LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES LUMIÈRES DE LA VILLE, DES NOUVELLES DU PROJET.
Les Lumières de la ville, c’est ce projet qui nous tient à coeur, celui que nous développons patiemment avec la dévouée Marie-Hélène de 100 pour 1 et le non-moins dévoué Christophe pour l’aspect technique. Sans oublier nos complices de Cinambule et du Collectif Inouï. C’est donc la création d’une «&...

Séances bébé
   Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son po...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

ALBUM DE FAMILLE

Écrit et réalisé par Mehmet Can MERTOGLU - Turquie 2016 1h43mn VOSTF - avec Sebnem Bozoklu, Murat Kiliç, Müfit Kayacan Muttalip Müjdeci...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ALBUM DE FAMILLEPlans-séquences larges, caméra fixe, banalité parfois étrange du quotidien, humour pince-sans-rire, Album de famille, premier film subtil et acéré, fait irrésistiblement penser au cinéma laconiquement burlesque de Jarmusch, de Kaurismaki, de certains cinéastes roumains… prouvant qu'il existe une sorte d'Internationale de l'humour grinçant à mèche lente et du plan large, qui laisse une grande liberté au spectateur.
On y suit les jours d’un couple quadragénaire de la classe moyenne qui adopte un bébé mais fait tout pour faire croire à son entourage que l’enfant est biologiquement le leur : photos de l’épouse faussement enceinte, rendez-vous secrets avec les institutions de l’adoption… Première info : au pays d’Erdogan, il est manifestement un peu honteux d’adopter, c’est-à-dire d’être stérile. Deuxième info : chacun est susceptible de s’inventer une vie parallèle de fiction. Et c’est encore plus aisé aujourd’hui, grâce à tout l’arsenal de gadgets technologiques domestiques.
La légende que s’invente ce couple n’est finalement pas très éloignée de ce que chacun pratique sur Facebook, sauf qu’ici, l’invention de soi et de sa vie est « live ». Il n’est d’ailleurs pas interdit de lire là une critique politique sous-jacente d’un pays qui s’est un peu inventé son histoire (comme tous les pays). Du roman familial au roman national, les torsions fictives, exagérations de la réalité et petits arrangements avec la vérité procèdent du même registre.
Mertoglu renvoie certaines de ces vérités déplaisantes avec un humour à froid aussi goûteux que cinglant : ces petits bourgeois éduqués (lui est prof d’histoire) sont banalement antisémites ou racistes, sans même en avoir conscience… Racisme ordinaire de la classe moyenne turque qui nous renvoie à nos propres dérélictions de sociétés occidentales supposées être à l’avant-garde de la démocratie et des droits de l’homme, comme si Mertoglu avait prophétisé l’accord que viennent de signer l’Europe et la Turquie sur le dos des réfugiés.
Au-delà de sa charge politico-sociale subtile, Album de famille recèle aussi sa part de mystère et d’élégance plastique à l’image d’un dernier plan aussi magnifique qu’insondable.


(S. Kaganski, Les Inrocks)