LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Mais jusqu’à quelle heure peut-on transiter par le Verger Urbain V ?
C’est la question que vous nous posez souvent à la caisse du cinéma, ne sachant pas si vous trouverez porte ouverte ou porte close  et si vous devrez faire demi-tour. C’est (toujours) vrai qu’aucune information claire n’a été apportée sur les panneaux d’entrée  du Verger Urbain V… 20h ...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

Mercredi 5 mars à 18h45 : projection de Polissons et galipettes suivie à 20h45 du documentaire L’Enfance du hard. La soirée sera accompagnée par Mathieu Trachman, sociologue, chargé de recherche à l’Ined (Institut National d’Études Démographiques), qui travaille sur les questions de genre et de sexualité et a publié Le Travail pornographique (La Découverte, 2013). Le tarif est de 8 euros pour la soirée. Ventes de places pour la soirée à partir du mercredi 26 février (vous pouvez tout à fait voir un seul film aux tarifs habituels).
En collaboration avec l’Université d’Avignon. Soirée interdite aux moins de 18 ans.

POLISSONS ET GALIPETTES

Michel REILHAC - film muet France 1920 1h09mn - Un bouquet de 12 petits films muets libertins (c’est à dire très cochons !) et en noir et blanc des années 1900-1920...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

POLISSONS ET GALIPETTESInterdit aux moins de 18 ans... et pour cause ! Pour qui appelle un chat un chat et un cul un cul, pas de doute, ces films muets là ne font pas dans le demi-mot ! Rien à voir avec les vidéos pour porno shops d’aujourd’hui qui transpirent les professionnels de la fesse commerciale, le travail de série. Ici, nous nous esbaudissons dans la fesse ordinaire, la vôtre, la mienne, la leur… la fesse amateur qui tremblote, grassouillette, émoustillante, sous les coups de butoir de butors aux quilles maigroulettes, de paillards à la bonne bedaine qui, dans leur hâte de trousser la soubrette, oublient les trois quart du temps d’enlever leurs support-chaussettes. Ils ont, devant une caméra pas toujours approximative, des maladresses d’exhibitionnistes débutants se lâchant néanmoins de bon cœur dans une débauche des sens qui fleure la paillardise de carabins délurés. Les dévergondeurs de nonettes en goguette s’envoient en l’air comme il est dit dans les écrits du divin marquis : on se fout, on se trousse, on décharge tous azimuts... tous les coups sont permis, et toutes les combinaisons possibles, dans l’impudeur la plus totale.

Nos libertins semblent puiser un malin plaisir à braver les interdits d’une époque qui savait encore ce qu’est une soutane, et savourer le moment de la jeter aux orties !… Le sexe, entre femmes comme entre hommes, ne semblait pas plus surprendre que le mélange des sexes. Les saynètes se succèdent, tournant toujours un peu autour des mêmes fantasmes : que deux cousettes, deux nonettes ou autres lingères découvrent entre elles que leurs mignons doigts peuvent s’occuper autrement qu’à tirer l’aiguille... et un monsieur en gilet ou jaquette survient, s’imposant dans les tendres ébats, l’œil égrillard, la moustache en bataille, la quéquette agitée. La fessée a sa place, et l’érotisme se met en scène dans une quotidienneté domestique, où chacun peut s’identifier...

Il n’y a pas plus furieusement cochon que ces petits films courts qui étaient diffusés au début du xxe siècle dans les salons des bordels pour échauffer les sens des messieurs en attente d’une « professionnelle » disponible. De grands cinéastes ou photographes s’essayèrent à la réalisation de ces petits films clandestins... sans pour autant le crier sur les toits. Un siècle plus tard, il est clair qu’on n’a pas inventé grand chose de plus…