LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES LUMIÈRES DE LA VILLE, DES NOUVELLES DU PROJET.
Les Lumières de la ville, c’est ce projet qui nous tient à coeur, celui que nous développons patiemment avec la dévouée Marie-Hélène de 100 pour 1 et le non-moins dévoué Christophe pour l’aspect technique. Sans oublier nos complices de Cinambule et du Collectif Inouï. C’est donc la création d’une «&...

Séances bébé
   Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son po...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

CYCLE CINEMA ITALIEN

Également au programme - IL POSTO

DÉTENU EN ATTENTE DE JUGEMENT

Nanny LOY - Italie 1971 1h42mn VOSTF - avec Alberto Sordi, Elga Andersen, Lino Banfi, Andrea Aureli, Antonio Casagrande... Scénario d'Emilio Sanna et Sergio Amidei. Festival de Berlin 1972 : Prix du Meilleur acteur pour Alberto Sordi. Inédit en France.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DÉTENU EN ATTENTE DE JUGEMENT« L'un des rares films authentiquement kafkaïens de l'histoire du cinéma. » Jacques Lourcelles, Dictionnaire des Films

Plus italien que Giuseppe Di Noi, on n'imagine pas : il a la gouaille de Sordi, les gestes de Sordi, la drôlerie exubérante de Sordi… Pourtant c'est en Suède, où il s'est installé depuis plusieurs années, qu'il a réussi un parcours professionnel remarquable, épousé une belle blonde à qui il a fait de beaux enfants… Cet été-là, pour les vacances, il a décidé de les emmener à la découverte de ses racines, de cette Italie dont il est fier et il ne doute pas un instant d'y être accueilli à bras ouverts. Mais à la frontière, les douaniers l'arrêtent à sa stupéfaction immense, sans lui donner le moindre motif, la moindre explication… ni à lui, ni à sa famille interloquée qui voit s'éloigner la voiture de police qui l'embarque menottes aux poignets !

Giuseppe pense d'abord à l'erreur judiciaire, mais de prison en prison, de juge en commissaire, il plonge peu à peu dans un cauchemar absurde dont il ne comprend pas le sens et qui rappelle celui du Joseph K de Kafka… Cette pépite inédite date de 1971 et c'était la première fois que le cinéma dénonçait avec véhémence l'état des prisons et de la justice italienne, la première fois aussi que Sordi plongeait dans un film dramatique à contre-emploi des rôles qui l'avaient rendu extraordinairement populaire en Italie. La charge est féroce, et il se pourrait bien qu'elle ait gardé toute son acuité. « Détenu en attente de jugement appartient à la catégorie des films inoubliables, terrifiants et douloureux. Sa redécouverte s’impose. » (Olivier Père, arte.tv)