LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peut-être croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Dans le cadre du 16e Festival Andalou, séance unique le lundi 27 mars à 20h10 suivie d’une discussion et témoignages ressentis d’artistes Flamencos : Luis de la Carrasca, Natalia Del Palacio, Jorge Delgado. Vente des places à partir du 17 mars.

LA LEYENDA DEL TIEMPO

Écrit et réalisé par Isaki LACUESTA - documentaire Espagne 2006 1h49mn VOSTF - avec Israel Gómez Romero, Makiko Matsumura, Soichy Yukimuna...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA LEYENDA DEL TIEMPOEn 1979 le plus grand chanteur de flamenco Camarón de la Isla a dédié son disque La Leyenda del tiempo (La légende du temps) à García Lorca. Considéré comme un « brûlot hérétique », s’aventurant au confins du rock et du jazz, le disque marque la rupture avec Paco De Lucía. En intégrant des instruments inhabituels au genre, comme de la batterie, de la basse ou encore des pianos électrique, le disque, alors décrié par les puristes et la critique, épousait pourtant une modernité radicale. Ce n’est pas un hasard si 26 ans plus tard, Isaki Lacuesta choisi le même titre pour son second long métrage. Divisé en deux parties indépendantes, liées entre elles par un thème central à savoir l’influence du chanteur espagnol mythique sur La isla de San Fernando (à qui il rend hommage), le film se joue du documentaire et de la fiction jusqu’à créer un objet filmique mutant et tout à fait singulier.

La première partie intitulée La voz de Isra (La voix de Isra) est le portrait d’un jeune enfant gitan, doué pour le chant mais qui a cessé de pratiquer après la mort de son père. Déconnecté de ses émotions, il n’a alors qu’une envie, qu’un espoir, celui d’entrevoir de nouveaux horizons, oublier La isla de San Fernando. La seconde partie, La voz de Makiko (La voix de Makiko) quant à elle, est construite autour du récit d’une Japonaise trentenaire, infirmière, qui cherche dans le flamenco une nouvelle manière d’exprimer ses émotions, en particulier concernant la maladie de son père. Pourtant la jeune femme n’a pas les compétences pour le chant… Ainsi Isra peut chanter mais ne veut pas, Makiko veut chanter mais ne sait pas. Isra veut partir quant Makiko débarque à La Isla…

Entre documentaire et fiction, La leyenda del tiempo ne rentre dans aucune case. Suivant les personnages bien réels que sont Isra et Makiko, le réalisateur catalan est à la recherche d’un « cinéma-vérité » qui fût si cher à Jean Rouch. Délaissant le scénario au profit de l’improvisation, nous assistons alors à de très beaux moments de la vie quotidienne et suivons le parcours hésitant de ces deux personnages en quête d’eux-mêmes, où les dialogues sonnent aussi juste que les silences, portés par la superbe musique de Camarón.

Vivez la passion andalouse du 24 mars au 2 avril dans le Vaucluse ! Flamenco, théâtre musical, cinéma, expositions, conférences, ateliers, gastronomie, bal espagnol. infos : 04 90 86 60 57 ou www.alhambra-asso.com