Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ATTENTAT MOUSSAKA par la Cie Jow Blob
Utopia République, les 20 et 21 juillet à 11h30, le 22 à 22h. Prix libre à partir de 3,23€ (prix d’une moussaka de type surgelée).  Attention ! Pendant 3 jours et 3 jours seulement, une portion de moussaka, par l’intervention d’une soucoupe volante, se transformera en une performance incontr...

ATELIER Chroniques Cinéma Utopia
Le cinéma Utopia d’Avignon accueille des collégiens pour la projection d’un film et leurs propose, sur plusieurs séances dans leur établissement, de réfléchir sur ce film et de poser les bases de la chronique audio qu’ils enregistrent à l’issue de l’atelier. Ce travail ...

UNE LIBRAIRIE PEUT DISPARAÎTRE
C’était, il y a quelques mois, la librairie L’Eau vive, librairie jeunesse que nous vous conseillons fortement, a failli fermer définitivement ses portes dans  l’intramuros. Aujourd’hui, toujours dans l’intramuros, c’est autour de la librairie Holstein d’être à l’article de la mort et qui vous d...

Séances bébé
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux apparais...

Projection unique le mercredi 19 juillet à 14h00 suivie d’une rencontre avec la chanteuse Rokia Traoré.

O KA (notre maison)

Souleymane CISSÉ Mali 2015 1h36 - avec Magnini Koroba Cissé, Aminata Cissé, Badjénéba Cissé, et M’ba Cisse

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


Le cinéaste malien Souleymane Cissé a été le premier cinéaste africain à avoir été primé au Festival de Cannes en 1987; il y obtient le Prix Spécial du Jury pour son film Yeelen.
Avec O Ka présenté à Cannes en 2015, cette grande figure tranquille du cinéma malien signe un film-journal autobiographique qui tente de retrouver les voix, les souvenirs d’une enfance aimée dans la cour familiale. À cheval entre le documentaire et la fiction, le cinéaste, fort de son grand âge, se met en devoir d’avancer vers celles qui l’ont élevé et protégé : ses sœurs qui, victimes d’une crise immobilière que connaît le Mali, sont expulsées de la maison commune qu’elles ont toujours occupée, au mépris de leur droit légitime.

Résolu à poursuivre la lutte qu’il mène depuis plus de quarante ans pour le développement des scènes culturelles africaines et contre les injustices sociales qui minent son pays, Souleymane Cissé revient avec une chronique judiciaire qui traite de l’acte de propriété d’une maison, celle de sa famille, celle où il a grandi. Mais cette petite histoire n’est que le miroir de la grande, un reflet dans lequel s’expose tous les maux d’un pays gangréné par l’islamisme radical, brisé par des guerres interminables (depuis dix ans, le terrorisme y sévit). Le Mali, qui était jadis un pays de tolérance, est à présent empoisonné par la corruption et l’injustice ; et à travers ses sœurs et leur désarroi soudain, c’est la détresse de toute une population que le cinéaste filme.

Pourtant, si O Ka est une oeuvre de révolte (à partir d’un acte violent et injuste), si la mise en scène est simple et efficace, il atteint souvent un haut degré de poésie. Des figures angéliques – des enfants vêtus de blanc, riant et dansant – et de nombreux plans fixes sur des paysages, des plantes et autres éléments naturels créent une distance bienvenue entre le récit et sa représentation. « Lorsque la violence atteint un degré tel qu’on la connaît au Mali, il faut lutter contre le désespoir et se tourner vers l’enfance et la nature qui ne déçoivent jamais » dit Cissé. C’est donc sans amertume, ni agressivité que le cinéaste malien explore son passé pour rendre compréhensible un présent révoltant et, peut-être, le changer pacifiquement.

Dans le cadre du Festival d’Avignon. Rokia Traoré présente Dream Mandé-Djata à 21h les 21, 22, 23 et 24 juillet dans la Cour du musée Calvet.