LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le restaurant La Manutention va réouvrir ses portes !
Le restaurant La Manutention est fermé depuis le mois  de septembre et une rumeur bruisse dans la ville…Nous vous la confirmons avec grand plaisir ; le restaurant va réouvrir ses portes probablement fin octobre  ou début novembre après quelques menus travaux.   Son nom sera CA...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

Mais où donc se garer pour aller à Utopia ?
  PARKING DE L’ORATOIRE Forfait : 4€ de 20h à 1hPARKING LES HALLES Forfait : 2 € de 20h à 1hPARKING PALAIS DES PAPES Forfait : 3€ de 20h à 1h, et des navettes gratuites au départ des parkings relais, gratuits et surveillés.PARKING DES ITALIENS La navette circule du lundi au jeudi de 7h à 22h28 et...

A Wasseypur, « tout le monde se prend pour un héros », si vous aussi vous vous en sentez l’âme et voulez enchaîner les deux parties de cette vendetta (avec une pause d’une demi-heure minimum quand même, la témérité méritant d’être récompensée), nous vous proposons un tarif de 8 euros ! Bien sûr, vous pouvez tout à fait voir une seule des deux aux tarifs habituels…

GANGS OF WASSEYPUR (1re partie)

Anurag KASHYAP - Inde 2012 2h40mn VOSTF - avec Manoj Bajpayee, Tigmanshu Dhulia, Piyush Mishra, Richa Chadda, Reemma Sen... Scénario d'Anurag Kashyap, Syed Zeeshan Qadri, Akhilesh Jaiswal et Sachin Ladia.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GANGS OF WASSEYPUR (1re partie)Ce film aurait pu s'appeler « Il était une fois au Dhanbad » tant cette œuvre fleuve présente des similitudes avec le chef d'œuvre testamentaire de Sergio Leone, Il Etait une fois en Amérique : même longueur nécessaire pour installer la saga, même lyrisme épique, même attention portée à des générations de gangsters sur plusieurs décennies, même observation, sans manichéisme ni indulgence, de l'histoire de ces malfrats inscrite dans la Grande Histoire, qui débute ici avec l'accession de l'Inde à son indépendance.
Le Dhanbad, c'est un Etat du nord-est de l'Inde, entre le Bengale et le Bengladesh, avec en son cœur Wasseypur, une ville moyenne (sachant qu'en Inde, une ville moyenne frise le million d'habitants) pas franchement folichonne et oubliée des touristes amateurs de palais princiers et de balades à dos d'éléphant.

Le film s'inscrit en marge de Bollywood, la grande industrie de la comédie musicale : il en détourne les codes (la bande-son livre son petit lot de chansons, mais plutôt atypiques, parfois même un peu trash) pour imposer un récit foisonnant et haletant, à la fois polar et tableau social jamais pesant.
La scène d'ouverture, assez inoubliable, est très significative. On y voit une image typique de Bollywood avec jeunes filles en sari fluo dansant sur une musique sirupeuse… Puis le plan s'élargit et on comprend que c'est un écran télé devant lequel sont agglutinés, dans un petit café miteux, des pauvres gens hypnotisés par les images… Bientôt l'écran est pulvérisé par des rafales de mitraillettes, alors qu'une bande de brigands à moto armés jusqu'aux dents investit le quartier et s'apprête à prendre d'assaut la maison fortifiée du chef de gang rival.
Une scène passablement surnaturelle qui pose l'ambiance… Démarre alors un long flashback qui nous ramène aux origines de l'Inde dans les années quarante, époque où le bandit Shahid Kahn attaque les trains anglais chargés de richesses avant d'être chassé du village, contraint de travailler au fond d'une mine. Mais très vite il fomente une révolte durant laquelle un contremaitre est abattu.
Peu de temps après, dans l'Inde indépendante, Shahid Khan devient l'homme de main du grand propriétaire Ramadhir Singh, allié de la caste des bouchers, qui le fera assassiner par crainte de le voir prendre sa place. De la soif de vengeance de Sardar, fils de Shahid, nait la terrible lutte entre deux clans qui va durer un demi siècle… Le décor est planté pour 5h20 de film et on ne vous en dira pas plus pour l'instant. Oui, vous avez bien lu : 5h20 ! C'est seulement la première partie de la saga qui vous est montrée ici, il vous faudra patienter jusqu'à la fin de l'année pour voir la seconde partie.

Tous les bons ingrédients sont là : action trépidante, beaucoup plus chorégraphiée et stylisée que l'action hollywoodienne, cruauté de la guerre impitoyable des gangs, arrière-plan social sur un pays qui vit dans la désillusion, dans l'espoir déçu de la révolution pacifique des années 50, mais aussi humour autour du goût dérisoire de nos gangsters pour le bling-bling… Sans oublier les passions amoureuses, puisqu'avec Shahid le séducteur, les histoires de femmes sont épiques et la guerre des épouses n'a rien à envier à la guerre des gangs. C'est peu dire que le machisme règne en maître, mais il y a quelques vaillantes figures féminines… Le réalisateur parvient avec brio à la juste harmonie entre tous ces éléments a priori peu évidents à marier, et son film foisonnant nous tient en haleine de bout en bout, nous laissant avec la furieuse envie de voir les 2h40 suivantes…