LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peut-être croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

LE LAURÉAT

(THE GRADUATE) Mike NICHOLS - USA 1967 1h46 VOSTF - avec Dustin Hoffman, Anne Bancroft, Katharine Ross, Murray Hamilton, William Daniels, Richard Dreyfuss... Scénario de Calder Willingham et Buck Henry, d'après le roman de Charles Webb.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE LAURÉATBraddock suit une voie toute tracée : brillantes études, activités et rôles officiels divers à l'université, sage et propre sur lui, à l'écart de la foule qui s'agite, il a tout du gendre idéal. Mais c'est un amant qu'il deviendra. L'amant d'une femme mariée, amie de ses parents, donc bien plus vieille que lui – en réalité, Anne Bancroft n'a que six ans de plus que Dustin Hoffman, qui joue les tout jeunes premiers alors qu'il a déjà 30 ans ! La révolution sexuelle est en marche, les tabous tombent, l'adultère ne sera bientôt plus un crime, le divorce se banalise…

La provocatrice, c'est Mrs. Robinson, que Ben n'appellera jamais autrement, entretenant leur rapport si particulier, leur fantasme devenu réalité. Névrosée, alcoolique mondaine, sensuelle, elle se drape des atours de la sexualité animale : vêtements et sous-vêtements couleurs zèbre, girafe ou léopard… Libérée, elle ne cherche qu'à assouvir ses désirs sexuels avec le jeune homme qu'elle a asservi, tandis que celui-ci souhaiterait une histoire d'amour. L'amour, il le trouvera avec une fille de son âge bien sûr, mais ça n'ira pas tout seul…

La caméra de Mike Nichols retranscrit à la perfection ce que ressent à chaque moment Benjamin, à coups de gros plans, pénétrant la sphère de l'intime, de travellings vifs et de plans légèrement décadrés – mais toujours savamment composés – suivants des lignes géométriques (le Bay Bridge, le couloir de l'hôtel, l'église moderne…). Le spectateur nage à son tour dans la confusion du héros, sentant presque le rythme de son cœur s'accélérer. Dustin Hoffman, alors inconnu, crève l'écran, jouant aussi bien le jeune homme timide que le fils nonchalant ou l'amant obsessionnel, la tension allant crescendo. Avec en contrepoint les ballades imparables de Simon and Garfunkel (dont les tubes Mrs Robinson et The Sound of silence). (d'après M. Weil-Masson, filmdeculte.com)