Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

La séance du mardi 27 juin à 20h15 sera suivie d’une discussion avec J.L. Puricelli, membre de l’École des Parents et des Éducateurs du Vaucluse.

AVA

Léa MYSIUS - France 2017 1h45mn - avec Noée Abita, Laure Calamy, Juan Cano, Tamara Cano, Baptiste Archimbaud, Franck Beckman... Scénario de Léa Mysius et Paul Guilhaume. Festival de Cannes 2017 : Semaine de la Critique.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AVADès la première séquence, on sait que ce premier film étonnant va nous plonger dans un univers à la fois sensuel et trouble. Nous sommes quelque part au bord de l’océan (à la pointe du Médoc, saura-t-on plus tard, non loin de Bordeaux) et un long plan séquence assez ébouriffant nous fait découvrir une petite plage puis une jetée où s’entassent de manière anarchique des familles de baigneurs. Au chaos des enfants qui se chahutent et des parents qui crient pour les appeler, répond celui des couleurs vives saturées de la lumière estivale, celles des maillots bon marché, des parasols de plage et des serviettes bigarrées, bien loin de l’ordre bourgeois des plages plus chics d’Arcachon, à quelques dizaines de kilomètres. Mais la caméra s’attache à un étrange chien noir qui contraste avec les couleurs de l’été et qui longe la grève avant de s’arrêter devant une adolescente endormie : il en profite pour lui dévorer ses frites. L’ado, c’est Ava, treize ans, mauvaise tête et un peu renfermée, comme bien des gamines de son âge, qui est là en vacances, dans une ambiance parfois électrique, avec sa mère, aussi extravertie et fofolle qu’Ava est réservée.



Cette première scène n’est pas anodine puisque le chien noir mais aussi le contraste entre la lumière et l’obscurité seront les fils directeurs du récit. Car Ava ne le sait pas encore dans les premières minutes du film, mais cet été est au sens propre le dernier été qu’elle verra de ses yeux puisqu’elle est atteinte d’une rétinite pigmentaire, une maladie dégénérative qui va peu à peu lui ôter toute vision nocturne avant de réduire considérablement la vision diurne à un petit cercle. Face à l’inéluctable, la mère l’a décidé, ce sera leur plus bel été. Mais mère et fille n’en ont pas forcément la même vision, d’autant que la mère, très affairée à sa relation enflammée avec un nouvel amant plus jeune, oublie assez vite de s’occuper d’Ava. Celle-ci va donc prendre le large et faire d’elle-même l’apprentissage de la vie tant qu’elle a encore pleinement ses facultés : ça passera notamment par la rencontre avec Juan, un jeune gitan, propriétaire du fameux chien noir et en délicatesse avec la maréchaussée.
Ce qui est formidable, c’est que le film, dans son énergie et sa manière de montrer la rage de vivre d’Ava, parvient à nous faire oublier le tragique du destin de l’adolescente, ce qui évacue tout l’aspect plombant et impose au contraire un ton pêchu voire joyeux, avec quelques moments franchement cocasses.
Durant cet été pas comme les autres, Ava, tout en parcourant le long chemin vers l’acceptation de sa maladie et de ses conséquences, va découvrir l’amour, la sexualité (que le film aborde d’ailleurs frontalement, sans complaisance mais sans fausse pudeur), mais aussi développer ses autres sens pour anticiper ce que sera sa nouvelle vie. Tout ça un peu en marge des conventions et des vies balisées, aux côtés de Juan et de ses amis gitans (très jolie scène de mariage traditionnel que n’aurait pas reniée Kusturica).

Le film, solaire, est porté par le jeu remarquable de ses trois comédiens : la révélation Noée Abita, à la fois mutine et rageuse, au regard charbon comme la nuit qui l’entoure peu à peu ; la toujours épatante Laure Calamy, formidable en mère sensuelle et un chouia irresponsable, ce qui ne l’empêche pas d’être infiniment aimante ; et le jeune Juan Cano, gitan andalou qui joue à merveille ce garçon mystérieux et sauvage, complice actif de l’éveil d’Ava. Léa Mysius, remarquée et primée dans plusieurs festivals pour trois courts métrages qui sortaient vraiment du lot, tout récemment co-scénariste des Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin, s’impose avec ce premier long-métrage comme une réalisatrice plus que prometteuse.

L’École des Parents et des Éducateurs observe les transformations sociales affectant la vie familiale et les demandes du public. L’un des axes de réflexion de L’EPE du Vaucluse concerne les liens entre enfance / adolescence, famille et société, notamment à travers l’expression qu’en donnent les œuvres cinématographiques. EPE du Vaucluse • 04 90 82 79 48 • epe84@free.fr • www.ecoledesparents.org