LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ma classe au cinéma
ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au...

123 soleil, des nouvelles !
Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un...

DOUCES TERRES
Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.Ils se battent, avec leurs ...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.
Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des base...

THE SALVATION

Kristian LEVRING - Danemark 2014 1h31mn VOSTF - avec Mads Mikkelsen, Eva Green, Jeffrey Dean Morgan, Eric Cantona, Mikael Persbrandt, Jonathan Pryce... Scénario de Anders Thomas Jensen et Kristian Levring.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE SALVATIONQu'on se le dise : The Salvation n'est définitivement pas un western comme les autres ! Même s'il en a tous les atours, puisant à la fois à la source pure du classicisme hollywoodien et dans le catalogue stylisé de ses déclinaisons italiennes, même s'il offre comme un dû le spectacle efficace et ultra-référencé devant lequel l'amateur de western qui sommeille en chacun ira se lover en ronronnant de plaisir. « Ce n'est pas parce qu'on est Danois qu'on ne connait pas ses classiques », semble nous dire, sourire en coin, Kristian Levring, à peu près inconnu au bataillon chez nous – si ce n'est qu'il fut en son temps, aux côtés de Thomas Vinterberg et Lars von Trier, à l'origine de l'attentat post-situationniste du Dogme95 contre le cinéma pantouflard (ce qui, déjà, devrait nous mettre la puce à l'oreille). Et de fait, avec une efficacité exemplaire et un humour légèrement distancié, il vous aligne les ingrédients du genre, sélectionnés avec amour, parfaitement dosés et généreusement distillés : à défaut de raton-laveur, vous y trouverez un héros hiératique aussi fragile qu'incontrôlable, une femme fatale au passé douloureux, une bande de bandits patibulaires, une petite ville de colons terrorisés, un shérif poltron, une plaine poussiéreuse battue par le vent, un cheval de fer en pleine conquête de l'ouest, du pétrole, des flingues, une Winchester™, de la cruauté aveugle, de la vengeance-qui-se-mange-chaude, ça défouraille à tout va, ça flambe pas mal aussi ; il y a de grands espaces et de l'émotion… D'ailleurs, on ne va pas se mentir : au rayon des « passages obligés », on n'a pu rester insensible au spectacle du si beau, si magnétique, si émouvant Mads Mikkelsen, réplique du Clint Eastwood de le belle époque, en gentil pionnier danois se faisant longuement, sauvagement, christiquement torturer, longuement exposé sous le soleil de plomb qui épuise un décor apocalyptique de ville fantôme, avant de tout aussi sauvagement venger femme et enfant en décimant les affreux mutiques et moustachus qui mettent la ville en coupe réglée.

Mais alors, d'où vient ce sentiment, fort agréable au demeurant, de « jamais vu » ? Précisément, en contrepoint de ce beau catalogue impeccablement décliné, Kristian Levring va largement au-delà du petit plaisir régressif qui consisterait à faire joujou avec ses figurines en plastique, le cow-boy, le shérif-pasteur-poltron (figure inédite du western protestant), le croque-mort, le chef de gang, la femme fatale… il élargit sensiblement le champ de son histoire, fait quelques pas de côté et en vient à filmer ce que des décennies de western ne nous ont que trop rarement raconté. L'histoire de la difficile construction d'une société de migrants sans réels codes culturels communs, et la façon dont elle en vient à s'articuler autour du plus petit dénominateur commun : la loi du plus fort. La façon très graphique dont se crée l'architecture physique et sociale des villes (et on se souvient que le seul western danois qu'il nous ait été donné de voir était l'incroyable Dogville de Lars von Trier, dont The Salvation semble être par instant la version « rhabillée »). La conquête de l'ouest par le chemin de fer – et le développement géographique de cette « conquête » qui suit précisément celui de la découverte et de l'exploitation du pétrole…

Beaucoup moins basiquement référencé qu'il ne semblait l'être, l'exercice de style virtuose ne bascule pas pour autant dans le pensum mélo-socio-politique, mais mêle tous ces ingrédients avec efficacité et bonheur. Les comédiens, au premier rang desquels Mads Mikkelsen et Eva Green (plus Jonathan Pryce, étonnant), sont parfaitement au diapason de leurs personnages, jouent avec les codes sans les transgresser et, mine de rien, parviennent à vous emmener sur des chemins que vous ne pensiez pas emprunter. Un régal.