Nuit Fantastique VII (debriefing)

Nuit-fantastique-2015.jpgCette septième Nuit Fantastique surpassa une fois de plus les précédentes éditions par l’horrible excellence de vos déguisements, qui cette année furent d’une sophistication glaçante et sanguinolants de raffinement (ci-dessous quelques photos qui en donnent un aperçu). Ygor Von Raph, pour ses daguerréotypes, s’est distingué cette année par l’emploi pour le décors de crâne dégarni et d’animaux empaillés dignes du Bates Motel. Les portraits les plus hurlants de vérité rejoindront les chef d’oeuvres de taxidermie du hall d’apparât d’Utopia Tournefeuille (le tibia d’or revient sans aucun doute au groupe déguisé en personnages de la série animée Scoubidou…). Merci à toute l’équipe du bistrot, et à DJ No Breakfast sans qui nous n’aurions pas pu rester vivants (et éveillés) jusqu’à l’aube blême.

Le film surprise de cette année était Jeepers Creepers (grâce auquel nous avons eu l’occasion de réscuciter le temps d’une projection notre antique projecteur 35 mm). Un grand merci à Loïc Jouenne qui nous a permis de projeter Muffin, court-métrage délicieusement vicieux et drôle qui a su mettre en appétit les 250 noctambules qui garnissaient nos salles.

Merci à David F. Sandberg et Lotta Losten qui nous ont autorisé à projeter Lights Out (voir aussi les autres aventures de Lotta sur leur channel vidéo), leur court-métrage qui d’une expérimentation modeste explorant nos peurs enfantines, est devenu si célèbre que nos deux suédois sont actuellement en train d’en préparer l’adaptation en long métrage aux États Unis.

Rendez-vous le 31 octobre 2016, pour la prochaine Nuit Fantastique, qui vous abreuvera de son lot de nouveaux cauchemars et de peurs ancestrales…

Nuit-Fantastique-2015-32.jpg

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet