LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

JEANNETTE, l'enfance de Jeanne d'Arc

Film musical écrit et réalisé par Bruno DUMONT - France 2017 1h45 - avec Lise Leplat Prudhomme, Jeanne Voisin, Lucile Gauthier, Victoria Lefebvre, Aline Charles, Elise Charles... Adapté de Jeanne d'Arc et Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc de Charles Peguy. Musique originale de Igorrr, Chorégraphie de Philippe Decouflé.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JEANNETTE, l'enfance de Jeanne d'ArcAttention : à la demande impérative d'Arte, qui a produit et diffusé le film (le mercredi 30 août à 22h50… pourquoi pas à 2 heures du matin ?), nous ne pouvons prévoir que six séances du film en tout et pour tout : vendredi 15/09 à 19h50, samedi 16/09 à 17h45, dimanche 17/09 à 12h00 et 15h45, lundi 18/09 à 20h15, mardi 19/09 à 16h.

« Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance, Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas. Meuse, adieu : j’ai déjà commencé ma partance En des pays nouveaux où tu ne coules pas. Voici que je m’en vais en des pays nouveaux : Je ferai la bataille et passerai les fleuves ; Je m’en vais m’essayer à de nouveaux travaux, Je m’en vais commencer là-bas des tâches neuves. » (Jeanne D'Arc à Domrémy, Charles Péguy)



Si Bruno Dumont n'existait pas, il faudrait d'urgence l'inventer, tant il fait souffler à lui tout seul sur le cinéma français le vent insolent de la liberté, de la créativité, de l'audace et (c'est plus récent, depuis P'tit Quinquin et Ma Loute, disponible en Vidéo en Poche) de la fantaisie. Ce nouveau film, vision inénarrable de l'enfance de Jeanne d'Arc et réalisé pour Arte, en apporte une nouvelle preuve. Comme toujours avec Dumont, Jeannette ne fera pas l'unanimité, en déroutera plus d'une, en énervera plus d'un. Pour notre part, nous avons été emballés.
Sur l'écran nos yeux ébahis découvrent, au milieu d'une campagne désolée, une comédie musicale dans laquelle des nonnes scandent des vers de Charles Péguy sur un fond musical mixant la musique baroque et le heavy metal symphonique, dodelinant la tête de bas en haut tels des visiteurs du célèbre Hellfest.

A la genèse de ce film complètement fou, il y a la découverte, par le cinéaste bressonien qui laisse cours de plus en plus libre à son humour, des deux recueils consacrés à la petite vierge combattante lorraine par l'écrivain Charles Péguy, un autre lascar fort peu conventionnel. Tour à tour socialiste libertaire et dreyfusard, Péguy se convertit au catholicisme et au nationalisme mystique. Pour lui et pour Dumont, Jeanne d'Arc est le symbole de la résistance solitaire face aux clercs et aux dominants vendus aux Anglais qui régnaient alors sur une grande partie du royaume de France.

Pour porter à l'écran cette chanson de geste qui aurait pu être rédigée dans la tradition médiévale 500 ans auparavant, et qui évoque en deux volumes l'enfance et l'adolescence de Jeanne peu avant sa prise d'armes, Bruno Dumont a choisi la simplicité et son contraire. Des décors dépouillés qui n'ont rien à voir d'ailleurs avec la Meuse natale évoquée dans les vers de Péguy puisque tournés dans les mêmes décors que Ma Loute, ceux de la baie de la Slack au bord de la Manche. Des conversations entre Jeanne, son amie Hauviette et Gervaise, une nonne doublée de sa jumelle… Et en contrepoint baroque et foldingue, la chorégraphie du touche-à tout Philippe Découflé et la musique du génialement improbable Igorrr. Avec plusieurs moments d'un grand burlesque (notamment quand l'oncle impayable de Jeanne, complice de sa fuite, se met à slamer) et autant de grande poésie.

L’irrésistible Ma Loute est disponible en Vidéo en Poche, amenez vos clés USB. www.videoenpoche.info