Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"

Ainsi chantaient Font et Val en 1984

Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …

Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Sudaka dans leur entrainant: Mentira Politica! 

L'agacement, l'écœurement suffit! Notre colère qui gronde, les citoyens qui se regroupent, qui réagissent, réfléchissent, qui se fâchent, les gilets jaunes qui grimpent au rideau… Tout cela est somme toute vivifiant alors qu'on ne cessait de nous prendre pour des veaux apathiques!

Bonne année à vous, tous, qui avec vos petits bras faites bouger les choses!

Voeux-2019-800x623.jpg
Voeux-2019-800x623.jpg, janv. 2019

 

 

 

C'est encore l'hiver, le temps des histoires qui font frémir au coin du feu… Voici un récit qui nous vient du Cercle des Voisins (vous pouvez les joindre et les rejoindre…)

Dans la nuit du 12 au 13 janvier 2019 à 2 heures du matin, une jeune fille de 19 ans a été libérée sur la route départementale bordant le Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu.
Cette personne vivant à Limoges, arrêtée alors qu’elle allait déclarer la perte de son passeport à la gendarmerie de ce lieu, est une brillante étudiante. Placée en retenue administrative, euphémisme pour dire « garde à vue », elle est transférée au CRA de Cornebarrieu, loin de son lieu de vie, dans une région qu'elle ne connaît pas, dans le but de l’expulser vers un pays où elle n’a pas vécu.

Le Juge des libertés a jugé cette arrestation déloyale et ordonné la libération de la jeune femme, le samedi 12 janvier à 16 heures.

L a loi prévoit qu'à sa libération, la personne peut rester 10 heures à disposition de la justice, laps de temps où le procureur de la république peut faire appel de la décision du magistrat.
Ces 10 heures d’attente sont une des dispositions votées par les députés dans le cadre de la révision des lois relatives au séjour des étrangers et entrée en application le 2 janvier.

Le procureur de la république peut néanmoins réagir plus rapidement et alors, dès réception de sa réponse, la police reçoit l'ordre de faire sortir la personne du centre de rétention.

Cela n'a pas été le cas ce 12 janvier.
Les 10 heures d'attente ont été rigoureusement respectées.
Après une libération théorique à 16 heures, la sortie du centre de rétention ne s'est réellement effectuée qu'à 2h dans la nuit du 12 au 13 janvier.

Les membres de l'association du Cercle des Voisins du CRA de Cornebarrieu s'indignent de ces pratiques irresponsable et dénoncent depuis de nombreuses années, les risques d'accident liés aux abords dangereux du Centre de rétention ainsi que l'absence de tout moyen de transport public. Oser mettre dehors, une jeune femme ne connaissant pas du tout la région, et l'abandonner au milieu de la nuit, au bord d’une route départementale de la zone aéroportuaire de Blagnac, dans ce lieu éloigné de tout, paraît impensable. Et pourtant c'est ce qui a été fait ! Ils ont osé !

Comment ne pas s’interroger sur les conséquences possibles d'un éventuel accident, d'une agression...

Le Cercle des Voisins dénonce depuis longtemps ces pratiques irresponsables.

Honte à notre administration irresponsable !
Honte aux députés qui ont voté cette loi inhumaine et au gouvernement qui l'a promulguée ! Honte aux procureurs qui osent appliquer ces lois ignobles sans aucun bon sens, ni discernement !

Le Cercle des Voisins du CRA de Cornebarrieu, le 13 janvier 2019

https://www.cercledesvoisins.org/

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet