Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

YO TAMBIÉN

Écrit et réalisé par Alvaro PASTOR et Antonio NAHARRO - Espagne 2009 1h35mn VOSTF - avec Lola Duenas, Pablo Pineda, Antonio Naharro, Isabel Garcia Lorca, Joaquin Perles, Maria Bravo, Lourdes Naharro, Teresa Arboli... Plusieurs Prix d'interprétation pour les deux acteurs principaux et plusieurs Prix du public dans divers festivals internationaux.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

YO TAMBIÉNÇa pourrait être une histoire d’amour ordinaire. Avec ses complications habituelles. Avec ses désirs, ses doutes et ses joies simples, avec ses bribes de déception et ses instants de grâce… Ça pourrait… à un petit détail près, un détail aussi minuscule qu’un chromosome et pourtant aussi gros qu’une montagne quand il s’agit de le dépasser, de le mettre de côté. Voilà un film épatant qui aborde de manière frontale un sujet délicat dont le cinéma n’a jamais vraiment voulu s’emparer, ou alors par des chemins détournés, à travers des personnages secondaires, et souvent sous la protection bien pensante d’histoires gentillettes. Yo también a l'audace tranquille de nous interpeller sans détour sur la question de la normalité, sur la façon dont chacun d'entre nous regarde le handicap, sur la manière dont notre société s’accommode (ou pas) de cet autre qui nous met souvent mal à l'aise, preuve de notre inaptitude à accepter la différence.
Et ce qui est formidable, c'est que le film n'est jamais pesant, jamais moralisateur, encore moins misérabiliste : Yo También est pétillant, drôle, tendre et s’il parvient à autant nous faire rire puis l'instant d'après nous bouleverser, c’est qu’il bannit toute approche psychologisante, il vient s’enraciner dans la vie, il s'incarne dans des personnages magnifiques d'épaisseur et de vitalité.

Daniel a 34 ans. Il vit chez ses parents et vient tout juste d’être diplômé. Dans la foulée il a la chance de décrocher un premier job dans un centre social à Séville. Un boulot intéressant dans une ambiance sympa. On le reçoit comme le petit nouveau qui débarque : là le bureau, là la photocopieuse, ici les nouveaux collègues qui l’accueillent chaleureusement. Dans ce centre qui travaille pour et avec les personnes handicapées, sa différence est presque invisible : pas de commisération mal placée, pas de regards qui se détournent, pas de rires moqueurs quand il a le dos tourné… Il faut dire que Daniel a quelque chose en plus : un humour décapant, une intelligence déroutante, un langage vif et élaboré qui feraient presque oublier qu'il a aussi un chromosome en plus… « Presque », car le monde du dehors, lui, ne cherche pas à aller au-delà de son visage de mongolien aux yeux bridés ; le monde du dehors est convaincu que rien de bien vif, que rien de bien intéressant ne peut se loger dans cette tête-là. Et pourtant…
Mais heureusement, il y a Laura. La tornade Laura qui travaille dans le même bureau que lui. Laura, toujours à la bourre, toujours à courir derrière on ne sait trop quoi, Laura et son rire comme une cascade, sa beauté à la fois sauvage et mélancolique. Très vite, ces deux-là se rapprochent et se collent l’un à l’autre, ensemble ils se sentent plus forts. Deux blessés par la vie qui deviennent les meilleurs amis du monde, qui se font complices, dans le tendresse, l’affection… Un homme qui se sent enfin normal face à une femme qui le regarde comme tel. Jusqu'où ira leur relation ? Ils verront bien, et nous aussi…

Tous les personnages autour de Daniel et de Laura sont bien dessinés, bien campés : les collègues de travail, les parents de Daniel, son frère et sa belle-sœur qui animent une école incroyable, qui fait danser ceux que personne ne songe jamais à faire danser, et puis ce couple de jeunes amoureux qui voudraient vivre leur histoire et leur sexualité sans que les autres, soudain embarrassés, s'en mêlent…
Yo también (moi aussi) est une claque salutaire et vivifiante, qui montre à quel point les gens « normaux » n'ont rien d'exceptionnel… L'affiche du film le clame d'ailleurs joyeusement : ça sert à quoi d'être normal ?