LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peut-être croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

La séance du vendredi 31 mars à 18h00 sera suivie d’une discussion avec J.L. Puricelli, membre de l’École des Parents et des Éducateurs du Vaucluse.

LE CONCOURS

Claire SIMON - documentaire France 2016 1h59mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CONCOURSAu départ 1250 candidats. À l'arrivée 60 élus. Telle est la réalité chiffrée du
concours d'entrée à la Femis (Formation et Enseignement aux Métiers de l'Image
et du Son), grande école de cinéma française. C'est ce concours que filme
Claire Simon, de la journée portes ouvertes jusqu'aux délibérations finales.
Elle le filme de manière passionnante, vivante, riche de perspectives, d'enjeux
moraux et affectifs. Un véritable théâtre humain, où les jurés sont « examinés »
au même titre que les candidats. La caméra est plantée dans les salles d'examen,
on suit les épreuves orales des différentes filières (scénario, image, distribution…). Un montage subtil aboutit à une mosaïque foisonnante, aussi palpitante qu'un film à suspense.


La tension est palpable, même si les jurés sont ouverts, à l'écoute. « On n'est
pas là pour vous piéger, mais pour faire connaissance », entend-on. Pourtant, il
s'agit bien d'une compétition, terrible, d'autant plus compliquée que le jugement ne peut se faire sur une somme de compétences ou de savoirs. Quels
sont alors les critères ? La sensibilité ? L'imaginaire ? Ou bien l'art de se mettre en scène ? C'est tout l'abîme de réflexion ouvert par le film, qui mène, d'ailleurs, à des points de vue divergents au sein du jury.

Le film est drôle : lorsqu'un candidat noie le jury dans le récit d'une généalogie alambiquée. Cruel : certaines sentences nous semblent injustes.
Captivant, car chacun des postulants, performant ou non, apporte avec lui une
histoire. Le rapport de séduction joue, mais pas seulement. Car il s'agit aussi,
pour le jury, de choisir des filles et des garçons différents, échappant au formatage. Des gens pas forcément aimables : untel, « imbuvable et fou furieux », sera peut-être le futur Nicolas Winding Refn, alors il ne faudrait pas passer à côté…
Le Concours est, au fond, un vrai film politique. Parce qu'il ne cesse d'interroger les vertus et les manques de toute école d'art, la méritocratie, la reproduction des élites…

(J. Morice, Télérama)

L’École des Parents et des Éducateurs observe les transformations sociales affectant la vie familiale et les demandes du public. L’un des axes de réflexion de L’EPE du Vaucluse concerne les liens entre enfance / adolescence, famille et société, notamment à travers l’expression qu’en donnent les œuvres cinématographiques. EPE du Vaucluse • 04 90 82 79 48 • epe84@free.fr • www.ecoledesparents.org