LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES LUMIÈRES DE LA VILLE, DES NOUVELLES DU PROJET.
Les Lumières de la ville, c’est ce projet qui nous tient à coeur, celui que nous développons patiemment avec la dévouée Marie-Hélène de 100 pour 1 et le non-moins dévoué Christophe pour l’aspect technique. Sans oublier nos complices de Cinambule et du Collectif Inouï. C’est donc la création d’une «&...

Séances bébé
   Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son po...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

RODIN

Écrit et réalisé par Jacques DOILLON - France 2017 2h - avec Vincent Lindon, Izïa Higelin, Séverine Caneele, Bernard Verley, Anders Danielsen Lie... Festival de Cannes 2017 : Sélection officielle, en compétition.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RODINVincent Lindon est Rodin, évidemment, intensément, immédiatement. Une présence physique compacte, une sensualité brute, une manière d'habiter l’espace au gré de mouvements assurés mais jamais arrogants : c’est ainsi qu'était sans doute Auguste Rodin à cette période de sa vie, c’est en tout cas ce qui d’emblée,
dès les premières secondes de ce film magnifique, s’impose à notre regard. Un Rodin tourmenté, volontaire, totalement dévoué à son art, d’une intransigeance absolue pour son travail, mais un Rodin enraciné dans la vie, viscéralement lié à la matière autant qu'à la terre, aimanté par la chair et ses plaisirs, capable de s'émouvoir face à la beauté du monde et de la nature. Le Rodin de Doillon n’est peut-être pas tout à fait le Rodin de l’histoire : il y a, dans chaque œuvre de fiction, cette part de liberté qui ouvre à toutes les audaces, ce formidable élan qui réinvente tout, tout en restant fidèle à la vérité.



Doillon réussit parfaitement cet exercice d’équilibriste et offre à Vincent Lindon une partition ciselée à l’or fin. Au-delà du portrait sublime de l'artiste et de l’hommage sincère à ses œuvres, c’est une réflexion profonde sur l’art et sur le geste créatif, quel qu’il soit : l’obstination dans la répétition pour essayer d'atteindre la perfection, le doute et l’humilité face à l’objet et comment, d’un support inanimé (papier, terre, pellicule), jaillit comme par magie la grâce, la vie et la beauté.

A Paris, en 1840, Auguste Rodin reçoit enfin à quarante ans sa première commande de l’État : ce sera La Porte de l’enfer, inspiré de La Divine comédie de Dante. Son atelier est l’incroyable laboratoire où les mains, les corps, les jambes, les visages de glaise ou de plâtre prennent vie sous les doigts du Maître qu’une nuée d’assistants secondent dans son travail. Et puis il y a les filles qu’on imagine de joie, modèles fidèles dont les corps peu farouches se succèdent, leur nudité offrant à l’artiste les muscles saillants, les côtes, les fesses, les poitrines, le grain de peau, laissant apparaître la vie sous la chair, et l'éternel mouvement sous les courbes. Et puis il y a « la jeune Camille », Mademoiselle Claudel (Izïa Higelin, sensuelle et gracieuse, formidable !), élève douée, vive, intelligente, qui pose sur les œuvres de Rodin un regard intransigeant. La fraîcheur, la vivacité de Camille séduisent très vite Auguste. Elle sera sa muse, son apprentie, sa collaboratrice, sa maîtresse… La suite, bien sûr, on croit la connaître : dix ans de passion, d’admiration commune et de complicité entre ces deux personnalités fortes et entières. Et puis la rupture, et puis la terrible difficulté pour Camille de s'imposer autrement que comme l'élève de Rodin… Mais là, c'est un autre film.

Ce que l'on connaît moins et que Doillon évoque comme un contrepoint passionnant, c'est la relation indéfectible de Rodin avec Rose Beuret, épousée alors qu'elle était jeune couturière. Rose : sa compagne de toujours, fidèle malgré toutes les autres, épouse taiseuse mais à la forte personnalité, omniprésente, femme dévouée qui ne sera ni soumise ou effacée et que l'artiste aima sincèrement.

Toutes les œuvres du film ne sont pas des originaux, mais des reproductions réalisées par une dizaine de sculpteurs qui restituent les étapes et mécanismes de la création avec toutes les techniques qu'utilisait Rodin. Assemblage, fragmentation, agrandissement : ne pas trahir les gestes, donner à sentir l'œuvre en devenir. Le musée Rodin a ouvert son immense documentation, prêté sculptures, outils ou accessoires, ajoutant à la touche poétique et humaine un irremplaçable supplément d'authenticité. Magistral, voilà tout.