LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Séance unique le jeudi 7 juillet à 16h00 suivie d’une discussion organisée par Les Amis de l’Humanité

TEXTURES

Jean-Marc PEYTAVIN - France 2016 1h17

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Textures est un poème vite fait en solo avec une petite caméra anti-trantoule qui poursuit quelques personnages qui ont croisé l’œil d’André Benedetto de près ou de loin, dans la Crau, les Alpilles, le Rhône, la Camargue, Chamfleury, Uzeste, au sommet de Tehotihuacan ou ailleurs.
La matière du texte et la sculpture des mots tissent dans le temps une trame interminable. L’occasion est la tessiture de tout ce qui arrive. L’occasion, ici, ce sont les « rencontres André Benedetto 2015 ».
Dans les années 1966-67, la Nouvelle Compagnie avait donné au Théâtre des Carmes trois soirées happenings mémorables ouvertes à la musique, à la peinture et au happening lui-même, Verbophonie, avec A.Pétronio, Matières avec Michel Trinquier et Fluxus avec Ben Vautier.
En dehors de la genèse du théâtre qu’André séquençait pour son propre besoin (Brecht, Artaud, Shakespeare et le chœur grec, théâtre des lieux, théâtre poïélitique, ready-made...), j’étais séduit par son insatiable attrait pour tout acte de création, à condition qu’il sorte de la doxa ambiante. C’était un récalcitrant curieux des gens et du verbe libérateur. Textures, post-scriptum aux Bibliothèques du vent, dernier signe à un ami. On y voit René, le frère infatigable, à la recherche du partage des eaux, Christian Ségurens, Bessompierre, Q. Araguas, peintres, R.Manivel, spectateur, J.Taris, un dialogue d’outre tombe avec Félix Castan, C.Silvestre et Cézanne, H.Lammler et C.Cabane, A.Minvielle à roue, J.Brémond et sa pyramide, Bernard Lubat aux aguets avec son a-musique, présente, forcément…

A la fin, on y entend Nelly Pulicani, jeune actrice. Elle a croisé le texte du Memento Occitan et l’a monté et dit avec l’évidence d’un éclat de silex. Elle n’a jamais rencontré l’auteur. Elle a joué cet épisode, guidée par une main précise et invisible, sur le clavier d’une machine à s’écrier.
Et à la fin des fins, quelques paroles d’A.B désormais magnétiques.
« il ne restera que des images et des souvenirs » avait-il annoncé. Dont acte.

JM Peytavin

André Bendetto a ouvert le Théâtre des Carmes durant le Festival d’Avignon 66 pour présenter sa pièce intitulée Statues… et le Off était né. C’était il y a 50 ans ! À cette occasion une plaque sera dévoilée au Théâtre des Carmes le 7 juillet à 11h00.