LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

SOUTENIR LA CULTURE AU LIBAN
Les bibliothèques publiques de Beyrouth jouent un rôle important dans la diffusion gratuite de la culture et de l’Art auprès de tous les publics, sans aucune distinction de sexe, d’origine ou de croyance. Ce sont des lieux de laïcité, d’égalité et de tolérance. Leur place est primordiale dans l...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

Également au programme - SOUS LE PONT D’AVIGNON

Séance unique le vendredi 14 novembre à 20h00 suivie d’une rencontre avec des membres du Festival du film précaire

WASTE LAND

Lucy WALKER - documentaire Brésil/GB 2010 1h38mn VOSTF - avec Vik Muniz... Musique de Moby.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WASTE LANDBienvenue (euh, c’est peut-être pas vraiment le mot) à Gramacho, belle île au large de Rio de Janeiro devenue la plus grande décharge à ciel ouvert au monde. Sur ces montagnes de déchets, dans le bruit permanent des mouettes et des pelleteuses, s’activent quotidiennement 3000 « catadores », ces trieurs infatigables ayant chacun des spécialités bien spécifiques (papiers, plastiques, objets encombrant...). Une vraie petite ville à elle toute seule. C’est dans cet enfer sur terre que s’est installé l’artiste brésilien Vik Muniz. Il travaille depuis des années à partir de matières premières usuelles pour réaliser ses œuvres. Chocolat, sucre, mais aussi faux diamants sont les ingrédients de ses compositions, avec une forte valeur symbolique. Là, il a décidé de composer des portraits à partir des objets de récup de Gramacho. Sa démarche consiste à choisir quelques catadores, les photographier dans des situations rappelant des tableaux ou des situations très connues de l’Histoire de l’Art, puis de recomposer dans un hangar sur une grande dimension la photo réalisée à partir d’objets et de matières que ramassent les "catadores".
Il y a Tiao, le jeune et charismatique représentant de la coopérative des trieurs ; Zumbi l’intello qui récupère les livres et, au lieu de les recycler, les fait rejoindre la bibliothèque des catadores ; Suelem, dix-huit ans mais déjà mère de trois enfants, qui fuit la prostitution à Gramacho ; Irma, la cuisinière de Gramacho, qui arrive tous les midis à partir de récup à faire un plat principal tout à fait délicieux...
Autant de gueules formidables qui, à travers le travail de Vik Muniz, se révèlent à eux-mêmes jusqu’aux galeries chics de Rio, voire à Londres où Tiao accompagne Vik Muniz dans une vente aux enchères : là, le jeune catador découvre que sa bobine, magnifiée par Vik, peut valoir quelques centaines de milliers de livres qui vont sacrément aider les œuvres sociales de sa coopérative.

Ancien Tri Postal (av du Blanchissage) : Jeudi 13 novembre à 18h00 : Vu du Pérou. Courts métrages ville et précarité • à 20h30 : Le Chemin des limites de Jérôme Couroucé, Verger Urbain V (Si pluie RDV au Tri Postal) • Samedi 15 novembre à 19h : Courts métrages, Théâtre de l’Entrepôt • Dimanche 16 novembre à 14h : Projection de films produits par GEM Mine de rien • Pour avoir plus d’infos et le programme du Festival du film précaire : www.casa-avignon.fr/festival-du-film-precaire