Message d'Utopia au CRIF et autres organisations amies d'Israël

Il y a plus caractérisé comme acte de censure que de reporter la programmation d'un film d'un israélien pour programmer à la place le film d'une israélienne en relation directe avec l'actualité. Ce n'est ni un acte de censure ni un acte de boycott mais c'est une façon de manifester un point de vue que, Juif ou non Juif, Israélien ou non, beaucoup d'autres partagent.

Il est temps de cesser de brandir l'anathème et l'insulte pour empêcher d'autres voix de s'exprimer : on n'est ni antisémite ni hanté par la honte de soi parce qu'on n'adhère pas aux convictions du CRIF. Il est malsain, pour faire taire toute expression démocratique contraire, de faire croire que dès lors qu'on critique Israël, on a l'intention de l'exterminer et c'est pourtant l'argument que brandissent la poignée de « boute-feu » bien en cours dans les médias.

Nous en appelons au dialogue et à la réflexion, comme nous ne cessons de le faire depuis les premiers jours. Contrairement à ce que dit la madame du CRIF, nous ne recevons aucune subvention publique. Les seuls financements que nous recevons en dehors de nos entrées sont ceux du Fonds de Soutien propre au cinéma, alimenté par nos cotisations. Ces « subventions » là ne sont liées à aucune décision politique et il est illusoire d'espérer qu'il soit possible de les supprimer pour nous pousser au silence. C'est bien ce qui nous permet une liberté de programmation, d'écriture et de parole et nous met à l'abri des pressions : nous n'existons que grâce à nos spectateurs.

Nous proposons au CRIF et aux autres organisations juives et amies d'Israël d'organiser avec nous et l'ensemble des associations pour la Paix une projection du film Rachel afin d'essayer de comprendre les raisons de notre geste et de débattre ensuite de l'importance de laisser toutes les voix, juives ou non, s'exprimer, sans menaces et sans mots de haine.

Si la culture cessait d'être source de remise en question et d'interrogation sur la société toute entière, à quoi servirait-t-elle ? C'est justement parce que nous regardons les films israélien que nous projetons que nous ne pouvons accepter que nous soit imposé le silence.

L'équipe d'Utopia

Commentaires

1. Le samedi, juin 26 2010, 12:17 par dravot

... mais Utopia Toulouse-Tournefeuille (temple de la bonne conscience à bon compte) diffuse le film du va-t-en-guerre R.Goupil. Bref rappel : les sources sérieuses indiquent que la "juste guerre" à la tyrannie de Saddam Hussein a fait plus de 100 000 morts (dont combien d'enfants, à qui Goupil expliquera - à ceux qui n'ont pas péri - peut-être dans son prochain film que leurs amputations, mutilations, brûlures ... c'était pour leur bien).

2. Le samedi, juin 26 2010, 14:33 par Hu Man

Je suis athée et lutte contre l'antisémitisme et tous les racismes. J'approuve votre geste de dénonciation du terrorisme d'Etat des dirigeants actuels d'Israël contre tout le peuple palestinien. Je vous félicite pour votre réponse au CRIF que je considère comme l'ami de ces dirigeants, pas de tous les juifs ni de tous les israéliens.

3. Le lundi, juin 28 2010, 10:54 par Bakoback

"Je suis athée et lutte contre l'antisémitisme et tous les racismes"

C'est devenu le slogan du tout et n'importe quoi !
Un peu comme les pubs du Club Med !

4. Le lundi, juin 28 2010, 11:25 par marie brunerie

votre édito de La Gazette est consternant!! votre programmation repoussée n'excuse en rien cette déprogrammation initiale,
à décision arbitraire et affligeante (le niveau d'écriture de votre édito est au niveau de la cour d'école), je prends une décision tout aussi bêtement premier degré: je "boycotte" (ridicule!!!) l'Utopia...
quelle déception!!!

5. Le lundi, juin 28 2010, 11:36 par marie brunerie

appel au "dialogue et à la réflexion" en déprogrammant un film?!!!
non là, terminé!
mBrunerie

6. Le mercredi, juin 30 2010, 22:49 par Hu Man

A Bakomback.
Les sionistes (tels que vous ?) n'ont pas le monopole de l'antisémitisme, comme les croyants n'ont pas celui de l'antiracisme. J'ajoute même que c'est l'amalgame sciemment entretenu, par les sionistes et leurs media, entre anti-sionisme et antisémitisme qui fait le lit du racisme anti-juif.
A part ça, si vous trouvez mon profil du genre "slogan Club Med" tant mieux, mais vous qui êtes si cultivé, vous devriez faire attention car vous pourriez être soupçonné d'antisémitisme...

7. Le jeudi, juillet 1 2010, 13:49 par Hu Man

Erratum : je voulais dire que "les sionistes n'ont pas le monopole de la lutte contre l'antisémitisme", vous l'aurez compris. Bien que je pense que leur politique y contribue !

8. Le lundi, août 30 2010, 12:52 par Sacha

Ce médiocre éditorial n’est en rien une réponse. Quelle est la véritable raison de ce rejet ? Vos indignations ne s’affichent que quand il s’agit d’Israël.
Vous programmez des films de cinéastes de tous pays, ce qui est naturel. Démocraties ou dictatures, vous ne semblez guère y prêter attention. Pourquoi brusquement cet intérêt et ces scrupules équivoques ?

Faut-il comprendre que vous ne diffusez que des œuvres venues d’États dont vous approuvez la politique ? Amie de l’Iran criminel, ou, discrétement, pudiquement, sarkozyste ?

Tel est votre droit, mais de grâce affichez clairement vos préférences.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet