LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

ALBUM DE FAMILLE

Écrit et réalisé par Mehmet Can MERTOGLU - Turquie 2016 1h43mn VOSTF - avec Sebnem Bozoklu, Murat Kiliç, Müfit Kayacan Muttalip Müjdeci...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ALBUM DE FAMILLEPlans-séquences larges, caméra fixe, banalité parfois étrange du quotidien, humour pince-sans-rire, Album de famille, premier film subtil et acéré, fait irrésistiblement penser au cinéma laconiquement burlesque de Jarmusch, de Kaurismaki, de certains cinéastes roumains… prouvant qu'il existe une sorte d'Internationale de l'humour grinçant à mèche lente et du plan large, qui laisse une grande liberté au spectateur.
On y suit les jours d’un couple quadragénaire de la classe moyenne qui adopte un bébé mais fait tout pour faire croire à son entourage que l’enfant est biologiquement le leur : photos de l’épouse faussement enceinte, rendez-vous secrets avec les institutions de l’adoption… Première info : au pays d’Erdogan, il est manifestement un peu honteux d’adopter, c’est-à-dire d’être stérile. Deuxième info : chacun est susceptible de s’inventer une vie parallèle de fiction. Et c’est encore plus aisé aujourd’hui, grâce à tout l’arsenal de gadgets technologiques domestiques.
La légende que s’invente ce couple n’est finalement pas très éloignée de ce que chacun pratique sur Facebook, sauf qu’ici, l’invention de soi et de sa vie est « live ». Il n’est d’ailleurs pas interdit de lire là une critique politique sous-jacente d’un pays qui s’est un peu inventé son histoire (comme tous les pays). Du roman familial au roman national, les torsions fictives, exagérations de la réalité et petits arrangements avec la vérité procèdent du même registre.
Mertoglu renvoie certaines de ces vérités déplaisantes avec un humour à froid aussi goûteux que cinglant : ces petits bourgeois éduqués (lui est prof d’histoire) sont banalement antisémites ou racistes, sans même en avoir conscience… Racisme ordinaire de la classe moyenne turque qui nous renvoie à nos propres dérélictions de sociétés occidentales supposées être à l’avant-garde de la démocratie et des droits de l’homme, comme si Mertoglu avait prophétisé l’accord que viennent de signer l’Europe et la Turquie sur le dos des réfugiés.
Au-delà de sa charge politico-sociale subtile, Album de famille recèle aussi sa part de mystère et d’élégance plastique à l’image d’un dernier plan aussi magnifique qu’insondable.


(S. Kaganski, Les Inrocks)