LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

En collaboration avec l'association Miradas Hispanas, la projection du jeudi 6 juillet à 20h00 sera suivie d’une rencontre avec Pablo Berchenko ancien professeur de l’Université d’Aix-Marseille.
À l’issue de la projection nous nous retrouverons autour d’un pot.

KÓBLIC

Sebastian BORENSZTEIN - Argentine 2016 1h32mn VOSTF - avec Ricardo Darin, Oscar Martinez, Inma Cuesta...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

KÓBLICNous sommes en 1977 et on se souvient qu'il se passait alors des choses terribles dans une Argentine dominée par les militaires. Dans les plus paumés des bleds, les recoins les plus éloignés, la dictature trouvait des relais et semblait installée là pour l'éternité. On se souvient des « vols de la mort » qui emportaient des opposants politiques, des étudiants subversifs, torturés puis drogués et jetés vivants dans l'océan, depuis des avions militaires, parfois avec la bénédiction d'un curé. « Il y avait des transferts chaque mercredi » avouera un des pilotes bien plus tard. Ce n'est qu'en 2004 qu'on identifia des corps de Mères de la place de Mai disparues, de la religieuse française Leonie Duquet… et seulement en novembre 2012 que s’ouvrit le procès de huit pilotes répondant de la mort de 3000 opposants.
Le film ne raconte pas tout ça, mais pour en apprécier tout l'intérêt, il est bon de replacer l'histoire de Kóblic dans son contexte… Ce nom polonais pour un officier de la Marine argentine peut d'ailleurs surprendre, mais peut-être a-t-il été inventé pour que personne ne puisse reconnaître l'identité de celui qui se cache sous ce nom qui n'a rien d'argentin.



La seule chose que sait Kóblic au moment où commence le film… c'est ce qu'il voit une nuit dans le rétroviseur de l'avion qu'il pilote : sa cargaison humaine brutalement poussée vers le vide après qu'il ait déclenché l'ouverture arrière de l'avion, sur ordre d'un officier qui bouscule ses réticences. Revenu à terre, Kóblic boucle ses valises et disparaît dans la nature, hors d'atteinte des radars, sans avertir personne, pour ne pas avoir à obéir à nouveau, ne plus vivre jamais cette scène qui revient sans cesse dans ses rêves, hanté qu'il est par la culpabilité d'avoir contribué à l'horreur en cédant à un ordre qui a fait de lui un bourreau.
Désormais planqué dans un petit village d'un Sud aride dont les vastes plaines donnent au film des allures de western, il ne cause à personne et bosse pour un vieux copain… jusqu'au jour où le représentant local de l'autorité commence à s'intéresser à cet étranger…
A voir et à lire : si cet excellent Kóblic qui tangue entre polar et western vous a donné envie d'en savoir plus sur cette époque sombre de l'histoire de l'Argentine, on rappelle aux fans de Marie-Monique Robin dont vous avez souvent vu les films à Utopia qu'elle est l'auteur de Escadrons de la mort : l'école française, titre d'un bouquin et d'un film tous les deux remarquables et qui racontent comment la France fit profiter la junte de ses méthodes de torture et de répression expérimentées en Indochine et en Algérie. Elle fut, suite à son remarquable travail, appelée à témoigner en Argentine lors des procès des anciens tortionnaires en 2003…

Miradas hispanas est une association avignonnaise de diffusion des cinémas du monde hispanique. http://miradashispanas.free.fr/index.html