Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Le festival Play it again revient pour sa 3e édition : 7 rééditions en copies numérique restaurées • Tarif unique : 4 euros par film.

LA FEMME DU DIMANCHE

Luigi COMENCINI - Italie 1975 1h45mn VOSTF - avec Marcello Mastroianni, Jacqueline Bisset, Jean-Louis Trintignant, Aldo Reggiani... Scénario de Agenore Incrocci et Furio Scarpelli, d’après le roman de Carlo Fruttero et Franco Lucentini.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA FEMME DU DIMANCHE« On peut rire avec tendresse des humbles. On doit rire avec méchanceté des puissants. » Luigi Comencini

Garrone, un riche architecte turinois, sale type et obsédé sexuel, a été retrouvé mort chez lui. L’inspecteur Santamaria est chargé de l’enquête. Originaire d’une famille modeste du sud de l’Italie, il navigue avec difficulté dans la haute bourgeoisie de Turin. Les suspects sont nombreux : Anna-Carla, l’oisive et séduisante veuve d’un industriel, Massimo, un ami homosexuel de Garrone et Lello, son amant, un petit fonctionnaire...

Cette adaptation d’un roman policier de Franco Lucentini et Carlo Fruttero, immense succès en Italie, bénéficie de la présence de quelques-uns des meilleurs artistes du cinéma italien de l’époque : Luigi Comencini à la mise en scène, Marcello Mastroianni en inspecteur, et à leurs côtés, le duo de scénaristes Age et Scarpelli (qui instillent ici ironie et cynisme, légèreté et humour), le directeur de la photographie Luciano Tovoli, le compositeur Ennio Morricone. Le film est un portrait de Turin, et un portrait de l’Italie, à la fin du miracle économique et l’approche  des années de plomb.

Jean Louis Trintignant : « C’est un film policier, mais c’est surtout un film sur un milieu turinois qui existe vraiment. C’était un roman à clés, c’est un film à clés. Chaque personnage a sa propre identité. Les Italiens reconnaissent très bien Turin qui est une ville étrange, une ville où il y a 700 000 Siciliens et 300 000 Turinois : les Siciliens sont les pauvres, les Turinois sont les riches, les Siciliens sont les exploités et les Turinois sont les exploiteurs, et c’est une ville où il y a une tension absolument extraordinaire. Et tout ça c’est l’univers du film. »

Séances prévues les 17/04 à 12h10, 23/04 à 20h00, 28/04 à 21h30, 30/04 à 10h30