Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

JE LA CONNAISSAIS BIEN

(IO LA CONOSCEVO BENE) Antonio PIETRANGELI - Italie 1965 1h50mn VOSTF - avec Stefania Sandrelli, Mario Adorf, Jean-Claude Brialy, Ugo Tognazzi, Nino Manfredi, Franco Fabrizi... Scénario d’Antonio Pietrangeli, Ruggero Maccari et Ettore Scola.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JE LA CONNAISSAIS BIENOn est ici au-delà de la simple découverte, de la curiosité cinéphile. On est
bien devant une réussite majeure du cinéma italien des années soixante, œuvre
d'un réalisateur très peu connu et encore moins reconnu : Antonio Pietrangeli a
réalisé dix films entre 1953 et 1969, Je la connaissais bien est l'avant-dernier et sans doute son meilleur. Franchement ne le ratez sous aucun prétexte !

Le portrait d'une jeune provinciale qui rêve de devenir actrice est l'occasion
pour Pietrangeli de brosser le tableau sans complaisance d'une société de la
consommation et des faux semblants, d'un monde qui cache son impitoyable
cruauté – et sa totale vanité – derrière un masque de sourires plaqués, d'embrassades hypocrites, de fêtes frelatées. Adriana (sublime Stefania Sandrelli, encore au début de sa carrière, dans l'un de ses plus beaux rôles) quitte son village natal pour faire carrière à Rome. Elle est belle, elle est fraîche, elle est candide, elle est joyeuse, elle croit que tout ça va suffire pour se faire accepter, se faire remarquer, se faire une place au soleil artificiel des plateaux. Elle multiplie les aventures et les emplois en quête d'un rôle… on comprend vite que sa quête est vouée à l'échec.

Je la connaissais bien frappe et fascine par son audace narrative et formelle, par sa complexité, la richesse et la profondeur des caractères et des situations. Adriana est un personnage fascinant et multiple : mutine et tragique, écervelée et perspicace, superficielle jusqu'à la bêtise, lucide jusqu'au vertige. Le scénario(co-écrit avec deux pointures : Ettore
Scola et Ruggero Maccari) est brillantissime, récit polyphonique et fragmenté
qui ouvre en permanence de nouvelles perspectives, qui avance en ruptures de rythme et de tonalité. On retiendra quelques séquences d'anthologie : la visite
d'Adriana à ses parents, l'humiliation publique de l'acteur vieillissant génialement interprété par Ugo Tognazzi… Bref on est tout près du chef d’œuvre inconnu…