moyens de manifester sa révolte,revolte que je partage, ô combien!!!!mais surement pas en fusillant une création!!!!le realisateur ne prend pas partie pour un Israël à soutenir,mais raconte une histoire

75. Le jeudi, juillet 1 2010, 20:55 par Lola

Ridicule, nauséabond... Vous êtes l'incarnation de l'impuissance, de l'orgueil français qui croit pouvoir tout arranger avec des actions à la c*n, dont les citoyens "lambdas" israéliens n'ont strictement, mais alors strictement rien à f*utre. Vous vous embourbez dans votre "antisionisme" de gauche qui pue et que je sens jusqu'ici. Ce n'est pas la déprogrammation d'un film israélien qui lèvera le blocus de Gaza. Retournez sous les jupes de vos mères, et continuez de programmer des films iraniens, chinois, turques... Votre action n'en sera que plus glorifiée, vous qui vous tenez du côté du pauvre, petit, et faible palestinien qui, soit dit en passant, n'en a strictement rien à f¨*utre lui aussi de ce que vous faites, tant qu'il a à manger le soir. Et il a.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet