LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CHANTER RÉGÉNÈRE !
En raison de nouvelles aventures prévues au Théâtre des Vents, l’atelier chansons, animé depuis plus de vingt ans par Amélie Grand – fondatrice et ex-directrice des Hivernales de danse d’Avignon – rejoint le Théâtre Transversal : 10, rue d’Amphoux à Avignon. Tel : 04 90 86 17...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

En collaboration avec Le Point de Capiton. Séance unique le samedi 25 mars à 10h30 suivie d’une rencontre avec Simone Molina, Sylvie Prieur et (sous réserve)Marie Cathelineau, membre du collectif des 39.

NOUS LES INTRANQUILLES

Écrit et réalisé par Nicolas CONTANT avec le Groupe Cinéma du centre Artaud. - France 2017 1h30mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOUS LES INTRANQUILLESIl y a sans doute un autre regard à porter sur la folie, que celui d’une forte croyance collective liée à la peur, l’ignorance, véhiculée par les médias, les politiciens mais aussi la médecine. Sans doute un regard différent à aller chercher dans des lieux peu conventionnels comme la clinique Laborde, initié par Jean Oury, figure de la psychothérapie institutionnelle, ou encore le centre de jour Antonin-Artaud à Reims, où le fondateur Patrick Chemla, militant dans le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, intègre ses patients à cette réflexion qui les concerne en premier lieu : quel est le sort que l’on réserve aux fous dans notre société ?

Ce n’était pourtant pas l’ambition du réalisateur Nicolas Contant que de répondre à cette question. Au départ, il était question de faire un film d’ordre politique, de trouver un collectif qui œuvre avec la vision d’une société non-hiérarchique et une certaine teneur intellectuelle. Si l’on peut s’étonner du choix du réalisateur sur un centre psychiatrique pour évoquer une initiative citoyenne et solidaire, c’est parce que le lieu est aussi propice à amorcer une aventure participative dans la fabrication d’un film.

Au centre Artaud, il n’y a ni blouse blanche, ni pyjama. Les médicaments, seulement si nécessaire, ne sont qu’un des éléments de la thérapie proposée par l’équipe de Patrick Chemla. L’enjeu est ici de tisser une relation les uns avec les autres qui permette une insertion à long terme dans la ville et dans la vie. En s’emparant tous ensemble du projet artistique, les patients démontrent alors par l’exemple qu’un autre monde est possible tout en abordant leur réalité, la maladie, les soins qui revêtent de multiples formes : revues de presse, ateliers d’art, sorties ou simples temps de partage autour d’un café.
À travers leur autoportrait, ils vont chercher à donner une image humaine, sensible de la folie. Une image recréée au moyen du dispositif cinématographique qui rendra possible la transformation et la mise en lumière de cet « autre », fantasmé, caché, « intranquille », miroir de soi entre l’infiniment grand et l’infiniment petit .

Nous les intranquilles révèle alors des sensibilités d’âmes pour devenir peu à peu un film collectif, politique (agissant donc dans la cité) qui témoigne d’une utopie concrète au quotidien. Celle-ci nous rappelle cette citation du psychiatre Lucien Bonnafé, « on juge du degré de civilisation d’une société à la façon dont elle traite ses fous ».

25 mars, de 14h30 à 18h, au Théâtre du Cabestan au 11 rue Collège de la Croix à Avignon : Rencontre et débat avec Marie Claude Egry, à propos de son livre Le deuil en miroir (Ed Campagne Première). Puis se tiendra à 16h30 l’Assemblée Générale du Point de Capiton. Pour tout renseignement : lepointdecapiton84@gmail.com ou www.le-point-de-capiton.net

4 mars à 14h30, Salle du Vieil Hôpital à Velleron : lecture musicale d’extraits du recueil Voile blanche sur fond d’écran (Ed La tête à l’envers) et d’un texte inédit sur le Brésil : Magie d’Olinda. Textes de Simone Molina et musique de Sylvie Paz. Entrée libre. 24 mars à 18h45 au Passeur de l’Isle, place de la Liberté à L’Isle sur la Sorgue : lecture et dédicace du recueil Voile Blanche sur Fond d’écran. Renseignements : molina.simone@yahoo.fr