Donoma Guerilla Tour à Toulouse (vidéo et photos)

DonomaLa joyeuse équipe du Donoma Guerilla Tour, qui sillonne la France dans leur bus customisé pour présenter leur film Donoma a fait escale dans nos salles lundi 15 novembre pour une avant-première mémorable (le film sort aujourd’hui en salles !). En fin de billet vous trouverez la vidéo et des photos de la rencontre avec l’équipe du film.

Donoma, c’est une sorte de vent frais et d’espoir dans le paysage cinématographique actuel. Un film libre, bourré d’énergie, fait par une bande de jeunes impatients qui ont préféré forcer les portes du cinéma plutôt que d’attendre sagement leur tour. Donoma, c’est une expérience collective, l’envie d’un jeune réalisateur de fédérer autour de lui une troupe soudée et créative, qui lui ont permis non seulement de dépasser les contraintes budgétaires d’un premier long-métrage, mais aussi de décupler l’énergie nécessaire à faire naître, évoluer et aboutir ce projet. Donoma, c’est aussi l’envie de faire vivre ce film collectif, de le partager avec un public sans forcément passer par les circuits balisés habituels, une nouvelle façon de penser le cinéma et de le diffuser.

Donoma-Toulouse-2011-01.jpg


C’est un témoignage de notre époque, fait par ceux qui la vivent et défendu avec leurs armes, et c’est pourquoi il nous a paru essentiel d’enregistrer la manière dont l’équipe du film raconte cette épopée, et dont vous trouverez donc la vidéo en fin de ce billet… Cohérents jusqu’au bout, Djinn Carrénard et son équipe ont décidé de rendre leur film accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, par un sous-titrage particulièrement soigné, et l’intégralité de la rencontre a été traduite en langue des signes par l’association INTERPRETIS.

Parmi les nombreuses émissions et les nombreux articles sur la genèse de ce film, vous pouvez aussi écouter cette série d’émission sur France Culture, et lire cet article sur Paperblog.


 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet