LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

CYCLE CINEMA ITALIEN

Également au programme - IL POSTO

DÉTENU EN ATTENTE DE JUGEMENT

Nanny LOY - Italie 1971 1h42mn VOSTF - avec Alberto Sordi, Elga Andersen, Lino Banfi, Andrea Aureli, Antonio Casagrande... Scénario d'Emilio Sanna et Sergio Amidei. Festival de Berlin 1972 : Prix du Meilleur acteur pour Alberto Sordi. Inédit en France.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DÉTENU EN ATTENTE DE JUGEMENT« L'un des rares films authentiquement kafkaïens de l'histoire du cinéma. » Jacques Lourcelles, Dictionnaire des Films

Plus italien que Giuseppe Di Noi, on n'imagine pas : il a la gouaille de Sordi, les gestes de Sordi, la drôlerie exubérante de Sordi… Pourtant c'est en Suède, où il s'est installé depuis plusieurs années, qu'il a réussi un parcours professionnel remarquable, épousé une belle blonde à qui il a fait de beaux enfants… Cet été-là, pour les vacances, il a décidé de les emmener à la découverte de ses racines, de cette Italie dont il est fier et il ne doute pas un instant d'y être accueilli à bras ouverts. Mais à la frontière, les douaniers l'arrêtent à sa stupéfaction immense, sans lui donner le moindre motif, la moindre explication… ni à lui, ni à sa famille interloquée qui voit s'éloigner la voiture de police qui l'embarque menottes aux poignets !

Giuseppe pense d'abord à l'erreur judiciaire, mais de prison en prison, de juge en commissaire, il plonge peu à peu dans un cauchemar absurde dont il ne comprend pas le sens et qui rappelle celui du Joseph K de Kafka… Cette pépite inédite date de 1971 et c'était la première fois que le cinéma dénonçait avec véhémence l'état des prisons et de la justice italienne, la première fois aussi que Sordi plongeait dans un film dramatique à contre-emploi des rôles qui l'avaient rendu extraordinairement populaire en Italie. La charge est féroce, et il se pourrait bien qu'elle ait gardé toute son acuité. « Détenu en attente de jugement appartient à la catégorie des films inoubliables, terrifiants et douloureux. Sa redécouverte s’impose. » (Olivier Père, arte.tv)