Nouveautés en Vidéo en Poche…

Logo Vidéo en PochePetit à petit, Vidéo en Poche s’étoffe, les derniers mois ont été consacrés à améliorer le dispositif, on rajoute quelques films ce mois-ci, et on va être en mesure de se consacrer à élargir le réseau et à vous dénicher de nouveaux films… Pour ceux qui ne connaissent pas encore Vidéo en Poche, on explique tout ça sur cette page du site dédié.

Vous étiez nombreux à venir assister à la projection du film de Pascale Fossat, La peau de l’ours. Pour ceux qui n’ont pas pu assister à la projection, vous pouvez venir le chercher (et en HD !), avec votre clé USB à Utopia (car il ne sera pas dit qu’on ne vous aura pas vendu la Peau de l’Ours) : Pascale Fossat a l’art de filmer les montagnes et ses habitants en nous faisant partager des instants de leurs vie accompagnés par tous ces bruits qui la constituent le son des clochettes des moutons et le cri des hommes appelant le rassemblement des bêtes, c’est un hymne à une nature vivante, en perpétuel mouvement.

On vous propose également deux films du grand Abbas Kiarostami :
Dans Le Passager, premier film de Kiarostami, « toutes les qualités et tous les thèmes de ses films futurs sont déjà à l’œuvre. Sans complaisance ni coquetterie, la vie des enfants, la résistance aux règles établies, la cruauté quotidienne des rapports sociaux sont montrés avec une sorte d’évidence discrète, naturelle. » (Jean-Michel Frodon, Le Monde).
Et la vie continue : après le tremblement de terre de 1990 qui a ravagé le nord de l’Iran, un cinéaste et son fils tentent de rejoindre le village de Koker situé au centre de la catastrophe. L’homme s’inquiète de savoir si les deux enfants qui avaient joué dans Où est la maison de mon ami ? sont encore en vie. Il interroge les passants en leur montrant une photo du film de Kiarostami. Le cinéaste réalise alors que la vie continue… « À rebrousse-poils de tous les pathos, l’option dédramatisée fait l’humanité, le culot et l’incroyable liberté de ton de Et la vie continue. » (Ange-Dominique Bouzet - Libération)

A l’occasion de la sortie du Soldat Dieu de Wakamatsu (à partir du 29 décembre à Toulouse), qui a obtenu à Berlin cette année l’Ours d’Argent de la meilleure interprétation féminine pour Shinobu Terajima, profitez-en pour découvrir en VeP son film somme de sa production révolutionnaire des années 70, L’extase des Anges : ce qui hisse sans nul doute L’extase des anges au dessus de tout un pan du cinéma de Wakamatsu, c’est son caractère formellement « jusqu’au boutiste » ; l’insurrection, si elle n’a pas eu lieu dans l’Histoire, a existé sur cette pellicule. Wakamatsu a mené son propre combat, film après film, prêtant un soin méticuleux aux réponses apportées par rapport aux questions posées. L’extase des anges est l’aboutissement d’un travail philosophique et politique qui symbolise non seulement la fin d’un cycle mais aussi un passage, via celui de l’action, à une sorte de maturité.

On poursuit la redécouverte de l’indispensable Bill Plympton avec Les Mutants de l’Espace, qui obtint le Grand Prix au Festival d’Annecy en 2001 (pour la deuxième fois ! après l’avoir obtenu en 1998 pour L’impitoyable lune de miel, également disponible en Vidéo en Poche) : Les Mutants de l’Espace est mal élevé, malpoli, agressif, déconnant, iconoclaste, infréquentable et donc parfaitement réjouissant. Sexe débridé, violence caricaturale, insolence généralisée et mauvais esprit contestataire… L’affiche annonce bien la couleur : Les Mutants de l’espace, ce serait une sorte de Men in black destroy et subversif, qui tournerait en dérision tous les codes des films américains du genre, souvent débiles et ultra-conservateurs comme chacun a pu le remarquer.

Et on oublie pas les tous petits avec Le petit monde de Bahador, programme de trois films d’animation pour les enfants à partir de trois ans : dans la meilleure tradition du cinéma d’animation iranien, par la même équipe que La montagne aux bijoux, un très joli programme pour les tout petits, dont le clou est constitué par Bahador.

Plus d’infos sur les films, bandes-annonces, sur www.videoenpoche.info, et bien sûr sont toujours disponibles Ma mondialisation, Paul dans sa vie, Les LIP l’imagination au pouvoir, Les brebis font de la résistance, La vallée des montreurs d’ours, The saddest music in the world, Le bonheur d’Emma, El Bola

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet