Menace sur l'Agora ! Help ! Protégeons notre liberté d'expression !

Tracts-interdits.pngComment serait né et aurait survécu Utopia sans la Gazette, sans sa distribution minutieuse que nous organisons chaque mois depuis des années. Comment les petites compagnies théâtrales, les jeunes groupes de musique pourraient-ils se faire connaître sans la possibilité de diffuser leurs programmes de la main à la main ? L’huile de coude, aller à la rencontre de leur public, c’est souvent la seule méthode pour émerger, démarrer un projet quand on n’est pas riche, qu’on a pas les moyens de payer une agence de com, des annonces, pas un gros lobby friqué derrière. De même comment les associations militantes, bénvoles, peuvent faire connaître un point de vue différent si on leur enlève cet outil ? Enlever la possibilité de tracter à tous ceux-là c’est comme confisquer la fronde de David et le laisser démuni face à Goliath ! Or, ce genre d’interdictions se multiplient, même plus le droit de pétitionner bientôt ! Et si nous pétitionnions ensemble ?

Depuis le début de l’année 2012, de plus en plus de maires, pour la plupart UMP, se permettent d’interdire totalement la distribution de tracts et pétitions sur les marchés. Au lieu de les stopper net dans cet abus de pouvoir, le Conseil d’État a rendu le 17 avril une ordonnance surprenante (req. n°358495) considérant que cela « ne porte pas gravement atteinte aux libertés d’expression et de communication ». Pourtant, ce serait réduire les marchés à la seule consommation. Alors qu’ils sont également, depuis l’agora antique, des lieux de débat public, d’échange d’informations et d’expression des contre-pouvoirs qu’ils soient politiques, syndicaux, associatifs…

Suite à cette ordonnance, les modifications de règlement des marchés et les arrêtés municipaux ne cessent de se multiplier et menacent de s’étendre grâce à la jurisprudence. C’est pourquoi, par-delà nos différences, nous demandons instamment une modification de la législation pour rendre caduque cette ordonnance contraire à la libre circulation des opinions et des informations et, par conséquent à l’idée même de démocratie, quelle qu’en soit notre conception. Faute de quoi, toute poursuite abusive contre des distributeurs de tracts ou de pétitions sera dénoncée, portée devant le Conseil Constitutionnel et, si nécessaire, la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Nous appelons dans toutes les communes les populations à être vigilantes et à ne pas accepter cette confiscation du pouvoir de s’exprimer librement et de s’informer mutuellement. Pour signer la pétition : http://portail.netoyens.info/menacesurlagora/

Contact : menacesurlagora[AT]netoyens[POINT]info

Commentaires

1. Le samedi, novembre 3 2012, 12:53 par BALZER O

Militant syndicaliste et libre penseur - signataire déjà d’une pétition pour le mème sujet sur Revel (31)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet